Archives par mot-clé : migrations

Appel à contribution – Villes méditerranéennes et exil au tournant du XXIe siècle

Présentation par les organisateurs : 

Ce colloque fait suite à deux colloques internationaux tenus en 2008 à l’Université San Francisco de Quito (Equateur) et à la Sorbonne, Paris III, qui ont donné lieu à deux publications.

La Méditerranée est un espace complexe d’échanges d’hommes et de marchandises entre les côtes qui la bordent, un espace composé, pour reprendre Fernand Braudel, de deux « scènes » : les péninsules et les mers. Sur ces scènes, en fonction des périodes, se jouent des exils, partant aussi bien des pays méditerranéens eux-mêmes que d’autres pays dans le monde, que les villes méditerranéennes accueillent avec une caisse de résonances spécifique. Il y a l’exil de celui qui est expulsé de sa patrie, l’exil intérieur propre à toute dictature, en particulier celui des colonisés, ou encore l’exil économique de celui qui part chercher fortune ailleurs. L’écrivain exilé, quant à lui, peut souffrir l’exil intérieur par rapport au discours officiel à l’instar d’un Milan Kundera en Tchécoslovaquie, subir l’exil politique comme Ovide sur les bords de la Mer Noire, ou encore n’avoir jamais la possibilité de revenir sur les lieux de son enfance tel Le Clézio. Dans tous ces cas, comme dans celui des communautés, victimes de la guerre ou d’exactions ciblées, une violence s’exerce sur l’exilé, plus ou moins brutale.

La violence est-elle alors toujours associée à l’exil, au moins une violence d’arrachement et de transplantation ? Quelle est sa nature et ses modalités ? La ville d’exil peut être un lieu de refuge et/ou d’hostilité, un lieu de mémoire par substitution dans lequel on cultive les comparaisons pour le rendre habitable, ou encore devenir un lieu imaginaire dont on fictionnalise l’espace, une « Inde de l’esprit » selon l’expression de Salman Rushdie.

Dans le cadre particulier des villes méditerranéennes, comment s’exerce la violence de l’exil et se transporte-t-elle dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à ce type d’exil lorsque la rencontre des langues favorise l’invention langagière. Les cultures méditerranéennes urbaines ne procurent-elles pas une saveur particulière à l’exil, une texture unique à l’écriture du poète hors la cité ?

La ville méditerranéenne est enfin un lieu de culture, d’un point de vue patrimonial (architecture, musées) et anthropologique (modes de vie). La culture peut-elle alors être un refuge ou une médiation permettant de s’approprier le lieu ? Vecteur de rencontres, elle engendre des heurts et des mélanges. Les termes de diaspora, de nomadisme et de déterritorialisation n’induisent-elles pas une approche transnationale des cultures ?

Le colloque sera l’occasion de creuser ces pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIème siècle. Il touchera diverses aires culturelles (hispanophone, germanophone, francophone, arabophone…) et privilégiera l’étude de la littérature, en tenant aussi compte des travaux sur les arts (photographie, peinture, musique…).

 

Informations et modalités de participation ici

 

 

 

A paraître : « Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) »

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions

 

Les Grecs à Marseille : minorité ethnique ou nation en diaspora ?

Présentation par l’éditeur :
L’enquête sociodémographique sur la population grecque de Marseille amène à penser le groupe phocéen sous l’angle d’une conscience nationale hellénique sans centre émetteur et portée par la Communauté, qui n’est pas rattachée à une mère patrie mais connectée au réseau des Communautés historiques de l’hellénisme : l’entité marseillaise s’identifie à la nation panhellénique, s’appuie sur son réseau d’héritages mémoriels et contribue à les co-construire et les ré-élaborer.
Michel Calapodis, docteur en Etudes néo-helléniques de l’université Paul Valéry – Montpellier III, est enseignant-chercheur et conférencier.