Archives par mot-clé : histoire de Marseille

Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

couv_quartportmarseilleC’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la parution du livre de Colette Castrucci. Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat, propose une reconstitution du quartier de Marseille dénommé Corps de Ville à partir du XVIe siècle, situé autour de l’hôtel de ville, le long du quai du port, qui constitua le centre de la ville du Moyen Âge au XVIIIe siècle,  mais fut presque entièrement détruit en 1943.  Continuer la lecture de Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

desordre_europeenÀ la fin du mois de février 2014 est paru un ouvrage à même de mieux éclairer la place de la Provence – et de Marseille – au sein de la compétition internationale qui se joue à l’époque moderne en Méditerranée.
Il est tiré de la thèse que vient de soutenir Fabrice Micallef à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, sous la direction du professeur Wolfgang Kaiser.

Continuer la lecture de Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Aujourd’hui, la simple prononciation du nom de Marseille évoque une multitude d’images et de représentations qui s’entrechoquent. Il existe mille descriptions de cette ville, mille récits. Comment, à partir de cette abondance de récits, décrire l’histoire des réalités de Marseille ? À partir des années 1980, un des artisans les plus pertinent en a été l’historien Émile Témime. En travaillant directement sur ce qui apparaissait jusque là comme « à la marge » de la ville, en partant de ceux qui semblaient juste traverser la Canebière pour filer vers un destin inconnu, Émile Témime a reconstruit pierre par pierre l’histoire de Marseille, ville de migrations.

Continuer la lecture de Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Histoire d’une ville : Marseille

couverture8-224x300Présentation par l’éditeur : En dix chapitres, cet ouvrage propose une synthèse actualisée des connaissances sur la plus ancienne ville de France, dans ses différentes composantes (urbaine, politique, économique, sociale et culturelle). L’histoire de Marseille est ainsi balayée de la préhistoire à nos jours, par une dizaine d’universitaires spécialistes de la question. Continuer la lecture de Histoire d’une ville : Marseille

Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

 

Présentation par l’éditeur :

Pour la première fois, une histoire comparée est appliquée à la cartographie urbaine. Continuer la lecture de Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

Les Architectures de l’eau à Marseille, du XVIIIe siècle à nos jours

Présentation par l’organisateur :
Le thème de cette exposition Les Architectures de l’eau est inédit. Son ambition est d’attirer le regard du visiteur sur le patrimoine méconnu des fontaines qui assurent l’alimentation en eau de la ville à travers documents d’archives, plans, gravures, sculptures, maquettes.

L’exposition est aussi une occasion de se replonger dans trois siècles d’histoire urbaine à travers le prisme de la conquête de l’eau. Pour une ville comme Marseille, l’approvisionnement en eau est un combat quotidien, qui en période de sécheresse ou d’épidémie devient une ardente nécessité. C’est en 1849 que le temps de la soif est enfin révolu avec l’ arrivée de l’eau de la Durance en abondance, célébrée en grande pompe par l’édification du Palais Longchamp !

A travers cette exposition, les Archives départementales et l’association E.S.So.R. ont voulu attirer l’attention du public sur un patrimoine riche mais en péril ; nombre de fontaines et bassins sont aujourd’hui asséchés ou peu entretenus et se fondent dans le décor foisonnant de la ville.

Pour compléter et enrichir cette exposition, l’équipe des Archives départementales et l’association E.S.So.R ont associé une programmation culturelle riche et variée (conférences, colloque, ateliers jeune public, promenades urbaines et spectacle vivant).
Exposition du 13 septembre au 8 décembre 2012

Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la séance 4 du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille aura lieu le vendredi 20 avril 2012 à l’EHESS Marseille, Vieille Charité, salle B, de 14h à 17h.
Intitulée Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?, cette rencontre propose un mode de fonctionnement original par rapport aux précédentes séances.
Articulée autour de deux communications « européennes », elle vise à engager une discussion sur le cas marseillais à partir d’une confrontation avec deux expériences éloignées de notre terrain.

 


Christopher Denis-Delacour
(doctorant – TELEMME) : « Être un port sans la mer. La construction urbaine d’une Rome maritime au XVIIIe siècle »


Thierry Allain
(MCF – Montpellier III) : « Déclin économique et maintien des identités portuaires : le cas d’Enkhuizen aux Provinces-Unies au XVIIIe siècle »


Jean-Lucien Bonillo
, Professeur à l’Ecole d’Architecture de Marseille (INAMA), assurera la discussion.

Juliette Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle

 

Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Préface d’Henri Bresc, Edition du Cerf, Nouvelle Galia Judaïca, Paris, 2011, 585 p.

Présentation par l’éditeur :

La forte minorité juive de la ville de Marseille au XIVe siècle, grand port de commerce et de guerre de la Provence angevine, est représentée dans les sources latines par une frange élargie de notables. Les élites juives urbaines marseillaises, seules tangibles dans la documentation, se composaient de dizaines de familles. Parmi elles, quelques figures émergent, tel le célèbre Bondavin de Draguignan, mort en 1361, ou encore Salomon de Bédarrides et son beau-frère Cregut Profach pour la seconde partie du siècle.

Le rayonnement intellectuel de la communauté juive marseillaise ne fait aucun doute. Des dizaines de médecins en étaient issus, ainsi que des talmudistes de renom, à l’instar d’Aaron de Camera, puis de Bonjuson Bondavin, familier de la reine Marie et du roi Martin Ier d’Aragon à la fin du siècle. Ces élites, qui investissaient dans le crédit, l’entreprise artisanale et commerciale — celle du corail en particulier —, ainsi que dans la terre et dans la pierre, cultivaient des liens avec leurs coreligionnaires de « Proventsa » et de Méditerranée occidentale — Catalogne, Baléares et Sardaigne. Leur commerce s’étendait jusqu’au Levant, voire au-delà : les chapelets de corail marseillais étaient prisés jusqu’en Chine et en Inde.

Ce livre, fruit de la thèse de doctorat de l’auteur, analyse les modalités de la pérennité de la communauté juive de Marseille, dont les élites se signalent, même après la Peste noire de 1348, par une grande confiance dans leur présent et leur avenir. Certes, affleurent quelques manifestations d’hostilité, symptomatiques de la conception négative du judaïsme en Occident chrétien. Mais, en dépit de leur infériorité juridique justifiée par leur condition d’infidèles, les citoyens juifs de Marseille faisaient partie intégrante de la « civitas ».

Qui plus est, les notables juifs trouvèrent dans le prêt à intérêt une technique de contact avec le patriciat urbain chrétien. L’« amicitia », l’accumulation patrimoniale, le choix du nom et de sa transmission sont autant de signes de l’élitisme d’une part, et du mimétisme avec la noblesse urbaine chrétienne d’autre part. Les efforts des rabbins pour maintenir le mur du rite entre juifs et chrétiens révèlent le comportement des élites juives suffisamment sûres d’elles-mêmes pour ne pas craindre le rapprochement avec la société majoritaire et pour trouver le salut, non dans le repli sur soi, mais dans les échanges et la mobilité.

 

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, diplômée de l’université de Paris-X. Maître de conférences d’histoire médiévale à l’université d’Albi depuis 2007 et chercheur associé de la « Nouvelle Gallia Judaica », elle poursuit ses recherches sur les relations entre les communautés juives de Méditerranée occidentale — Provence, Catalogne, Baléares, Sardaigne — à partir des sources latines et hébraïques du XIVe siècle.

 

 

Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

 

Marseille est-elle vraiment une cité violente ? Issu d’une thèse de doctorat et paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Histoire », l’ouvrage de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) nous propose de réfléchir sur les violences interpersonnelles qui se déployaient à Marseille au XIXe siècle. Continuer la lecture de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)