Archives par mot-clé : genre

Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

Résumé :
Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestion normative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du « vivre-ensemble ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, PUP, « Penser le genre », 2012.

Soutenance de thèse de Christophe Regina, 15 juin 2012

Christophe Regina soutiendra sa thèse intitulée Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) à la MMSH d’Aix-en-Provence le vendredi 15 juin 2012 à 14h30, salle Georges Duby.

Résumé :

Les femmes sont-elles violentes ? Simple question qui appelle a priori une réponse évidente mais qui dans les faits semble avoir quelques difficultés à retrouver une réponse. Vision biaisée, regards troublés, les lectures du rapport des femmes à la violence tendent à réduire, à minimiser ou à réfuter l’exercice quotidien d’une violence féminine renvoyée à l’exceptionnel et à l’anormalité. Les femmes seraient par définition moins violentes que les hommes. Mais quels sont les fondements de pareil postulat ? Afin d’y réfléchir ont été investies dans le cadre de cette thèse les archives du tribunal de la sénéchaussée de Marseille afin de questionner les formes, les occasions et les expériences de la violence ordinaire auxquelles les femmes étaient confrontées. Se défaisant de l’idée d’un phénomène jugé mineur et ponctuel, les sources exploitées ont permis d’appréhender l’ordinaire des violences marseillaises, resituant aux sexes la part respective qui leur revient en la matière et permettant de nuancer l’idée d’une faible participation féminine aux actes violents ainsi qu’une réflexion sur les formes et manifestations des violences. Les femmes tout à tour actrices et victimes de ces usages tiennent une place fondamentale au sein de la société des voisins qu’elles envahissent, modèlent et contrôlent en partie. La litigiosité féminine a constitué l’angle d’approche retenu pour considérer au travers du regard judiciaire et de ses imperfections, le quotidien ordinaire d’une ville importante d’Ancien Régime : Marseille. La violence est processeur d’une dynamique sociale à laquelle les femmes prennent activement part, qu’elles la subissent ou qu’elles l’exercent. Croisant les grilles d’analyses et les approches des sources, un travail sur les catégories populaires tout autant que sur les membres de l’élite a été rendu possible. Les violences féminines révélées et exacerbées par la Révolution Française notamment, temps catalyseur des mécontentements mais aussi des nouveautés, se donnent, à ce moment de l’Histoire, à voir, à lire et à entendre, mais sous couvert de l’extraordinaire, voire de l’hapax. Cette violence révélée par la Révolution Française n’est pourtant pas exceptionnelle, mais relève bien plutôt d’une réalité sociale de premier ordre, et pourtant loin d’être flagrante sous la plume des historiens. Cette réflexion sur la conflictualité féminine nous a conduit à envisager plus en avant sur cette réalité sociale.

Jury :

Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Co-directeur de thèse.

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur.

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH : Présidente du jury.

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire Triangle, ENS Lyon : Rapporteur.

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Directrice de thèse.

Mots clés : Histoire des femmes, histoire de la violence, histoire du droit d’Ancien Régime, sociabilité urbaine

A paraître : « Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) »

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions