Marseille/Baltimore : deux villes portuaires sous le feu de séries télévisées, 31 mai 2013

MarseilleBaltimorePrésentation par les organisateurs : Sur les rives de l’Atlantique et de la méditerranée Baltimore et Marseille présentent des traits similaires en raison de leurs  histoires de grandes villes portuaires nourries d’échanges inter-continentaux, mais aussi de trafics et de réseaux criminels…Comme d’autres villes portuaires au demeurant, elles ont toutes deux été frappés par la désindustrialisation et se sont engagées dans de profondes restructurations urbaines. Dans cette perspective, la série télévisée de la chaîne HBO, The Wire, peut-être considérée comme  une remarquable fresque traitant de ces processus. A partir du fil conducteur du trafic de drogue, elle met en lumières les modes de structurations des gangs et leurs connexions nationales et internationales, ainsi que leurs relations avec les mondes politiques et judiciaires. Mais son ambition est aussi de traiter des questions éducatives et médiatiques pour nous proposer une vision à la fois non manichéenne et globale du fonctionnement d’une ville et par extension d’une société contemporaine en régime néolibéral.

Marseille est aussi avec « Plus belle la vie », le lieu et l’objet d’une série télévisée quotidienne qui se situe toutefois sur d’autres registres thématiques. Pourrait-on alors interroger Marseille au prisme de la série The Wire ? S’agirait-il d’un simple prétexte ou un moyen d’interroger ces réalités à nouveaux frais ? Pourrait-on ainsi dépasser les clichés habituels pour aborder des mécanismes complexes et dépasser l’approche sécuritaire qui domine ces questions ? Ou bien encore, peut-on penser que ces deux villes affrontent des phénomènes voisins car partie prenante de la globalisation contemporaine?

Deux axes de réflexions structurent cette journée organisée autour de la thématique des villes à l’économie sinistrée où se côtoient diverses minorités ethniques et religieuses et où se pose avec acuité la question de la criminalité, sur fond d’urbanisme défectueux accroissant l’opposition entre des modernisations partielles et des espaces urbains dépressifs et chaotiques. Le premier s’interrogera sur le lien entre le format télévisuel et la ville, notamment avec l’approche documentaire qu’une série peut utiliser tout en faisant appel aux forces de la fiction avec des personnages incarnant des contradictions et des situations problématiques. Le deuxième axe prendra en compte, à partir du cas marseillais, les proximités entre les deux villes concernant la ville portuaire confrontée à un long déclin économique et soumise à une restructuration de son front de mer et de ses activités.

 

Le 31 mai 2013, de 9h à 18h. Salle de formation des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 20 rue Mirès, 13003 Marseille. Entrée libre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *