Tous les articles par Julien Puget

Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

couv_quartportmarseilleC’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la parution du livre de Colette Castrucci. Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat, propose une reconstitution du quartier de Marseille dénommé Corps de Ville à partir du XVIe siècle, situé autour de l’hôtel de ville, le long du quai du port, qui constitua le centre de la ville du Moyen Âge au XVIIIe siècle,  mais fut presque entièrement détruit en 1943.  Continuer la lecture de Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

Marseille et l’aventure orientale au XIIIe siècle

Dans cet article, Arnaud Camilleri-Guillebert, étudiant en Master 2 d’histoire médiévale à l’Université Toulouse 2 Le Mirail, propose de revenir sur les relations commerciales entretenues par le port de Marseille avec la méditerranée orientale. Sans avoir jamais atteint l’importance de Gênes, Barcelone ou Majorque, Marseille est un pôle important dans ces échanges commerciaux. Des communautés de marchands marseillais s’installent et fréquentent les grands ports du pourtour méditerranéen, permettant à la ville de s’insérer dans réseaux d’échanges et d’influences.

Continuer la lecture de Marseille et l’aventure orientale au XIIIe siècle

Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

desordre_europeenÀ la fin du mois de février 2014 est paru un ouvrage à même de mieux éclairer la place de la Provence – et de Marseille – au sein de la compétition internationale qui se joue à l’époque moderne en Méditerranée.
Il est tiré de la thèse que vient de soutenir Fabrice Micallef à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, sous la direction du professeur Wolfgang Kaiser.

Continuer la lecture de Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Aujourd’hui, la simple prononciation du nom de Marseille évoque une multitude d’images et de représentations qui s’entrechoquent. Il existe mille descriptions de cette ville, mille récits. Comment, à partir de cette abondance de récits, décrire l’histoire des réalités de Marseille ? À partir des années 1980, un des artisans les plus pertinent en a été l’historien Émile Témime. En travaillant directement sur ce qui apparaissait jusque là comme « à la marge » de la ville, en partant de ceux qui semblaient juste traverser la Canebière pour filer vers un destin inconnu, Émile Témime a reconstruit pierre par pierre l’histoire de Marseille, ville de migrations.

Continuer la lecture de Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

« L’arte di verificare le date – L’art de vérifier les dates »

Depuis le mois d’avril 2013, l’historienne médiéviste Enrica Salvatori (Université de Pise) a lancé un carnet hypothèse intitulé « L’arte di verificare le date – L’art de vérifier les dates ». 

Ce carnet, bilingue italien/français, porte sur ses recherches consacrées à des questions de chronologie au sein de documents médiévaux, pour beaucoup produits en Provence, particulièrement à Marseille. Constatant des erreurs de datation dans certaines éditions de parchemins marseillais, reprises par une part importante de l’historiographie médiévale, elle a décidé d’orienter ses recherches dans la vérification de ces dates.
Le titre de son carnet est d’ailleurs inspiré de l’ouvrage publié par Charles Clémencet en 1750, L’Art de vérifier les Dates ou faits historiques des chartes, des chroniques, et anciens monuments depuis la naissance de Jésus-Christ… (la troisième édition, datant de 1818, est consultable ici)

Le principe de son carnet est alors de rendre public son travail afin de susciter des commentaires, discussions, et débats avec la communauté scientifique. L’objectif est alors de reprendre son travail, enrichi par ces divers échanges, au sein d’une publication.

Bonne lecture !

Bibliographie sur Marseille à l’époque moderne

Il a quelques mois Marc Bouiron, Directeur du Service Archéologie de la Ville de Nice et chercheur associé au CEPAM (UMR 6130), a eu la gentillesse de nous transmettre une bibliographie qu’il a constitué sur l’histoire de Marseille à l’époque moderne.

Ce travail a été réalisé entre 1995 et 2000, sans les facilités qu’offrent aujourd’hui Internet et notamment les sites GoogleBooks et Gallica. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce travail colossal est néanmoins très complet, offrant aux chercheurs et passionnés un catalogue de 1360 références pour les Temps Modernes.

Nous adressons bien évidemment nos remerciements à Marc Bouiron d’avoir proposé cette diffusion sur notre carnet.

 

La bibliographie se trouve ici.

Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

 

Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée.

Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

par Arnaud CAMILLERI-GUILLEBERT Continuer la lecture de Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

 

Présentation par l’éditeur :

Pour la première fois, une histoire comparée est appliquée à la cartographie urbaine. Continuer la lecture de Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

Les Architectures de l’eau à Marseille, du XVIIIe siècle à nos jours

Présentation par l’organisateur :
Le thème de cette exposition Les Architectures de l’eau est inédit. Son ambition est d’attirer le regard du visiteur sur le patrimoine méconnu des fontaines qui assurent l’alimentation en eau de la ville à travers documents d’archives, plans, gravures, sculptures, maquettes.

L’exposition est aussi une occasion de se replonger dans trois siècles d’histoire urbaine à travers le prisme de la conquête de l’eau. Pour une ville comme Marseille, l’approvisionnement en eau est un combat quotidien, qui en période de sécheresse ou d’épidémie devient une ardente nécessité. C’est en 1849 que le temps de la soif est enfin révolu avec l’ arrivée de l’eau de la Durance en abondance, célébrée en grande pompe par l’édification du Palais Longchamp !

A travers cette exposition, les Archives départementales et l’association E.S.So.R. ont voulu attirer l’attention du public sur un patrimoine riche mais en péril ; nombre de fontaines et bassins sont aujourd’hui asséchés ou peu entretenus et se fondent dans le décor foisonnant de la ville.

Pour compléter et enrichir cette exposition, l’équipe des Archives départementales et l’association E.S.So.R ont associé une programmation culturelle riche et variée (conférences, colloque, ateliers jeune public, promenades urbaines et spectacle vivant).
Exposition du 13 septembre au 8 décembre 2012

Marseille, de la ville à la métropole, un demi siècle d’histoire urbaine

Présentation par l’organisateur :
« Chaotiques », « originales » ou « atypiques », les transformations urbaines successives qualifiées pour décrire l’évolution de Marseille sont marquantes. L’agence d’urbanisme vous propose une lecture originale et renouvelée de la cité et de la métropole, afin de comprendre sa singularité et sa complexité.Dans le cadre de sa mission de « médiateur de la culture urbaine », l’Agam projette la réalisation, à l’occasion et en prélude de l’événement « Marseille, capitale européenne de la culture 2013 », d’une grande exposition retraçant un demi-siècle d’histoire urbaine de l’agglomération, qui permettra également aux visiteurs de se projeter dans la ville du futur.

Comment le visage de la ville s’est transformé ? Quel est le rôle de l’urbanisme ? Comment le territoire évolue dans le temps ? Quelles sont les enjeux de la ville de demain ? Autant de questions auxquelles tenteront de répondre cette exposition et les événements autour qui viendront animer ces quatre mois.

Dates
Du 24 novembre 2012 au 9 mars 2013
Lieu
Marseille
Source

« Causes toujours » – Emission de radio Grenouille

 

Présentation par Radio Grenouille :

La Friche la Belle de Mai fait peau neuve, et au cours de sa métamorphose propose Entrez, c’est le chantier, une série de rendez-vous publics pour rendre visibles et lisibles ces transformations.

Grenouille s’y associe avec Causes Toujours, une série d’explorations de la Friche en chantier en forme de Travellings Radio, sorte de plateaux ambulants en plans-séquences radiophoniques, où l’on cause de son, de vivre ensemble, de travail, de politique et d’urbanité…

Équipe de réalisation : Nelly Flecher, Sébastien Geli, Baptiste Gueirard, Julien Kirsch, Jérôme Matéo, Xavier Thomas.

Causes Toujours est une proposition de Grenouille en partenariat avec la SCIC Friche Belle de Mai et Système Friche Théâtre.

Causes Toujours, ça VOUS intéresse !

 

21 septembre 2011 – Je t’entends trop

Du skate park aux espaces en travaux, des musiques amplifiées aux bruits de ville, ou comment on (s’) entend les uns et les autres, selon les cultures, les situations, les contextes. Bien ?
Avec, notamment, l’association Boarding Spirit Marseille, Claire Duport, sociologue, Pierre-Alain Etchegaray, directeur du Cabaret Aléatoire, Thomas Poisson, coordinateur de chantier, Olivier Ramon, habitant du 3ème arrondissement.

14 décembre 2011 – Caprice des lieux

Des frontières aux points de vue ouverts, de l’indéterminé au décidé, du « déjà fait » au « ni à faire », ou comment on fabrique de l’espace public autrement, avec qui, dans quels temps, pour quelles fins.
avec, notamment, Clotilde Berrou, architecte, Thierry Ciccione, urbaniste, le Groupe Dunes, artistes, Pierre Vergès, sociologue.

18 avril 2012 – Travail et lien social

Dans le Village de Ville de la Friche La Belle de Mai, ou comment on travaille (ou pas), on s’engage, on peut être en relation.
Avec, notamment, Chérine Bouaza, chargée de projet à la Mission Locale, Jean-Luc Brisson, enseignant paysagiste-artiste, Christophe Modica, artiste, Claude Renard, habitante et actrice culturelle.

19 mai 2012 – Night & Day

Day : les 48h Chrono à la Friche en diurne avec Caty Avram et Goobi (Générik Vapeur). On rencontre Studio Public au village de ville avec, autour d’une carte, Irina Georgieff (anthropologue urbaine) et un groupe d’enfants, on se glisse chez Zinc en compagnie de Céline Berthoumieux pour découvrir SimStim, une installation immersive d’Adelin Schweitzer, on croise un graffeur du collectif IRIE sur le skate park, on découvre la Crash-Box de l’artiste Anne-Valérie Gasc et on papillonne dans l’installation The last swallow de Gethan&Myles en compagnie de Bérénice Saliou (Sextant).

Night : les 48h Chrono à la Friche en nocturne avec Lionel Kasparian et Jonathan Pontier, compositeurs. Une heure du mat’ j’ai des frissons, apparitions georgiaques en ombres chinoises en arrière plan d’une conversation sur l’espace et la musique, quelque peu space, mais justement… Au passage, on fait de la radio, si si !

Pour écouter les différentes émissions c’est ici

 

Appel à contribution – Villes méditerranéennes et exil au tournant du XXIe siècle

Présentation par les organisateurs : 

Ce colloque fait suite à deux colloques internationaux tenus en 2008 à l’Université San Francisco de Quito (Equateur) et à la Sorbonne, Paris III, qui ont donné lieu à deux publications.

La Méditerranée est un espace complexe d’échanges d’hommes et de marchandises entre les côtes qui la bordent, un espace composé, pour reprendre Fernand Braudel, de deux « scènes » : les péninsules et les mers. Sur ces scènes, en fonction des périodes, se jouent des exils, partant aussi bien des pays méditerranéens eux-mêmes que d’autres pays dans le monde, que les villes méditerranéennes accueillent avec une caisse de résonances spécifique. Il y a l’exil de celui qui est expulsé de sa patrie, l’exil intérieur propre à toute dictature, en particulier celui des colonisés, ou encore l’exil économique de celui qui part chercher fortune ailleurs. L’écrivain exilé, quant à lui, peut souffrir l’exil intérieur par rapport au discours officiel à l’instar d’un Milan Kundera en Tchécoslovaquie, subir l’exil politique comme Ovide sur les bords de la Mer Noire, ou encore n’avoir jamais la possibilité de revenir sur les lieux de son enfance tel Le Clézio. Dans tous ces cas, comme dans celui des communautés, victimes de la guerre ou d’exactions ciblées, une violence s’exerce sur l’exilé, plus ou moins brutale.

La violence est-elle alors toujours associée à l’exil, au moins une violence d’arrachement et de transplantation ? Quelle est sa nature et ses modalités ? La ville d’exil peut être un lieu de refuge et/ou d’hostilité, un lieu de mémoire par substitution dans lequel on cultive les comparaisons pour le rendre habitable, ou encore devenir un lieu imaginaire dont on fictionnalise l’espace, une « Inde de l’esprit » selon l’expression de Salman Rushdie.

Dans le cadre particulier des villes méditerranéennes, comment s’exerce la violence de l’exil et se transporte-t-elle dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à ce type d’exil lorsque la rencontre des langues favorise l’invention langagière. Les cultures méditerranéennes urbaines ne procurent-elles pas une saveur particulière à l’exil, une texture unique à l’écriture du poète hors la cité ?

La ville méditerranéenne est enfin un lieu de culture, d’un point de vue patrimonial (architecture, musées) et anthropologique (modes de vie). La culture peut-elle alors être un refuge ou une médiation permettant de s’approprier le lieu ? Vecteur de rencontres, elle engendre des heurts et des mélanges. Les termes de diaspora, de nomadisme et de déterritorialisation n’induisent-elles pas une approche transnationale des cultures ?

Le colloque sera l’occasion de creuser ces pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIème siècle. Il touchera diverses aires culturelles (hispanophone, germanophone, francophone, arabophone…) et privilégiera l’étude de la littérature, en tenant aussi compte des travaux sur les arts (photographie, peinture, musique…).

 

Informations et modalités de participation ici

 

 

 

Journée d’études – Atlas analytique de la trame verte à Marseille – 29 juin 2012

Présentation par l’organisateur :
Le programme de recherche PIRVE « Atlas analytique de la trame verte à Marseille » qu’ont conduit des chercheurs de laboratoires d’Aix-Marseille Université, depuis 2008, s’achève.

Nous vous invitons à une journée de restitution qui se déroulera à l’amphithéâtre de Sciences Naturelles sur le site Saint Charles à Marseille.

Programme :

Présentation du Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville Environnement (PIRVE) – Olivier Soubeyran, Professeur de Géographie à l’Université Joseph Fourier, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

Présentation de la journée – Carole Barthélémy (LPED), responsable scientifique du programme « Atlas analytique de la trame verte de Marseille »

La carte du « Vert » à Marseille, une démarche pour penser la trame verte, entre emboîtements d’échelles et espaces à caractère de nature – Jean-Noël Consales (TELEMME), Marie Goiffon (Actigéo)

Nature urbaine et continuités – Ce qu’en disent les papillons… – Marie-Hélène Lizée, Magali Deschamps-Cottin (LPED)

La flore de nos jardins privatifs : quel apport potentiel à la trame verte urbaine ? – Angèle Bossu (LPED), Audrey Marco (ENSP), Valérie Montes (LPED)

Relation entre gestion et biodiversité dans les parcs publics urbains – Chloé Bourdil, Marie-Hélène Lizée (LPED)

Les inégalités écologiques à Marseille, une approche exploratoire entre écologie et sociologie – Carole Barthélémy, Marie-Hélène Lizée (LPED)

Entre aménagement et ménagement de la nature à Marseille : la trame verte à l’épreuve du local – Jean-Noël Consales (TELEMME), Marie Goiffon (Actigéo)

Paroles d’acteurs locaux, entre continuités écologiques et discontinuités politiques – Carole Barthélémy, Leslie Lemaire (LPED)

Un acteur inattendu à la croisée des chemins : les artistes, Carole Barthélémy (LPED), Jean-Noël Consales (TELEMME)

Les Marseillais et leurs natures, premiers résultats d’une enquête réalisée par Internet, Cécile Lizée, Cyril Geneys (C2 Psy)

Marseille, ville observatoire de l’environnement urbain ? – Magali Deschamps-Cottin, Valérie Montès (LPED)

Entrée libre sur inscription avant le 4 Juin 2012

Ville sauvage : Marseille – Essai d’écologie urbaine

Présentation par l’éditeur :

Constitué d’un essai et d’un portfolio, ce livre propose une initiation à l’écologie      urbaine, à travers une découverte du territoire de Marseille comme le laboratoire d’une mutation culturelle en cours : la découverte que l’espace urbain – tout comme nous – fait pleinement partie de la nature. En écho à cet « essai narratif » de Baptiste Lanaspeze, le portfolio de photographies de paysages urbains de Geoffroy Mathieu propose, entre documentaire et rêverie, un état des lieux poétique du territoire de Marseille et des environs.

Auteurs : Baptiste Lanaspeze & Geoffroy Mathieu

Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la séance 4 du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille aura lieu le vendredi 20 avril 2012 à l’EHESS Marseille, Vieille Charité, salle B, de 14h à 17h.
Intitulée Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?, cette rencontre propose un mode de fonctionnement original par rapport aux précédentes séances.
Articulée autour de deux communications « européennes », elle vise à engager une discussion sur le cas marseillais à partir d’une confrontation avec deux expériences éloignées de notre terrain.

 


Christopher Denis-Delacour
(doctorant – TELEMME) : « Être un port sans la mer. La construction urbaine d’une Rome maritime au XVIIIe siècle »


Thierry Allain
(MCF – Montpellier III) : « Déclin économique et maintien des identités portuaires : le cas d’Enkhuizen aux Provinces-Unies au XVIIIe siècle »


Jean-Lucien Bonillo
, Professeur à l’Ecole d’Architecture de Marseille (INAMA), assurera la discussion.