Sociologie de Marseille, de Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson

Sociologie de Marseille Présentation de l’éditeur :

Marseille a connu, depuis les années 1960, une transformation économique et sociale fondamentale lorsque son port au rayonnement mondial s’est mué en centre administratif et provincial, déserté par les bourgeoisies commerçantes, laissant de côté les classes populaires. De ce moment perdurent des légendes encore vivaces. Marseille, même assommée par la crise économique, reste une ville imaginée, représentée par les médias, le cinéma ou la littérature, autant qu’habitée, mais fracturée.
Le face-à-face tendu d’une classe moyenne administrative et d’une grande pauvreté partage encore un centre-ville qui a résisté à la gentrification. Parce que les notables locaux jouent un rôle crucial dans une ville où nombreux sont ceux dont la subsistance dépend des deniers publics, il faut analyser les dispositifs politiques et leur fonctionnement. Enfin, Marseille est l’objet et l’enjeu de l’une des plus grandes opérations d’urbanisme menée en France au XXIe siècle.
Sa « renaissance » économique prend la forme d’une réinvention des espaces portuaires « rendus » à la ville et animés par des industries culturelles. Mais au bénéfice de qui et au prix de quelles expulsions ?

Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson, Sociologie de Marseille, La Découverte, “Repères”, 2015, 121 p.

Marseille et l’aventure orientale au XIIIe siècle

Dans cet article, Arnaud Camilleri-Guillebert, étudiant en Master 2 d’histoire médiévale à l’Université Toulouse 2 Le Mirail, propose de revenir sur les relations commerciales entretenues par le port de Marseille avec la méditerranée orientale. Sans avoir jamais atteint l’importance de Gênes, Barcelone ou Majorque, Marseille est un pôle important dans ces échanges commerciaux. Des communautés de marchands marseillais s’installent et fréquentent les grands ports du pourtour méditerranéen, permettant à la ville de s’insérer dans réseaux d’échanges et d’influences.

 

La mer. Il faut essayer de l’imaginer, de la voir avec le regard d’un homme

de jadis : comme une limite, une barrière étendue jusqu’à l’horizon,

comme une immensité obsédante, omniprésente, énigmatique et merveilleuse.

Á elle seule, elle était jadis un univers, une planète.

F. Braudel ((BRAUDEL Fernand (dir.), La Méditerranée, les hommes et héritage, Champs Flammarion, 1977, édition 2002.)).

 

 

Contextualisation

Marseille entretient très tôt des relations commerciales avec le monde musulman, principalement en Méditerranée occidentale. Sans avoir jamais atteint l’importance de Gênes, Barcelone ou Majorque, elle est un pôle important des échanges avec les pays méditerranéens. Des communautés de marchands marseillais s’installent et fréquentent les grands ports du pourtour méditerranéen. Là, ces hommes de Marseille permettent à la ville de s’insérer dans des réseaux d’échanges et d’influences.

Le choix chronologique de cette étude s’est porté sur la période des Croisades et de la présence latine en Syrie Palestine ce qui correspond pour Marseille à l’essor de ses activités commerciales en Méditerranée orientale. L’information existe grâce aux nombreux documents conservés aux fonds anciens des Archives municipales de la ville de Marseille, qui contient des traités de paix et un grand nombre de confirmations de privilèges accordés aux Marseillais dans les villes côtières du royaume latin de Jérusalem, mais aussi sur les côtes occidentales de la Méditerranée. Il est donc possible d’étudier les échanges entre Marseille et ces régions, l’acquisition de privilèges commerciaux ainsi que l’obtention de possessions marseillaises dans certaines cités portuaires où elle sera confrontée à d’autres communes. Cette documentation est complétée par des textes issus de cartulaires et dans une moindre mesure par des documents provenant de la Geniza du Caire qui évoquent les liens entre Marseille et les ports égyptiens. Au début du XIIe siècle lors des conquêtes franques sur le littoral palestinien, les cités ayant soutenu ces avancées militaires, furent récompensées par des privilèges portant sur des conditions favorables au commerce, mais également à la constitution de quartiers dans les villes des États latins d’Orient. Au cours de ce siècle, Marseille est devenu l’un des principaux ports provençaux à partir duquel les croisés s’embarquaient vers l’Orient.

Outre les avantages commerciaux, l’aventure orientale pour Marseille joue le rôle de laboratoire politique. Les hommes d’affaires de la cité phocéenne se faisaient octroyer des fondouks et des comptoirs dans presque tous les territoires sur le pourtour de la Méditerranée. Marseille et ses citoyens ont la possibilité d’exploiter et d’expérimenter en Orient les avantages que leur procure cette situation, celle d’être créanciers de seigneurs féodaux et de jouer de leurs créances pour obtenir de nombreux privilèges en Orient. Cette expérience est des plus instructives, car on peut retrouver par la suite les prémices d’une nouvelle organisation politique dans la cité phocéenne. Il est fort possible que les établissements marseillais en Méditerranée aient pu, outre les bénéfices commerciaux et l’ouverture sur le monde extérieur, préparer les esprits à une organisation communale ou consulaire de la ville. Les fondouks, ainsi, auraient joué pour les Marseillais un rôle de banc d’essai, permettant pendant une quarantaine d’année la mise au point d’une institution adaptable à Marseille.

Le succès de l’émancipation d’un grand port comme Marseille au XIIe siècle, s’explique en partie par l’essor du commerce méditerranéen. Marseille à cette période commence à prendre de plus en plus d’importance en Méditerranée, en surpassant les ports de Saint-Gilles et de Montpellier qui sont des ports méditerranéens appartenant au royaume de France.

Marseille devient un port essentiel au Nord de la Méditerranée Occidentale, proposant un des principaux marchés des produits d’Orient. Les marchands marseillais s’assurent d’avoir dans les échanges entre l’Orient et l’Occident une place et une part notable. À côté des cités maritimes italiennes qui fréquentent le littoral marseillais, l’établissement des ordres religieux comme celui des Templiers et des Hospitaliers en 1180, prouve l’importance de la place marseillaise dans le monde des échanges en Méditerranée.

Après avoir lutté pendant longtemps pour conserver le monopole du trafic dans la vallée rhodanienne1, la ville veut se tourner vers la haute mer. Bien que sa contribution fût proportionnelle à sa dimension modeste, Marseille a pris une part active aux grands événements méditerranéens. Le positionnement géographique de la ville obligeait un retour à son antique destinée économique. Elle se devait de tenir son rôle au milieu de l’essor du commerce européen en Méditerranée à l’époque des Croisades. Il n’est donc pas étonnant de constater un grand nombre d’actes lui conférant des privilèges au Proche-Orient ou sur les côtes d’Afrique du Nord. Dans un premier temps des accords, des alliances sont passés avec les cités-États italiennes comme Gênes et Pise2. En 1203, les deux villes signent une alliance et un accord commercial qui permet l’apparition d’un statut quo pour les deux cités. Ce traité définit les aires commerciales et règle les problèmes du passé3, comme des actes de pirateries ou diverses escarmouches. Les actes notariés Génois nous permettent d’entrevoir Marseille comme une importante cité d’escale pour les navires italiens en direction de la péninsule Ibérique, mais aussi vers l’Afrique du Nord4.

Dès l’instant ou le commerce maritime est facilité par la création des États latins d’Orient, les cités italiennes et provençales organisent une course aux débouchés économiques dans les territoires qui viennent d’être conquis5. En marge des croisades, les différentes villes commerçantes mobilisent toutes les ressources pour la conquête des marchés et des primautés commerciales6. Dans un premier temps Marseille est largement dépassée, distancée par ses plus puissantes ou plus précoces rivales comme Gênes, Pise, ou encore Venise. Mais rapidement les Marseillais ont été assez habiles pour se rendre également utiles, voire indispensables au près des princes latins7. Ils se mettent à leur service en qualité de soldats et de marins, de banquiers et de préteurs sur gages, de transporteurs ou de marchands. Les préambules des actes de donation des privilèges révèlent la multiplicité des rôles que les Marseillais pouvaient assumer à cette période8. À en croire les formules de ces actes, c’est en partie grâce à des fonds avancés par des citoyens de Marseille qu’un Foulque de Jérusalem, qu’un Baudouin III ou qu’un Amaury purent trouver les ressources nécessaires pour conserver le royaume de Jérusalem, conquérir celui de Chypre ou reprendre les villes d’Ascalon, d’Acre et de Jaffa. Les textes ne précisent cependant pas le montant exact des prêts, ni l’importance et la nature réelle des services rendus. Ainsi donc, les Marseillais ont acquis dans le Levant un grand nombre de privilèges.

Les relations nouées avec les princes chrétiens nouveaux venus en Orient n’empêchaient pas les échanges commerciaux entre Marseille et les pays du Maghreb9. Il n’y a pas une grande quantité de documents évoquant ce genre de contacts. Il faut se contenter de l’énoncé de certains statuts municipaux10, d’un passage du traité de 1138 conclu avec Gênes et contenant la promesse de « régulariser et de protéger par un traité définitif les rapports que Marseille avait déjà avec le Maroc »11. Il fait également mention du traité signé en 1231 avec le sultan Hafside de Tunis, Abû Zaccaria12.

Les envoyés Marseillais avaient d’autres domaines où exercer leurs talents. Successivement Pise, Gênes, Gaète et Nice signent, au début du XIIIe siècle, des traités avantageux permettant aux marchands Marseillais de partir en toute sécurité vers les différents ports13. De plus les diplomates octroient le droit pour la cité phocéenne d’avoir une totale liberté d’action dans l’accomplissement de leurs opérations commerciales et obtiennent en plus des avantages fiscaux, comme l’exemption de droits perçus sur les navires. De son côté Frédéric II l’empereur (1194-1250), accorde de nombreuses faveurs aux Marseillais fréquentant le sud de la péninsule italienne et la Sicile14.

La preuve la plus éclatante du rôle joué par la place méditerranéenne provençale est certainement la venue de Richard Cœur-de-Lion en août 1190, lors de la troisième croisade. Richard rejoint une flotte de plus de trente navires dans le port phocéen. De plus, tout au long de l’été 1190, plusieurs contingents de croisés de différentes nations passent dans la ville. Au  Levant, les marins marseillais se mettent au service des croisés, ce qui permet l’obtention de nombreuses concessions de privilèges15.

La communauté marseillaise jouit de franchises judiciaires et fiscales et cela sous l’autorité d’un consul. Jusqu’à la prise de Saint-Jean d’Acre par les Musulmans en 1291, les nefs marseillaises viennent régulièrement y charger des épices, de l’alun, du sucre ainsi que du bois odorant16.

Les contrats des frères Etienne et Jean Manduel, ainsi que les actes notariés d’Amalric17 permettent de mesurer l’importance des transactions à Marseille au milieu du XIIIe siècle et de connaître l’activité des marchands, ainsi que la fréquence d’entrée et de sortie des navires dans le port18.

Tous ces éléments sont la preuve de la place prise par la ville en Méditerranée. Deux nefs du Temple et de l’Hôpital relient la ville provençale et Acre deux fois par an et profitent d’une exemption complète des taxes19. Sur cette même route maritime des armateurs marseillais possédant seize nefs reliant l’Orient quatre fois dans l’année20. Nous savons que ces armateurs faisaient escale à Chypre, à Tyr, à Beyrouth puis Acre, plus rarement à Alexandrie21. Outre les voyages commerciaux vers l’Orient, les autorités marseillaises mettent en place le transport des croisés et des pèlerins en direction de la Terre sainte, ce marché est très lucratif pour la ville. Un notable marseillais est tristement connu pour avoir abusé de ce système. Hugues Fer est mêlé à un trafic décris par les chroniqueurs de l’époque22. En 1212 a lieu la croisade des Enfants comprenant selon la chronique d’Albéric des Trois-Fontaines, rédigée plusieurs décennies après les faits, 30.000 personnes. Hugues Fer aurait rempli sept nefs et revendu l’intégralité des pèlerins à des chefs musulmans de Bagdad23.

En 1217 de nombreux seigneurs participent à une expédition organisée par Jean de Brienne contre l’Egypte24. En 1239, Thibaut de Champagne et plusieurs barons français en font de même25. On sait également que Louis IX avait demandé des devis de fourniture de nefs à Marseille, mais ce dernier tient à prendre la mer depuis son royaume et choisit donc de partir d’Aigues-Mortes. Cependant plusieurs de ses compagnons décidèrent de s’embarquer à la « roche de Marseille »26. Les rédacteurs des statuts de Marseille, soucieux du bon renom de la cité, légiférèrent pour éviter les abus et leur garantir un logement décent et un ravitaillement suffisant, que cela soit à Marseille même ou dans un de ses fondouks27.

 

 

Les fondouks, privilège et moyen d’expérimentation communale ?

Au moment où les sociétés marchandes du XIIe et du XIIIe siècle se libèrent des barrières administratives et politiques du monde féodal, les Marseillais tentent d’obtenir pour leur propre compte un statut plus avantageux et mieux adapté à leurs ambitions et activités méditerranéennes. Les résultats de toutes les activités diplomatiques, financières, militaires, déployées depuis le début du XIIe siècle par la cité de Marseille, se traduisent sur une carte par la possession de comptoirs ceinturant la Méditerranée dans son intégralité. Moins de vingt ans après la prise de Jérusalem, c’est à dire en 1117, Baudouin Ier (1065-1118) avait permis une installation marseillaise dans l’un des quartiers de la Ville Sainte et d’y posséder un four28. Il semble que l’acte permettait de tracer les limites du quartier marseillais dans la ville de Jérusalem de telle sorte qu’aucun étranger ne puisse y loger. Ce bénéfice est offert en contre partie divers services rendus29. Cet acte de 1117 fait partie de tout un ensemble de mesures prises par les rois de Jérusalem pour ramener dans la capitale du royaume richesse et prospérité.

Trois ans plus tard, Baudouin II, accorde à tous les chrétiens le pouvoir de transporter des marchandises à Jérusalem et de procéder en toute liberté et franchise à des transactions commerciales dans cette ville30. Il est naturel que toutes les nations commerçantes qui avaient fait des sacrifices d’hommes et d’argent pour aider la formation des États croisés, bénéficient de la part des souverains de faveurs spéciales. Les rois Foulques d’Anjou en 1136 et Baudouin III en 1152 offrent à la commune marseillaise, la franchise des droits de douane, d’assise31, ainsi que le droit de posséder une rue et un four particulier à Jérusalem, à Acre et dans toutes les villes maritimes du royaume32. Les chartes de donations et les concessions de privilèges se succèdent rapidement tout au long du XIIe siècle. En 1136, le château de Jaffa leur fut cédé en gage. En 1152, les Marseillais reçoivent confirmations des privilèges qu’ils détenaient dans l’ensemble du proche Orient, ces derniers bénéficient en plus de la propriété du château de Ramié et d’un four dans tous les fondouks qu’ils possédaient33. Ce qui implique certains droits seigneuriaux : en 1163, un autre château, celui de Romadet, ainsi que les immeubles possédés par l’évêque de Bethléem, viennent s’ajouter aux possessions marseillaise34. En 1187, ils partageaient avec les autres Provençaux tout un quartier assemblé en consulat indépendant à Acre, et avec leurs confrères de Provence le Palais vert et le château Maraclé35. Trois ans plus tard, c’est-à-dire en 1190, ils jouissent du privilège d’avoir un consulat particulier à Acre36. Après 1198, ils obtiennent le même droit dans l’ensemble des villes maritimes de la principauté d’Acre37. En 1199, les autorités marseillaises font l’acquisition du château de Flacié en dédommagement d’une forte somme d’argent avancée à Amaury de Lusignan qui n’a jamais été remboursée38. À partir de 1200, Frédéric II permet l’établissement d’un consulat pour les marchands de Marseille à Messine et Syracuse39. Majorque devient à son tour, en 1230 une place importante pour le commerce et l’implantation d’une colonie marseillaise. Cela se traduit par le don de trois cents maisons à la communauté marseillaise. On peut noter également qu’au milieu du XIIIe siècle les Marseillais s’établissent en Italie du sud, en Sicile et en Sardaigne, notamment dans les villes d’Oristano et de Bosa qui sont des centres de pêche au corail40. On sait également par différents rapporteurs que des marchands marseillais sont installés à Antioche, Alep, Tripoli sur la côte Syrienne41, Famagouste à Chypre, à Alexandrie et Damiette en Égypte42, à Tunis, Bougie, Ténès, Oran, Tlemcen et Ceuta, Bougie en Afrique du nord43, à Barcelone et à Valence en Espagne, ainsi qu’à Cagliari en Sardaigne. Cependant on peut supposer que toutes les faveurs promises ne sont pas toujours réalisées. Par exemple, un traité de 1123, reconnaissait aux Vénitiens le droit d’installation dans un quartier complet (c’est-à-dire avec une place de marché, une église, un four et un bain public) dans chaque ville du royaume de Jérusalem. Ce dernier n’a jamais été exécuté à la lettre. On peut donc supposer qu’il en est de même pour les Marseillais44.

La mise en place de comptoirs commerciaux suit la reprise des relations commerciales des chrétiens avec le Levant et les succès militaires des Croisés. Parfois même la mise en place d’établissement des privilèges précède les conflits armés, puisque sur certains documents une formule est inscrite promettant aux Marseillais l’extension de leurs droits dans toutes nouvelles zones qui viendraient à être conquises45. Permettre l’établissement d’un fondouk dans un de ces États qu’il soit chrétien ou musulman constituait le don d’un privilège important. Le donateur perdait une part de ses possessions, de ses droits et de sa souveraineté.

On peut alors se demander comment se présentaient, sur un plan politique et juridique, les comptoirs marseillais ?

 

 

 Les privilèges politiques des fondouks marseillais

Le fondouk est né d’un besoin commercial. Offrant une certitude de trouver un lieu sûr aux négociants qui arrivent dans un pays étranger et leur assure aussi un entrepôt pour les marchandises, les fondouks Marseillais possédaient des aspects différents, il peut s’agir d’un simple caravansérail, d’un quartier de ville comme c’est le cas pour Acre ou une bourgade d’une certaine importance comme c’est le cas à Majorque.

Dans ces comptoirs d’outre-mer, les Marseillais ne sont ni dépaysés, ni éloignés de leur cité mère puisqu’ils retrouvent leurs compatriotes, leurs lois, leur religion, tout comme leurs habitudes. Les archives montrent qu’en pays musulman, un privilège leur concède presque toujours le droit de construire une église et de posséder un cimetière particulier46. À partir de 1187, les privilèges concédés en Orient comprenaient le droit pour les Marseillais de posséder dans les villes étrangères un tribunal que présidait un vicomte, assisté par des consuls. Les consuls et vicomtes étaient élus dans les « colonies marseillaises », mais en théorie ils devaient l’être par la Commune ou « l’université marseillaise ». Cette dernière pouvait aussi seulement ratifier le choix des Marseillais expatriés dans ces fondouks. En Orient le vicomte élu était le juge des tribunaux marseillais. Il réglait les contestations impliquant des compatriotes. La communauté marseillaise d’outre mer était capable de se défendre, si nécessaire. De plus il était possible pour eux de jouir plus facilement d’une autonomie. Cette communauté pouvait ainsi s’imposer plus facilement, que cela soit dans la société féodale du Levant chrétien, que face aux princes musulmans d’Afrique du Nord. Les membres de ces comptoirs étaient suffisamment nombreux pour que l’activité commerciale et le mouvement des richesses, que leur présence faisait naître dans une région, soulèvent l’intérêt du maître du pays envers les Marseillais et leur fasse don de privilèges.

Aussi les princes étrangers accordaient volontiers le privilège d’extraterritorialité aux comptoirs marseillais. La colonie devenait un état dans l’État étranger, qui l’hébergeait. Pour les Marseillais, le fondouk apparaissait comme un simple prolongement de la cité mère, ils se trouvaient régis par les mêmes lois et par les mêmes principes juridiques que ceux en vigueur à Marseille. Les princes locaux allaient parfois jusqu’à leur accorder le privilège de mesurer et de peser les marchandises avec des poids et des mesures à l’étalon des normes marseillaises, et ce, pour toutes les opérations commerciales effectuées non seulement par les Marseillais entre eux, mais aussi entre Marseillais et locaux47. Ce fut notamment le cas à Tyr, à Ceuta et à Bougie48. La colonie était dirigée par des délégués du conseil marseillais. Ces derniers avaient les pouvoirs exécutifs et judiciaires, ils étaient également chargés de percevoir les impôts et d’assumer le rôle de police. De plus, ces agents municipaux marseillais en outre-mer étaient dans l’obligation de reconstituer dans les fondouks, sous l’autorité de Marseille, un État administré à l’image de la « ville mer », parfois en avance sur les institutions de celle-ci49. On peut émettre l’hypothèse que les comptoirs marseillais en Méditerranée, dirigés par un consul, auraient influé sur la conception de l’organisation de la Commune de Marseille au début du XIIIe siècle. On peut également supposer que ce genre de comportement s’exprime dans l’intérêt commun.

Dans les comptoirs d’outre-mer, simples succursales de la cité marseillaise, les intérêts de la communauté exigent dès l’origine, une organisation politique jeune, nouvelle, unitaire et stable. Par conséquent, en avance sur les institutions en vigueur à Marseille, où la tradition et les conflits d’intérêts retardent leur évolution. De plus, le dirigeant de chaque comptoir était un consul, représentant Marseille toute entière auprès des autorités locales et le représentant de tous ses compatriotes, sans aucune discrimination. Ce caractère de délégué est d’autant plus marqué que le consul devait obligatoirement tenir ses pouvoirs d’une nomination directe50. D’après les statuts municipaux, les marchands établis en terre étrangère n’étaient pas libres de se choisir un chef dans les endroits où il n’y avait pas encore de consuls51. Si la création d’un nouveau consulat était favorablement accueillie à Marseille, l’organisation du comptoir et la nomination des magistrats dépendait entièrement et seulement de la ville. Ce droit devient rapidement une prérogative du chef de la municipalité marseillaise et forme un important privilège politique de la cité.

Il faut toutefois noter que les consuls pouvaient ne pas être nécessairement originaires de Marseille. En effet, pour se concilier les faveurs d’un souverain local, il était souvent de bonne politique de choisir comme consul un membre influant de l’entourage du prince.

Cette situation est des plus recherchée, en effet elle est lucrative, mais aussi honorifique. De toute façon, Marseillais ou non, le représentant de la ville a pour obligation de connaître et d’appliquer exclusivement les lois en vigueur à Marseille. Il devait de plus faire respecter et étendre les privilèges de la métropole, applicable dans le pays étrangers52. Le consul devait appliquer le droit et rendre la justice à ceux qui relevaient de sa juridiction, toujours selon les codes ou lois en vigueur dans la cité marseillaise. De toutes ses attributions, cette dernière était, certainement, la plus importante et donnait un grand pouvoir à son titulaire. De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.

Cependant à la différence des autres pouvoirs issus plus ou moins du privilège d’extraterritorialité, qui étaient attachés à la création même du consulat, le consul ne pouvait exercer ses pouvoirs judiciaires que par délégation du souverain local, dans les limites du privilège concédé53. Nous voyons par exemple que la situation existe dans le Levant sous la souveraineté des princes chrétiens d’Orient. Contrairement à Venise, Gênes et Pise qui ont obtenu très rapidement des privilèges judiciaires extrêmement étendus, mais auxquels ces villes ont dû rapidement renoncer en partie quand l’administration et les lois locales évoluèrent. Marseille, quant à elle, n’est parvenue à conquérir ses privilèges dans les États latins d’Orient qu’après des Assises de la Cour des Bourgeois (1173-1180)54. La cité phocéenne reçoit alors le maximum des pouvoirs judiciaires autorisés par ces textes. Cette juridiction accordée aux consuls était assez étendue pour assurer aux marchands des garanties suffisantes de sécurité55. Les Marseillais possédaient tous les pouvoirs nécessaires pour juger car la juridiction criminelle des consuls s’étendait à la basse justice.

Ainsi, en dehors des fonctions de juge au tribunal de « simple police »56 et de juge de commerce qui étaient conférées sans aucune restriction, les autres pouvoirs judiciaires du consul apparaissaient comme délimités par les souverains des pays où des comptoirs marseillais se trouvaient établis. En outre le souverain exigeait un serment de fidélité au moment de l’entrée en fonction du consul57. Le consulat revêtait dès lors l’aspect d’un fief vassal, avec tous les droits et une partie des obligations qu’entraînait ce type de statut. En réalité Marseille est assez indépendante en Méditerranée puisqu’elle possède à l’étranger la plus grande partie des privilèges qu’il est possible de posséder à cette période. Cette indépendance, ces prérogatives, le consul est dans l’obligation de les protéger, de les maintenir, et même de les accroitre s’il le peut. C’est dans ce but que des négociateurs ou des agents municipaux sont envoyés par Marseille pour traiter avec les États ou les cités maritimes et signer des conventions politiques et/ou commerciales avec les souverains étrangers. Nous pouvons mentionner le cas de Géraud Olivier qui, avec le consul de Montpellier, Raymond de Conches, négocie l’octroi de nouveaux privilèges en faveur de toute la collectivité provençale réunie à Chypre58.

Marseille ayant des privilèges et des possessions sur les différents lieux d’escales et aux débouchés des principales routes commerciales, les Marseillais pouvaient envisager une politique de grande envergure en Méditerranée.

À l’issue de cet état des lieux, il est possible de dire que la puissance marseillaise en Méditerranée se met en place grâce à l’établissement de choix politiques. L’influence et l’interconnexion avec le monde méditerranéen profitent sans aucun doute à la cité. Cette expérience orientale a eu pour effet immédiat des changements politiques dans la ville. En effet les différentes rencontres et influences ont permis un questionnement des institutions qui permettant à Marseille de se transformer. Cette métamorphose est également accompagnée de privilèges commerciaux. L’un de ces premiers privilèges qui importait à la communauté marseillaise était, sans nul doute, l’assurance pour ses nationaux de jouir d’une totale liberté d’action sur mer et dans tous les centres commerciaux.

Le développement du commerce ne fait pas de la ville un port très actif dans le grand commerce méditerranéen, ni une rivale des principales places italiennes dans le trafic vers l’Orient, car elle ne possède en effet qu’un statut de place moyenne délaissant, faute de puissance suffisante, les destinations les plus éloignées et se concentrant plutôt, par des lignes serrées et un commerce soutenu, sur des zones plus proches et des pôles de redistribution de marchandises, comme dans les pays Barbaresques59. Cependant, n’oublions pas que Marseille a participé à la grande aventure des croisades en succédant à Saint-Gilles comme principal port d’embarquement pour la Terre Sainte à partir de la fin du XIIe siècle, ce qui explique l’existence d’un comptoir des Marseillais à Tyr et à Jérusalem60. L’importance de la ville en la matière fut d’ailleurs bien vite reconnue par les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, implantant à Marseille des structures destinées à assurer les liaisons maritimes avec leurs établissements des États latins d’Orient61. La ville, en plus de prendre une certaine place en Méditerranée, en tire des bénéfices économiques qui permettent sa mutation urbaine62, l’accroissement et la diversification de sa population. En prenant une place méditerranéenne, Marseille se construit un avenir.

 

CAMILLERI-GUILLEBERT Arnaud

Directeur de recherche Monsieur DOUMERC Bernard

Université Toulouse 2 le Mirail

FRAMESPA

 

Illustrations

Les routes commerciales et les places du commerce marseillais en Méditerranée Occidentale au XIIIe siècle63
Capture d’écran 2014-11-12 à 15.23.11

 

 

Les places du commerce marseillais en Méditerranée Orientale au milieu du XIIIe siècle64

Capture d’écran 2014-11-12 à 15.23.19

 

 

  1. CAMILLERI-GUILLEBERT Arnaud, « Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle. », dans Carnet de recherche “Séminaire doctoral d’histoire de Marseille”, http://semmars.hypotheses.org/475. []
  2. Archives municipales de Marseille (AMM), AA 11-2. []
  3. AMM, AA 11-3. []
  4. SALVATORI, E BONI  amici et Vicini. Le relazioni tra Pisa e la città della Francia meridionale dall’XI alla fine del XIII secolo, Pise, 2002. []
  5. BOURRILLY Victor Louis, L’histoire du commerce de Marseille, volume 5, tome 2, Aix-en-Provence, 1925, p. 820 : « Le point de vue commercial comptait seul pour les armateurs de Pise, de Gênes, de Venise et aussi de Barcelone ou de Marseille, et ce n’est qu’en fonction de leurs opérations financières qu’ils s’intéressaient à l’Orient latin. » []
  6. 6. Voir l’historique des tentatives génoises pour limiter l’expansion marseillaise en Méditerranéen occidentale. []
  7. AMM, liasse AA 57. Bulle du pape Innocent IV. []
  8. Ibid, liasse AA 9, AA 57, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBdR) liasse Papon-14, PORTAL Frédéric, La république marseillaise du XIIIe siècle,Marseille, 1907, p 327. []
  9. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 5-26. []
  10. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, Histoire du commerce de Marseille, tome 1, Paris, Plon, 1949, p 29-31. []
  11. MAS-LATRIE Louis, Relations et commerce de l’Afrique septentrionale ou Maghreb avec les nations chrétiennes au Moyen-Âge, Paris, 1886, p 70 et p 153. []
  12. DOUMERC Bernard, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 31-42. []
  13. AMM, AA 11, traités de paix et d’alliance 1136-1212. []
  14. Ibid, AA 19, 1226. []
  15. AMM, Concession de privilèges AA 9 1136-1212 : Foulque, troisième roi latin de Jérusalem et son épouse Mélisande, concèdent à la Commune de Marseille la propriété d’une rue et d’une église dans chaque ville de leur royaume ainsi que qu’une rente annuelle et perpétuelle de 400 besans sarrasins, payable tous les trois mois (Naples, 13 avril 1136). Baudouin, quatrième roi latin de Jérusalem, accorde à la commune de Marseille, la propriété d’une rue et d’une église et d’un four dans chacune des villes de son royaume, avec entière liberté pour les Marseillais d’aller, venir et trafiquer sans être soumis à aucun droit (Jérusalem, 23 septembre 1152). Guy de Lusignan, huitième roi latin de Jérusalem et son épouse Sibille, accordent aux Marseillais la libre entrée et sortie de leurs terres, sans être soumis à aucun droit, ainsi que la faculté d’établir à Acre une cour de justice pour les sujets Marseillais résidant dans son royaume (Acre, 24 avril 1190). Frédéric, roi de Sicile, accorde aux habitants de Marseille, Montpellier, Saint Gilles, la faculté de trafiquer librement en Sicile, sauf à payer un droit de un pour cent sur les Marchandises vendues. Il leur accorde en outre l’autorisation d’établir des consulats à Messine et à Syracuse. (Palerme mars, 1200). []
  16. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p 44. []
  17. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 22-26. []
  18. BARATIER Edouard, Document de l’Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1969, p 139. []
  19. NAPP Anke, « Pèlerins, moines soldats et marchands : de la foi au profit » dans Pécout Thierry (dir.), « Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée », Les horizons d’une ville portuaire », Méolans, Désiris, 2009, p 326. []
  20. AMM, AA 1, statut de la ville de Marseille, livre rouge ou noir. []
  21. BALARD Michel, La méditerranée médiévale : Espaces, itinéraires et comptoirs, Paris, Picard, 2006, p 112. []
  22. Ibidem, p. 127-129. []
  23. RAEDTS Peter, La croisade des enfants a-t-elle eu lieu ?, Paris, Seuil, 1988, p 58. []
  24. d’Arbois de Jubainville Henri, Catalogue d’actes des comtes de Brienne, 950-1356 dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1872, tome 33, pp. 141-186. []
  25. Maillard François, Lettres de baillie et de prévôté en Champagne de 1281 à 1314, Bibliothèque de l’école des chartes, 1960, tome 118, p. 167-178. []
  26. BARATIER Edouard, Histoire de Marseille, Toulouse, Privat, 1973, p. 76. []
  27. AMM, AA 1, statut de la ville de Marseille, chap. XXVII-XXVIII. []
  28. HEYD William, Histoire du commerce du Levant au moyen-âge, publiée sous le patronage de la Société de l’Orient latin, Amsterdam, 1967, p 146-147. L’acte dont il est question ici a disparu aujourd’hui. []
  29. AMM, liasse AA 9-4, Baudouin, quatrième roi latin de Jérusalem, accorde à la commune de Marseille, la propriété d’une rue et d’une église et d’un four dans chacune des villes de son royaume, avec entière liberté pour les Marseillais d’aller, venir et trafiquer sans être soumis à aucun droit (Jérusalem, 23 septembre 1152). []
  30. Guillaume de Tyr, « L’Estoire des Eracles, empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer », tome 1, dans René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem – II. 1131-1187. L’équilibre, Paris, Perrin,‎ 2006 (1935), p 534-535. []
  31. Le droit d’assise est un impôt indirect perçu sur la vente ou la consommation d’alcool. []
  32. ADBdR, liasse Papon, 14. La charte de Baudouin porte la notion de villas de marina, celle de Foulques dit villas tout court. Pour ce qui est de la date de la charte de Baudouin, il est question de sommes d’argent avancées par les Marseillais, ad succursum Esqualone et Joppe, ce détail nous fait supposer que la charte doit être en réalité de 1153 et non 1152. En effet 1153 est la date du siège et de la prise d’Ascalon. []
  33. Carte des fiefs et du système de défense avec l’intégralité des châteaux et castrum des États latins d’Orient dans RILEY-SMITH Jonathan, Atlas des croisades,  Paris, éditions Autrement, 1998, p. 57. []
  34. Ibidem []
  35. Ibidem []
  36. ABULAFIA D, « MARSEILLE, ACRE and the Mediterranean, 1200-1291 », dans EDBURY Peter.W et METCALF David Michael (dir.), COINAGE in the latin East, Oxford, 1980, p. 75 []
  37. ZARB Mireille, Histoire d’une autonomie communale, les privilèges de la ville de Marseille du Xe siècle à la révolution, Paris, édition Picard, 1961, p. 96. []
  38. Ibidem, p. 108. []
  39. AMM, AA 9-7. []
  40. Paris, Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions latines, 1306 Copie d’acte concernant la ville inférieure de Marseille, 1231-1259. []
  41. AMM, AA 9-8 : Concession de privilèges, 1136-1212. []
  42. AMM, AA 11, 12, 13 : Traités de paix et d’alliance entre la ville de Marseille et des communautés ou souverains étrangers 1208-1267. []
  43. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 5-26. []
  44. BEUGNOT Jacques Claude, Assises de Jérusalem, tome 2, chapitre CXLVII, Paris, Édition Beugnot, http://jeromedevard.fr/dossierpublique/ADJt.2Part.X.pdf . []
  45. Dans les actes de 1136 et de 1187 par exemple on note la présence de cette formule : « Preterea, si divina clementia alie civitates regni ad manus devenerint christianorum, do et concedo eis tales libertates et curiam in toto regno quales concessi in Tyro » En outre, si par la grâce divine, il advenait que des cités tombent entre des mains chrétiennes. Je donne et accorde des libertés dans tout le royaume de Tyr. AMM, AA 9. []
  46. VALERIAN Dominique, “Chapitre 2. Une évolution liée aux transformations au Maghreb et en Méditerranée”, dans Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, By Valérian,  Publications de l’École française de Rome, 2006, p. 595-672 : <http://books.openedition.org/efr/222>. []
  47. AMM, AA 9-2. Privilège concédé par Conrad de Montferrat, seigneur de Tyr, octobre 1187 : « concedo etiam et do eis stateram et pensas et modia et mensure vini et olei et omnium rerum que ponderari et mensurari possunt ut libere possint inter se ponderare et mensurare. » []
  48. AMM, AA 16-2, Concessions de droits 1223-1226. []
  49. AMM, AA 1. Texte des statuts municipaux sur la même question, chapitre 352. []
  50. AMM, AA 2, Statuts municipaux, livre 1, chapitre 18 et 19. []
  51. AMM,  AA 3, Statuts municipaux, livre 1, chapitre 18. []
  52. PERNOUD Régine, op. cit., p 350 à 352. []
  53. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p. 275 à 277. Voir les attributions consulaires. []
  54. Les Assises de Jérusalem sont des recueils de lois qui décrivent les institutions du royaume de Jérusalem et qui furent utilisées et adaptées pour le royaume de Chypre. Ces lois du royaume, d’abord sous formes écrites et dispersées, sont réunies en recueil au cours du XIIIe siècle : BEUGNOT Jacques Claude, Assises de Jérusalem, 2 volumes, tome 2, Paris, p 101. []
  55. PERNOUD Régine, op.cit., p. 70. []
  56. ZARB Mireille, op. cit., p. 101. []
  57. Le serment est exigé notamment dans la charte de Guy de Lusignan de 1190 et dans celle de Frédéric II de Sicile en 1200. « Le vicomte qu’il vous plaira de nommer nous prêtera serment de fidélité et jurera qu’il rendra la justice et tranchera (les plaids) suivant la coutume de la cour de votre pays. » AMM, AA 9-11 et 12. []
  58. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p 162-163. []
  59. HEYD William, op. cit., p 156. []
  60. AMM, liasse AA 9-9. []
  61. BARATIER Edouard, op. cit., p. 77. []
  62. Labande Léon Honoré, « La commune de Marseille, ses origines, son développement jusqu’à l’acquisition de la seigneurie des vicomtes », Deuxième article [V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264) — Raoul Busquet et V.-L. Bourrilly, « La Provence au Moyen Âge » (extrait de Bouches-du- Rhône, Encyclopédie départementale)], dans Journal des savants, Janvier 1927, p. 22-33 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jds_0021-8103_1927_num_1_1_2763 []
  63. MURAT Josée-Valérie, « Une ville à la recherche d’elle même, un port, un pôle, une proie. » dans PECOUT Thierry (dir.) op. cit., p. 390. []
  64. MURAT Josée-Valérie, BOUIRON Marc « Une ville à la recherche d’elle même, un port, un pôle, une proie. » dans PECOUT Thierry (dir.), op. cit., p. 392. []

Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

desordre_europeenÀ la fin du mois de février 2014 est paru un ouvrage à même de mieux éclairer la place de la Provence – et de Marseille – au sein de la compétition internationale qui se joue à l’époque moderne en Méditerranée.
Il est tiré de la thèse que vient de soutenir Fabrice Micallef à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, sous la direction du professeur Wolfgang Kaiser.

Voici un bref résumé de l’éditeur :

Aux XVIe et XVIIe siècles, l’ordre international européen était parfois menacé par des crises d’origine régionale. Ces désordres venaient des initiatives d’acteurs politiques ordinairement très faibles ou inexistants sur la scène internationale (municipalités, institutions provinciales, seigneurs locaux). Pour résoudre des conflits locaux ou nationaux, ces acteurs n’hésitaient pas à appeler des puissances étrangères à leur secours, dans une logique de solidarités politico-religieuses internationales. Quand l’espace concerné représentait un intérêt stratégique, les enjeux de ces appels scandaleux se collectivisaient, jusqu’à impliquer un grand nombre d’acteurs. Les « affaires de Provence » (1589-1598) permettent de comprendre le fonctionnement de ce type de crises. Au plus fort des guerres de Religion en France, les catholiques de Provence appelèrent à leur secours le duc de Savoie, le grand-duc de Toscane, les papes et le roi d’Espagne. Parce que la Provence avait une position stratégique entre Barcelone et Gênes, d’autres puissances intervinrent à leur tour: l’Angleterre, l’Empire ottoman, le duché de Lorraine et la République de Venise. À partir d’une étude minutieuse des événements, ce livre amène de nouveaux éclairages sur la dimension européenne des guerres de Religion. Cette approche permet surtout de mener une réflexion approfondie sur les défis stratégiques, intellectuels et rhétoriques d’une situation vécue à l’époque comme un désordre international, en raison de la marge de manoeuvre subversive acquise par des acteurs ordinairement insignifiants ou faibles. Les « affaires de Provence » contribuent ainsi à renouveler notre compréhension des relations internationales dans l’Europe moderne.

Pour voir le sommaire

Fabrice Micallef, Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, Publications de la Sorbonne, 54, 2014.

Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Aujourd’hui, la simple prononciation du nom de Marseille évoque une multitude d’images et de représentations qui s’entrechoquent. Il existe mille descriptions de cette ville, mille récits. Comment, à partir de cette abondance de récits, décrire l’histoire des réalités de Marseille ? À partir des années 1980, un des artisans les plus pertinent en a été l’historien Émile Témime. En travaillant directement sur ce qui apparaissait jusque là comme « à la marge » de la ville, en partant de ceux qui semblaient juste traverser la Canebière pour filer vers un destin inconnu, Émile Témime a reconstruit pierre par pierre l’histoire de Marseille, ville de migrations.
En s’appuyant sur celles et ceux qui ont également pris le parti de collecter parcours et mémoires des peuples de la ville, dans le cadre de la Biennale RHMIT-PACA,  Approches Cultures & Territoires, le Musée d’Histoire de Marseille et Marseille-Provence 2013 rendent ici hommage à l’historien qui a redonné à Marseille sa véritable nature : un carrefour des civilisations.


Lundi 18 novembre 2013 
de 9h00 à 17h00
au Musée d’Histoire de Marseille
2, rue Henri-Barbusse Marseille 1er
Entrée libre sur inscription  

 

Programme
9h00 : Accueil du public
9h30 : Introduction
9h45 : « Le récit des récits »
avec : Marie D’Hombres, auteure, association Récits
Nora Mekmouche, auteure et éditrice, Cris écrits
Aline Soler, auteure et réalisatrice sonore
Modérateur : Ramzi Tadros (ACT)
10h45 : Échanges
11h00 : « La ville des sociologues »
avec : André Donzel, sociologue (LAMES, CNRS-AMU)
Salvatore Condro, sociologue, (LAMES, AMU)
Sylvie Mazzella, sociologue (LAMES, CNRS-AMU)
Modérateur : Cesare Mattina, (LAMES, AMU)
12h00 : Échanges
12h30 : Repas libre
14h00 : Marseille, Marseilles
Projection du film documentaire de Mehdi Lallaoui, co-auteur avec Émile Temime (2002)
15h00 : Échanges avec le réalisateur
15h30 : « L’historien et la ville »
avec : Jean-Marie Guillon, historien, professeur des universités (Telemme, AMU)
Jacqueline Costa-Lascoux, sociologue, directrice de recherche (CNRS)
Modératrice : Sylvie Mazzella, sociologue (LAMES, CNRS-AMU)
17h00 : Échanges
17h30 : Conclusion
Contacts
98, rue de l’Évêché 13002 Marseille
Tél. : 04 91 63 59 88
2, rue Henri-Barbusse 13001 Marseille
Tél. : 04 91 55 36 00
 

Ouverture du Musée d’histoire de Marseille le 12 septembre 2013

Après de longs mois de travaux, le Musée d’histoire de Marseille ré-ouvrira ses portes le 12 septembre 2013.

Le musée retracera les 2600 ans d’histoire de Marseille sur 3500 m² d’exposition. Entièrement rénové, le musée est situé au cœur du Centre Bourse, en plein centre-ville, dans le 1er arrondissement de Marseille.

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, deux Journées Portes Ouvertes se dérouleront le 14 et 15 septembre 2013.

Adresse : Square Belsunce, 13001 Marseille.

http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-dhistoire-de-marseille

Horaires : du mardi au dimanche de 10h à 18h, fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 et 26 décembre.

“L’arte di verificare le date – L’art de vérifier les dates”

Depuis le mois d’avril 2013, l’historienne médiéviste Enrica Salvatori (Université de Pise) a lancé un carnet hypothèse intitulé “L’arte di verificare le date – L’art de vérifier les dates”. 

Ce carnet, bilingue italien/français, porte sur ses recherches consacrées à des questions de chronologie au sein de documents médiévaux, pour beaucoup produits en Provence, particulièrement à Marseille. Constatant des erreurs de datation dans certaines éditions de parchemins marseillais, reprises par une part importante de l’historiographie médiévale, elle a décidé d’orienter ses recherches dans la vérification de ces dates.
Le titre de son carnet est d’ailleurs inspiré de l’ouvrage publié par Charles Clémencet en 1750, L’Art de vérifier les Dates ou faits historiques des chartes, des chroniques, et anciens monuments depuis la naissance de Jésus-Christ… (la troisième édition, datant de 1818, est consultable ici)

Le principe de son carnet est alors de rendre public son travail afin de susciter des commentaires, discussions, et débats avec la communauté scientifique. L’objectif est alors de reprendre son travail, enrichi par ces divers échanges, au sein d’une publication.

Bonne lecture !

Les mondes du spectacle à Marseille en 1925

Cette page recense les travaux d’étudiants de M1 au cours de l’année universitaire 2011-2012, portant sur les formes spectaculaires à Marseille en 1925.

-Matías Sánchez Barberán, “L’opéra municipal de Marseille 1925″ : Sanchez Barberan-Opéra municipal Marseille 1925

-Vincent Fiole et Marianne Goldin, “Le Jazz à Marseille pendant la période 1925″ : Fiole-Goldin-Jazz à Marseille 1925

-Daphné Lorin, “Genres dans les journaux en 1925″ : Lorin-Genre journaux 1925

-Henning Schmidt-Von Hagen, “Le spectacle de football à Marseille en 1925″ : Schmidt-von Hagen-spectacle de foot 1925

 

Les mondes du spectacle à Marseille en 1900

Cette page recense les travaux d’étudiants de M1 au cours de l’année universitaire 2010-2011, portant sur les formes spectaculaires à Marseille en 1900.

-Sophie Bassi, “Les réactions violentes du public dans les salles de spectacle” : Bassi-Violence public des spectacles

-Léa Birckel, “Le spectacle comme véhiculation du patriotisme, à Marseille en 1900″ : Birckel-patriotisme 1900

-Giorgio Cassone, “Louis Foucaurd, un marseillais de Marseille” : Cassone – Foucard

-Juliette Lapize, “La rthorique de la critique de spectacle en 1900″ : Lapize-rhétorique critique

-Andrea Tusa, “Les luttes au Palais de Cristal de Marseille : un spectacle extraordinaire et exceptionnel. Entre sport “subversif”, altérité corporelle et sémiologies conflictuelles” : Tusa-Luttes du Palais de Cristal

Présentation

logo

Au cours de deux années, dans le cadre du séminaire “Initiation à la recherche en histoire moderne et contemporaine” de Jean Boutier, les étudiants de première année du Master “Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie” ont réalisé une enquête collective. Avec la collaboration de Jean-Baptiste Xambo, ils ont travaillé sur les formes spectaculaires à Marseille en 1900, puis en 1925.

Les sources et la bibliographie générale qui ont été utilisées sont disponibles ici :

Documents d’archives

Bibliographie

Marseille vu par 100 photographes du monde

parkseunghoon-1365709484-26817Présentation par l’organisateur :

Une exposition événementielle, présentée par la Bibliothèque départementale, dans l’ensemble du site des ABD Gaston-Defferre, qui joue sur les ruptures et confrontations des différentes esthétiques et évoque par sa mise en scène la dimension urbaine du sujet.

Largement ouverte sur la mer, enserrée par plusieurs collines, à la topographie accidentée, Marseille est une ville cosmopolite, carrefour d’échanges, zone de passage et de brassage de peuples et de cultures.

Durant plusieurs années, des photographes venus des quatre coins du monde ont traversé la ville méditerranéenne, pour des résidences d’artistes ou des expositions organisés par l’Atelier de visu.

Les images captées par cent d’entre eux et sélectionnées par le photographe Antoine d’Agata, cofondateur de l’Atelier de visu, dressent un portrait original de la ville constitué d’une pluralité de regards singuliers.

Au-delà de cette perception sensible et multiple de la cité phocéenne, l’ensemble des photos ainsi rassemblées dans cette exposition permet également de montrer la vitalité, la diversité, la force créatrice d’artistes qui ont choisi la photographie comme médium. Une autre manière de montrer les enjeux esthétiques du champ photographique actuel.

C’est par le jeu d’infinies combinaisons laissées à l’imagination du visiteur, que cette exposition invite à regarder comment, entre identité et différence, « Marseille accueille le monde ».

Les photographes

Michal Adamovský (République Tchèque),  Morten Andersen (Norvège), Coskun Asar (Turquie), Ami Barnes (Angleterre), Brigitte Bauer (Allemagne), Didier Ben Loulou (Israël), Stefan Bladh (Suède), François Bodeux (Belgique), Christophe Bourguedieu (France), Michel  Bousquet (France), Ariadne Breton-Hourcq (France), Anne-Claire Broc’h (France), Sébastien Camboulive (France), Sophie Carlier (France), Milena  Carstens (Allemagne), Trine Christensen (Danemark), Stephan Cleef (Allemagne), Liliana Constantin (Roumanie), Gilles Coulon (France), Stéphane Degros (Belgique), François Deladerrière (France), Bernard Descamps (France), Bertrand Desprez (France), Clément Deuve (France), Anouk Deville (France), Bětka Diringerová (République Tchèque), Laetitia Donval (France), Richard Dumas (France), Marcus Erixson (Suéde), Jérôme Galland (France), Federico Gargaglione (Sicile), Simona Ghizzoni (Italie), Josquin GF (France), Samuel Gratacap (France), Andrea Graziosi (Italie), Brigitte Grignet (Belgique), Pascal Grimaud (France), Albert Grondahl (Danemark), Maude Grübel (Allemagne), Roger Guaus (Espagne), Nina Hauki (Finlande), Thomas Hauser (France), Park Seung Hoon (Corée du Sud), Arja Hyytiäinen (Finlande), Smin Kim (Corée du Sud), Jáchym Kliment (République Tchèque), Sandra Knob (Allemagne), Lasse Kofod (Danemark), Laurence Lagier (France), Daniel Laurinc (Slovaquie), Géraldine Lay (France), Stéphane Lemaire (France), Joan Liftin (Etats-Unis), Philippe Loparelli (France), Raoul Valero Lopez (Espagne), André Lützen (Allemagne), Scott Mackenzie (Grande-Bretagne), Mathilde Magnée (France), Maki (France), Aino-Marjatta Mäki (Finlande), Dolorès Marat (France), Pascal Martinez (France), Geoffroy Mathieu (France), Lorenzo Meloni (Italie), André Mérian (France), Sabine Mirlesse (Etats-Unis), Monia Montali (Italie), Nadia Mounier (Egypte), Christina Nijim (Israël), Timothy Nordhoff (Grande-Bretagne), Marion Normand (France), Sébastien Normand (France), Lina Pallota (Italie), Idalina  Pedrosa (Portugal), Mathieu Pernot (France), Salla Pesonen (Finlande), Ossi Piispanen (Finlande), Bernard Plossu (France), Tom Pope (Angleterre), Dani Pujalte (Espagne), Sarah Ritter (France), Antoine Rivière (France), Nina Röder (Allemagne), Anne-Laure Ruffin (France), Fabio Sgroi (Italie), Sarah Skorgan Teigen (Norvège), Klavdij Sluban (France, origine Slovénie), Dorothée Smith (France), Marie Sommer (France), Marie Sprowls (Etats-Unis), Maria Sturm (Allemagne), Ali Taptik (Turquie), Stéphanie Tétu (France), Marie-Amélie Tondu (France), Juan Valbuena (Espagne), Jean-Pierre Vallorani (France), Mélanie Vogel (Allemagne), Tristan Vostry (Allemagne), Cemre Yesil (Turquie), Patrick Zachmann (France).

 

Bibliothèque Départementale des Bouches-du-Rhône – 20 rue Mirès, 13003 Marseille

Entrée libre du lundi au samedi de 10h à 18h

Marseille/Baltimore : deux villes portuaires sous le feu de séries télévisées, 31 mai 2013

MarseilleBaltimorePrésentation par les organisateurs : Sur les rives de l’Atlantique et de la méditerranée Baltimore et Marseille présentent des traits similaires en raison de leurs  histoires de grandes villes portuaires nourries d’échanges inter-continentaux, mais aussi de trafics et de réseaux criminels…Comme d’autres villes portuaires au demeurant, elles ont toutes deux été frappés par la désindustrialisation et se sont engagées dans de profondes restructurations urbaines. Dans cette perspective, la série télévisée de la chaîne HBO, The Wire, peut-être considérée comme  une remarquable fresque traitant de ces processus. A partir du fil conducteur du trafic de drogue, elle met en lumières les modes de structurations des gangs et leurs connexions nationales et internationales, ainsi que leurs relations avec les mondes politiques et judiciaires. Mais son ambition est aussi de traiter des questions éducatives et médiatiques pour nous proposer une vision à la fois non manichéenne et globale du fonctionnement d’une ville et par extension d’une société contemporaine en régime néolibéral.

Marseille est aussi avec « Plus belle la vie », le lieu et l’objet d’une série télévisée quotidienne qui se situe toutefois sur d’autres registres thématiques. Pourrait-on alors interroger Marseille au prisme de la série The Wire ? S’agirait-il d’un simple prétexte ou un moyen d’interroger ces réalités à nouveaux frais ? Pourrait-on ainsi dépasser les clichés habituels pour aborder des mécanismes complexes et dépasser l’approche sécuritaire qui domine ces questions ? Ou bien encore, peut-on penser que ces deux villes affrontent des phénomènes voisins car partie prenante de la globalisation contemporaine?

Deux axes de réflexions structurent cette journée organisée autour de la thématique des villes à l’économie sinistrée où se côtoient diverses minorités ethniques et religieuses et où se pose avec acuité la question de la criminalité, sur fond d’urbanisme défectueux accroissant l’opposition entre des modernisations partielles et des espaces urbains dépressifs et chaotiques. Le premier s’interrogera sur le lien entre le format télévisuel et la ville, notamment avec l’approche documentaire qu’une série peut utiliser tout en faisant appel aux forces de la fiction avec des personnages incarnant des contradictions et des situations problématiques. Le deuxième axe prendra en compte, à partir du cas marseillais, les proximités entre les deux villes concernant la ville portuaire confrontée à un long déclin économique et soumise à une restructuration de son front de mer et de ses activités.

 

Le 31 mai 2013, de 9h à 18h. Salle de formation des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 20 rue Mirès, 13003 Marseille. Entrée libre.

 

Bibliographie sur Marseille à l’époque moderne

Il a quelques mois Marc Bouiron, Directeur du Service Archéologie de la Ville de Nice et chercheur associé au CEPAM (UMR 6130), a eu la gentillesse de nous transmettre une bibliographie qu’il a constitué sur l’histoire de Marseille à l’époque moderne.

Ce travail a été réalisé entre 1995 et 2000, sans les facilités qu’offrent aujourd’hui Internet et notamment les sites GoogleBooks et Gallica. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce travail colossal est néanmoins très complet, offrant aux chercheurs et passionnés un catalogue de 1360 références pour les Temps Modernes.

Nous adressons bien évidemment nos remerciements à Marc Bouiron d’avoir proposé cette diffusion sur notre carnet.

 

La bibliographie se trouve ici.

Histoire d’une ville : Marseille

couverture8-224x300Présentation par l’éditeur : En dix chapitres, cet ouvrage propose une synthèse actualisée des connaissances sur la plus ancienne ville de France, dans ses différentes composantes (urbaine, politique, économique, sociale et culturelle). L’histoire de Marseille est ainsi balayée de la préhistoire à nos jours, par une dizaine d’universitaires spécialistes de la question.

En complément du texte, l’ouvrage comprend :

– plus de 1 000 illustrations, cartes, plans et documents d’archives, dont certains inédits ;

– des portraits et des anecdotes, un glossaire, une double frise chronologique (l’histoire de Marseille et la grande histoire) ;

– des focus sur le patrimoine et la culture de chaque période ;

– un plan en fin d’ouvrage avec des parcours historiques pour poursuivre l’investigation dans la ville même.

Liste des contributeurs : Marie-Françoise Attard-Maraninchi, ingénieur de recherche, UMR Telemme ;  Jean-Lucien Bonillo, professeur à l’Ecole d’architecture de Marseille-Luminy ; Gilbert Buti, professeur Aix Marseille université; Jean Clottes, conservateur général honoraire du Patrimoine ;  Jean Courtin, préhistorien, CNRS ; Xavier Daumalin, professeur Aix Marseille université, UMR Telemme ;  Nicole Girard, maître de conférences honoraire Aix Marseille université, UMR Telemme ; Jean-Marie Guillon, professeur Aix Marseille université, UMR Telemme; Jean Guyon, de l’Académie de Marseille, directeur de recherche émérite CNRS, Aix Marseille université ; Thierry Pécout, Institut universitaire de France, professeur à l’université de Saint-Etienne, UMR Telemme ; Henri Trézini, directeur de recherche CNRS, Aix Marseille université ; Michel Vovelle,  professeur émérite à la Sorbonne, Institut d’Histoire de la Révolution française.

 

Régis BERTRAND (dir.), Marseille, histoire d’une ville, Marseille, Sceren-Crdp d’Aix-Marseille-Ville de Marseille, col. « Parcours de villes », décembre 2012, 240 p.

Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

 

Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée.

Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

par Arnaud CAMILLERI-GUILLEBERT1

 

 

« La source est là, dans l’espace méditerranéen, la source profonde de la haute culture dont notre civilisation se réclame. Quand nous rêvons d’accomplissement humain, de la fierté et du bonheur d’être homme, notre regard se tourne vers la Méditerranée. »

DUBY.G

 

Enluminure représentant la ville de Marseille depuis 1826. http://www.marseillais-du-monde.org/blason_mars.php3.

Ville d’accueil et d’immigration du berceau méditerranéen, Marseille s’est au fil du temps constituée une identité forte, bénéficiant d’une culture diversifiée, durant des périodes glorieuses et prospères mais également pendant des phases de crises. Souvent caricaturée, elle a toujours suscité un intérêt particulier et stimulé l’imaginaire populaire.

Marseille symbolise la Méditerranée : un lieu d’échange, un carrefour des peuples, une zone de création. La cité phocéenne est au cœur des réseaux et des échanges de la mer intérieure. Elle ne représente sans doute pas un lieu prépondérant de l’histoire méditerranéenne comme Venise, Constantinople, Alexandrie ou Barcelone, qui sont des cités commerciales d’une importance majeure durant l’intégralité de la période médiévale. On ne peut remettre en question la participation de la cité phocéenne dans le commerce maritime et l’importance de son action dans la promotion des relations entretenues avec l’arrière pays et le pourtour méditerranéen. Étudier l’histoire de Marseille au Moyen Âge c’est appréhender l’histoire de la Méditerranée médiévale. À aucune autre époque sans doute le destin de la ville ne s’est à ce point identifié avec celui de la mer harmonieuse et « quasi familiale », pour reprendre l’expression de Pirenne2.

L’objectif du travail ici était dans un premier temps de faire un état des lieux de la recherche historique à l’époque médiévale de notre sujet et de le replacer dans un contexte méditerranéen. Ce monde est une mosaïque culturelle complexe, divisé entre terre et mer, parcouru par différents courants de pensées qui enrichissent les hommes et les cités, au fur et à mesure d’échanges, de confrontations, de métissages et d’évolution. Cet espace méditerranéen est au cœur même de la société médiévale sur lequel se porte notre intérêt.Les historiens ne s’accordent pas sur une définition précise de cet espace, fait selon Braudel « d’immensité et de limite »3. C’est sans aucun doute un espace facilité par la mobilité organisé et les communications multiples. La domination de la Méditerranée, qu’elle soit militaire, religieuse ou commerciale, constitue un enjeu primordial. Ainsi la circulation des peuples, des marchands, des pèlerins, des esclaves et autres soldats rend possible le développement de la cité phocéenne.

Marseille, ville portuaire, porte vers l’Orient, incarne de manière singulière la Méditerranée et cela depuis la période antique. Quand on lit un article, un livre sur cette cité, les différents auteurs s’imprègnent d’un regard méditerranéen. Cependant dans notre travail de recherche, nous avons tenté de nous rapprocher de cette représentation tout en voulant montrer que la cité marseillaise est connectée au monde maritime médiéval.

Les archives municipales de Marseille tout comme celles de la chambre de commerce et d’industrie, regorgent pour la période médiévale de milliers de feuillets retraçant la place occupée par la cité maritime. Sur la période étudiée ici, nous avons utilisé 186 documents datés entre 1136 et 1246. L’histoire de Marseille à la période médiévale n’a généralement pas été faite pour l’instant, sauf d’un point de vue local : le rôle joué par la micro histoire n’est pas négligeable, mais poussé à l’extrême, se pose néanmoins la question de la représentativité du cas étudié pour rendre compte d’un phénomène aussi massif que le cas de la cité marseillaise et de ses enjeux méditerranéens. C’est pour cette raison que nous allons essayer de remettre dans le débat la position marseillaise en Méditerranée à la période médiévale.

Marseille durant le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècle), est une ville sereine, une cité qui trouve un certain équilibre entre les trois grands pouvoirs politique, religieux et économique. La preuve en est, avec le développement de la population. On enregistre dans la cité marseillaise une amélioration de la production vivrière durant les XIe et XIIe siècles. Selon Jacques le Goff, la population de Marseille au début du XIIIesiècle s’élève entre 20 000 et 30 000 habitants4. L’amélioration frumentaire permet un accroissement de la population dans le périmètre urbain en développement.

Le perfectionnement de la vie marseillaise se joue également grâce au retour de la sécurité dans la ville et dans la région. La pression arabe sur le territoire marseillais cesse5, l’Islam recule en Méditerranée occidentale. Les musulmans sont chassés de Sardaigne par les Génois unis aux Pisans et les Normands les expulsent de l’Italie du Sud et de la Sicile6. Il faut prendre en compte la diminution de la piraterie barbaresque dans ces événements méditerranéens qui profitent à la cité phocéenne. Un redémarrage de l’économie commerçante, de la diplomatie régionale ou méditerranéenne est en cours. Tous ces éléments permettent la mise en place d’un système politique stable.

Le modèle italien influence l’évolution de notre port méditerranéen par la présence de commerçants pisans et génois. Il y a en Provence, comme en Italie, un véritable esprit communal qui émerge. L’élaboration de ces communes est à replacer dans le cadre d’un esprit d’émancipation urbaine et villageoise. Cette forme de régime doit être reliée à l’institution de la seigneurie ainsi qu’au phénomène d’encellulement multipliant les lieux d’habitats, à cause de nécessités matérielles en liaison avec un besoin d’institutions collectives7.

À Marseille, cela se traduit par le rachat des droits seigneuriaux, et la mise en place d’un pouvoir consulaire représenté par des podestats8. La philosophie communale ne provient pas d’une volonté de révolution sociale, mais plutôt d’une volonté d’adaptation, cela dans le but de pouvoir continuer à être compétitif dans les domaines socio-économiques. Après avoir étudié des registres des délibérations de la série BB présents aux archives municipales de la ville de Marseille, nous avons pu dégager que de 1221 à 1229, six podestats se succèdent à Marseille.

En voici la liste :

  1. REFORCIAT 2 mai 12239
  2. CARNEVARI DE OZENO 122410
  3. SPINUS DE SOREZINA 2 novembre 122511
  4.  HUGOLIN DONNEDAME 12 juillet 122612
  5. LANTELME PREALON 10 avril 122513, (sous réserve, il est nommé dans des vidimus14 daté de 1256, 1258, mais il n’apparaît pas dans les délibérations de 1225.).
  6. ROBERT DE CONCAREZZA 1 décembre 122715

Une fois établit la construction politique de la ville, les dirigeants marseillais peuvent se lancer dans une vaste entreprise commerciale. Celle-ci consiste dans un premier temps à établir de fortes relations avec l’arrière-pays, ce qui permet à la cité phocéenne de lancer les bases d’un commerce international, avec la mise en place d’infrastructures portuaires. Mais le changement de visage de Marseille s’explique aussi, dans un second temps, par le rôle joué dans la vie politique de la cité par les différents corps de métiers et les chefs qui en sont issus. L’art de la mer a été à Marseille ce que fut à Florence l’art de la laine. Il permet l’établissement d’une législation originale, comme on le voit dans les statuts de la ville au XIIIe siècle : les Marseillais adoptent un code maritime ample, clair et détaillé dont on cherche encore l’équivalent en Provence.

Le succès de l’émancipation d’un grand port comme Marseille au XIIesiècle, s’explique en partie par l’essor du commerce méditerranéen. La cité commence alors à prendre une place de plus en plus importante en Méditerranée, en surpassant les ports de Saint-Gilles et Montpellier, importants pour le transport des pèlerins et dans le commerce maritime. Notre ville évolue en un port incontournable du nord de la Méditerranée Occidentale, en devenant l’un des principaux marchés des produits d’Orient, à coté des cités maritimes italiennes qui fréquentent le littoral marseillais. Il faut ajouter à cela l’établissement d’ordres religieux comme celui des Templiers et des Hospitaliers en 118016, prouvant l’importance de Marseille dans le trafic en Méditerranée.

Après avoir mis en place un monopole du trafic dans la vallée rhodanienne, la ville veut se porter vers la haute mer. Cela passe dans un premier temps par des accords avec les cités-états italiennes comme Gênes. En 1203, les deux villes signent une alliance et un accord commercial qui permet d’asseoir sur un pied d’égalité les deux cités. Ce traité définit les aires commerciales et règle les problèmes passés. Les actes notariés génois, conservés dans leur ville d’origine et pour quelques-uns aux archives municipale de la ville de Marseille, nous permettent de voir que la ville marseillaise est une importante cité d’escale pour les navires italiens en direction de l’Espagne, mais aussi vers l’Afrique du Nord. Cependant, la preuve la plus éclatante de la place méditerranéenne de Marseille est certainement la venue du roi d’Angleterre Richard Cœur-de-Lion (en 1157, 1189 et 1199). Ce dernier, en partance pour la Terre Sainte, y fait escale en août 1190, lors de la troisième croisade.

C’est à ce moment-là que Marseille devient un grand port d’embarquement vers l’Orient. À l’été 1190, plusieurs contingents de croisés de différentes nations s’embarquent dans la ville. Dans le Levant, les marins marseillais se sont mis au service des croisés, ce qui permet l’obtention de nombreux privilèges, comme on le voit dans la liasse AA9 des archives municipales de Marseille, évoquant la concession de privilèges. Avant l’embarcation du roi anglais on remarque l’importance marseillaise en 1187, Conrad de Montferrat (1145-1192) avant concédé à Tyr des franchises de douanes et d’établissement. Cependant, le diplôme de Guy de Lusignan roi de Jérusalem (1159-119417) accorde en 1190 aux marchands et marins marseillais la fondation d’un établissement commercial à Acre afin de récompenser ces derniers pour leur aide et contribution lors du siège de la ville. La confirmation de ces privilèges par le roi Jean de Brienne en 1213 appuie l’existence d’une rue, d’une église, de maisons et boutiques dans la ville d’Acre. De plus, nous apprenons par ce document que la communauté des Marseillais jouit de franchises judiciaires et fiscales, sous l’autorité d’un consul, ce qui suppose une certaine autonomie des habitants de la cité  dans différentes villes orientales. Jusqu’à la prise de Saint-Jean d’Acre par les musulmans en 1291, les nefs marseillaises viennent régulièrement y charger leurs cales de produits.

Les contrats des frères Etienne et Jean Manduel, ainsi que les actes notariés d’Amalric permettent de mesurer l’importance des transactions à Marseille au milieu du XIIIesiècle et de connaître l’activité des marchands, ainsi que la fréquence d’entrée et de sortie des navires dans le port18. En plus des deux nefs du Temple et de l’Hôpital qui relient la ville provençale et Acre deux fois par an, sur cette même route maritime les armateurs marseillais possédaient 16 nefs ralliant l’Orient quatre fois dans l’année. Ces armateurs faisaient escales à Chypres, à Tyr, à Beyrouth puis Acre, plus rarement à Alexandrie. Outre les voyages commerciaux vers l’Orient, le port de Marseille met en place le transport des croisés et des pèlerins, ce qui est très lucratif pour la ville. En-dehors des expéditions commerciales vers l’Orient et des croisades, il faut noter la présence importante et annuelle des pèlerins qui relient Marseille dans le désir de franchir le bassin méditerranéen en direction de la Terre Sainte.

Les rédacteurs des statuts de Marseille, soucieux de la renommée de la cité, légifèrent pour éviter les abus et leur garantir un logement décent,  ainsi qu’un ravitaillement suffisant19. Entre les Marseillais et l’Orient, les échanges commerciaux deviennent perceptibles dans la documentation à partir de la fin du XIIe et au XIIIe siècle. Ces échanges constituent une toile de fond constante des relations entre les différentes régions de la Méditerranée. L’existence du Royaume Latin de Jérusalem fondé en 1099, joue le rôle d’appel d’air. Mais au XIIe siècle, seule l’activité des marchands italiens est visible. Ce n’est qu’à la fin du siècle, avec les victoires musulmanes qui anéantissent presque le Royaume Latin que des ressources, des énergies nouvelles sont demandées avec insistance. La situation de prédominance des cités italiennes est alors bousculée. C’est également à ce moment-là que les Marseillais profitent de l’occasion pour s’installer en Orient. Bouyala d’Arnaud nous informe sur la mentalité des gens de la ville : « Les croisades fortifièrent la puissance des rois. Les seigneurs, au cri de Dieu le veut se firent massacrer par les Turcs. La féodalité s’évanouit. Et les villes libres maritimes connurent par le trafic avec l’Orient, un essor considérable. Les croisades furent d’un grand profit à ceux qui ne prirent point la croix… Marseille retrouva alors son activité et sa splendeur. Elle n’alla pas combattre l’infidèle. Elle s’y fut affaiblie d’avantage et ruinée. Elle transporta les croisés en Palestine et en rapporta les produits précieux. Sa fortune commerciale moderne date de là. Massalia était morte. Marseille naissait. »20. Grâce à ces différentes concessions et confirmations qui payaient des services rendus aux croisés, les marchands marseillais pouvaient rivaliser en Orient sur le même plan que les grandes cités maritimes italiennes comme Gênes, Pise et Venise sans trop de désavantage et ainsi parfois soutenir la concurrence, même si l’établissement des marchands marseillais dans le Levant n’a jamais égalé en nombre et en durée ceux des Italiens. Jamais les conditions pour le commerce maritime méditerranéen n’avaient pour Marseille été plus favorables.

Nous pouvons ainsi nous demander si la ville maritime est une ville commerciale, ou un entrepôt où sont stockées les marchandises avant qu’elles ne soient redistribuées aux quatre coins du monde connu. Après ce rapide tour d’horizon, il est possible de supposer que la cité est sans doute une plaque tournante de redistribution des marchandises méditerranéennes, car dans aucun des documents datant du XIIe et XIIIe siècle nous n’avons la mention de stockage des denrées pour une conservation de longue durée.

L’ambigüité de l’utilisation du port de Marseille reste toujours en place, et l’on peut également se questionner sur sa fonction : un simple point d’appui, un emporium maritime qui permet de recevoir puis redistribuer les marchandises par la mer, ou un port régional qui permet une entrée et une sortie dans l’arrière-pays21? Marseille occupe une place de carrefour excellente visant à une double fonction : celle d’un port naturel fournissant une place commerciale à proximité de la région rhodanienne, qui possédant une profonde intégration dans l’arrière-pays, mais pouvant également se projeter dans l’ensemble de la Méditerranée.

En effet, les sources écrites évoquent une redistribution des denrées, les marchands déposent leurs marchandises sur les docks du port et repartent aussitôt, tandis que d’autres viennent récupérer les marchandises pour les revendre dans les foires du nord, ou les envoyer sur les côtes espagnoles. Marseille est certainement plus un port-relais, connecté au système de cabotage méditerranéen.

À l’issue de cet état des lieux, il est possible de dire que la puissance marseillaise en Méditerranée s’est construite grâce à la construction et les choix politiques de la ville. L’influence et l’interconnexion avec la péninsule italienne profitent sans aucun doute à la cité. Le développement du commerce ne fait pas de la ville un port très actif dans le grand commerce méditerranéen, ni une rivale des principales places italiennes dans le trafic vers l’Orient, car elle ne possède en effet  qu’un statut de place moyenne délaissant, faute de puissance suffisante, les destinations les plus éloignées et se concentrant plutôt, par des lignes serrées et un commerce soutenu, sur des zones plus proches et des pôles de redistribution de marchandises, comme dans les pays Barbaresques. Cependant, n’oublions pas que Marseille a participé à la grande aventure des croisades en succédant à Saint-Gilles comme principal port d’embarquement pour la Terre Sainte à partir de la fin du XIIe siècle, ce qui explique l’existence d’un comptoir des Marseillais à Tyr et à Jérusalem. L’importance de la ville en la matière fut d’ailleurs bien vite reconnue par les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, implantant à Marseille des structures destinées à assurer les liaisons maritimes avec leurs établissements des états latins d’Orient. La ville, en plus de prendre une certaine place en Méditerranée, en tire des bénéfices économiques qui permettent sa mutation urbaine, l’accroissement et la diversification de sa population. En prenant une place méditerranéenne, Marseille se construit un avenir.

 

Le projet pour la recherche future est d’accentuer la démarche analytique afin de mieux comprendre la mise en place de la commune marseillaise, savoir si une confrontation entre les différents pouvoirs se met en place ou s’il y a une cogestion qui permet de créer un nouvel élan dans la cité maritime. Il serait de plus intéressant pour comprendre la mise en place du système politique d’évaluer l’influence de la péninsule italienne et aragonaise dans ce processus.
Il y a également un désir d’appréhender le travail des étrangers dans notre commune marchande. Cela implique de définir le terme de migrants, leurs provenances, ainsi que leurs implications dans les affaires de la ville, de même que leurs sphères (politique, religieuse, commerciale, artistique). Pour répondre à ces différentes questions, les archives municipales de la ville de Marseille, ainsi que les archives départementales des Bouches-du-Rhône sont nos principales sources.

  1. Ce billet est issu d’un mémoire de Master I en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie médiévale, soutenu à l’Université de Toulouse II le Mirail en Juin 2012 et réalisé sous la direction de Bernard DOUMERC. []
  2. PIRENNE Henri, Les villes du Moyen-Age. Essai d’histoire économique et sociale, Bruxelles, Maurice Lamertin éditeur, 1927, p 52. []
  3. BRAUDEL Fernand (direction), DUBY Georges, La méditerranée les hommes et héritage, Champs Flammarion, 2002 (1977), p.311. []
  4. Jacques le Goff, La Civilisation de l’Occident Médiéval, Flammarion, Paris, 1997. []
  5. Le début de l’expulsion des musulmans de Provence par Hugues d’Arles en 926 et son achèvement en 972 avec la prise de la dernière citadelle sarrasine du Freinet par Guillaume le libérateur, marque la renaissance de Marseille autour de l’abbaye de Saint-Victor vers la fin du Xe siècle. []
  6. MARTINEZ-GROS (direction), Pays d’Islam et monde latin 950-1250, Neuilly, Atlande, 2002. []
  7. HUBERT Etienne, « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/1, 59e année, p. 109-139. []
  8. À la fin du XIIe siècle, le gouvernement des communes italiennes et provençales est paralysé par l’affrontement entre l’oligarchie en place, les milites et les exclus du pouvoir, le popolo. Les communes font alors appel à un magistrat unique, choisi dans une ville alliée pour une durée de un an. Le podestat joue alors le rôle de médiateur et de chef de gouvernement aux vastes pouvoirs (administratifs, politique étrangère, politique de construction, de guerre). []
  9. AM, Marseille, BB1. []
  10. AM, Marseille BB36. []
  11. AM, Marseille BB1. []
  12. AM, Marseille BB2-1. []
  13. AM, Marseille H 379. []
  14. un vidimus (du latin vidimus, « nous avons vu ») est la copie certifiée d’un acte antérieur. On dit que l’acte est vidimé. On trouve fréquemment des actes vidimés dans les confirmations établies à l’avènement d’un nouveau seigneur ou souverain. []
  15. AM, Marseille HBB12. []
  16. Les ordres religieux-militaires, sont nés de la nécessité de défendre les Etats latins de Terre Sainte fondés en 1099 et d’acheminer les pèlerins en Terre Sainte. []
  17. Au trône de 1186 à 1194. []
  18. BARATIER Edouard, Document de l’Histoire de la Provence, Toulouse, Privat 1969, p.139. []
  19. AM, Statut de la ville de Marseille AA1 chap. XXVII-XXVIII. []
  20. PEISSON Edouard, Navires de Provence des galères aux derniers voiliers, édition Detaille, Marseille, 1955, p.32. []
  21. L’emporium est un comptoir commercial []

A venir : “Marseille Plossu”, exposition photographique à la Vieille Charité

Du 13 octobre au 16 décembre prochain, se tiendra à la Vieille Charité l’exposition “Marseille Plossu”. Elle sera composée de plus de 230 clichés inédits en noir et blanc du photographe Bernard Plossu, réalisés dans la cité entre 1991 et 2011, et fera écho à une autre exposition ayant lieu au musée Granet d’Aix-en-Provence.

 

Exposition du 13 octobre au 16 décembre 2012

Horaires : 10h-18h tous les jours (sauf lundi), nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

Visites commentées les samedi et dimanche à 15h.

Autour de l’exposition : Conférence de Bernard Plossu jeudi 13 décembre à 18h, salle du Miroir (Vieille Charité); Exposition de grands formats de Bernard Plossu en gare Saint-Charles dans la salle Arthur Rimbaud, sur le thème du train et du voyage.

Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille – 04 91 14 58 80.

Plus d’informations sur le site de la ville de Marseille :

http://www.marseille.fr/siteculture/jsp/site/Portal.jsp?document_id=14885&portlet_id=4