Archives de catégorie : Actualités

Les Architectures de l’eau à Marseille, du XVIIIe siècle à nos jours

Présentation par l’organisateur :
Le thème de cette exposition Les Architectures de l’eau est inédit. Son ambition est d’attirer le regard du visiteur sur le patrimoine méconnu des fontaines qui assurent l’alimentation en eau de la ville à travers documents d’archives, plans, gravures, sculptures, maquettes.

L’exposition est aussi une occasion de se replonger dans trois siècles d’histoire urbaine à travers le prisme de la conquête de l’eau. Pour une ville comme Marseille, l’approvisionnement en eau est un combat quotidien, qui en période de sécheresse ou d’épidémie devient une ardente nécessité. C’est en 1849 que le temps de la soif est enfin révolu avec l’ arrivée de l’eau de la Durance en abondance, célébrée en grande pompe par l’édification du Palais Longchamp !

A travers cette exposition, les Archives départementales et l’association E.S.So.R. ont voulu attirer l’attention du public sur un patrimoine riche mais en péril ; nombre de fontaines et bassins sont aujourd’hui asséchés ou peu entretenus et se fondent dans le décor foisonnant de la ville.

Pour compléter et enrichir cette exposition, l’équipe des Archives départementales et l’association E.S.So.R ont associé une programmation culturelle riche et variée (conférences, colloque, ateliers jeune public, promenades urbaines et spectacle vivant).
Exposition du 13 septembre au 8 décembre 2012

Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

Résumé :
Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestion normative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du « vivre-ensemble ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, PUP, « Penser le genre », 2012.

Marseille, de la ville à la métropole, un demi siècle d’histoire urbaine

Présentation par l’organisateur :
« Chaotiques », « originales » ou « atypiques », les transformations urbaines successives qualifiées pour décrire l’évolution de Marseille sont marquantes. L’agence d’urbanisme vous propose une lecture originale et renouvelée de la cité et de la métropole, afin de comprendre sa singularité et sa complexité.Dans le cadre de sa mission de « médiateur de la culture urbaine », l’Agam projette la réalisation, à l’occasion et en prélude de l’événement « Marseille, capitale européenne de la culture 2013 », d’une grande exposition retraçant un demi-siècle d’histoire urbaine de l’agglomération, qui permettra également aux visiteurs de se projeter dans la ville du futur.

Comment le visage de la ville s’est transformé ? Quel est le rôle de l’urbanisme ? Comment le territoire évolue dans le temps ? Quelles sont les enjeux de la ville de demain ? Autant de questions auxquelles tenteront de répondre cette exposition et les événements autour qui viendront animer ces quatre mois.

Dates
Du 24 novembre 2012 au 9 mars 2013
Lieu
Marseille
Source

Appel à contribution – Villes méditerranéennes et exil au tournant du XXIe siècle

Présentation par les organisateurs : 

Ce colloque fait suite à deux colloques internationaux tenus en 2008 à l’Université San Francisco de Quito (Equateur) et à la Sorbonne, Paris III, qui ont donné lieu à deux publications.

La Méditerranée est un espace complexe d’échanges d’hommes et de marchandises entre les côtes qui la bordent, un espace composé, pour reprendre Fernand Braudel, de deux « scènes » : les péninsules et les mers. Sur ces scènes, en fonction des périodes, se jouent des exils, partant aussi bien des pays méditerranéens eux-mêmes que d’autres pays dans le monde, que les villes méditerranéennes accueillent avec une caisse de résonances spécifique. Il y a l’exil de celui qui est expulsé de sa patrie, l’exil intérieur propre à toute dictature, en particulier celui des colonisés, ou encore l’exil économique de celui qui part chercher fortune ailleurs. L’écrivain exilé, quant à lui, peut souffrir l’exil intérieur par rapport au discours officiel à l’instar d’un Milan Kundera en Tchécoslovaquie, subir l’exil politique comme Ovide sur les bords de la Mer Noire, ou encore n’avoir jamais la possibilité de revenir sur les lieux de son enfance tel Le Clézio. Dans tous ces cas, comme dans celui des communautés, victimes de la guerre ou d’exactions ciblées, une violence s’exerce sur l’exilé, plus ou moins brutale.

La violence est-elle alors toujours associée à l’exil, au moins une violence d’arrachement et de transplantation ? Quelle est sa nature et ses modalités ? La ville d’exil peut être un lieu de refuge et/ou d’hostilité, un lieu de mémoire par substitution dans lequel on cultive les comparaisons pour le rendre habitable, ou encore devenir un lieu imaginaire dont on fictionnalise l’espace, une « Inde de l’esprit » selon l’expression de Salman Rushdie.

Dans le cadre particulier des villes méditerranéennes, comment s’exerce la violence de l’exil et se transporte-t-elle dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à ce type d’exil lorsque la rencontre des langues favorise l’invention langagière. Les cultures méditerranéennes urbaines ne procurent-elles pas une saveur particulière à l’exil, une texture unique à l’écriture du poète hors la cité ?

La ville méditerranéenne est enfin un lieu de culture, d’un point de vue patrimonial (architecture, musées) et anthropologique (modes de vie). La culture peut-elle alors être un refuge ou une médiation permettant de s’approprier le lieu ? Vecteur de rencontres, elle engendre des heurts et des mélanges. Les termes de diaspora, de nomadisme et de déterritorialisation n’induisent-elles pas une approche transnationale des cultures ?

Le colloque sera l’occasion de creuser ces pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIème siècle. Il touchera diverses aires culturelles (hispanophone, germanophone, francophone, arabophone…) et privilégiera l’étude de la littérature, en tenant aussi compte des travaux sur les arts (photographie, peinture, musique…).

 

Informations et modalités de participation ici

 

 

 

Journée d’études – Atlas analytique de la trame verte à Marseille – 29 juin 2012

Présentation par l’organisateur :
Le programme de recherche PIRVE « Atlas analytique de la trame verte à Marseille » qu’ont conduit des chercheurs de laboratoires d’Aix-Marseille Université, depuis 2008, s’achève.

Nous vous invitons à une journée de restitution qui se déroulera à l’amphithéâtre de Sciences Naturelles sur le site Saint Charles à Marseille.

Programme :

Présentation du Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville Environnement (PIRVE) – Olivier Soubeyran, Professeur de Géographie à l’Université Joseph Fourier, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

Présentation de la journée – Carole Barthélémy (LPED), responsable scientifique du programme « Atlas analytique de la trame verte de Marseille »

La carte du « Vert » à Marseille, une démarche pour penser la trame verte, entre emboîtements d’échelles et espaces à caractère de nature – Jean-Noël Consales (TELEMME), Marie Goiffon (Actigéo)

Nature urbaine et continuités – Ce qu’en disent les papillons… – Marie-Hélène Lizée, Magali Deschamps-Cottin (LPED)

La flore de nos jardins privatifs : quel apport potentiel à la trame verte urbaine ? – Angèle Bossu (LPED), Audrey Marco (ENSP), Valérie Montes (LPED)

Relation entre gestion et biodiversité dans les parcs publics urbains – Chloé Bourdil, Marie-Hélène Lizée (LPED)

Les inégalités écologiques à Marseille, une approche exploratoire entre écologie et sociologie – Carole Barthélémy, Marie-Hélène Lizée (LPED)

Entre aménagement et ménagement de la nature à Marseille : la trame verte à l’épreuve du local – Jean-Noël Consales (TELEMME), Marie Goiffon (Actigéo)

Paroles d’acteurs locaux, entre continuités écologiques et discontinuités politiques – Carole Barthélémy, Leslie Lemaire (LPED)

Un acteur inattendu à la croisée des chemins : les artistes, Carole Barthélémy (LPED), Jean-Noël Consales (TELEMME)

Les Marseillais et leurs natures, premiers résultats d’une enquête réalisée par Internet, Cécile Lizée, Cyril Geneys (C2 Psy)

Marseille, ville observatoire de l’environnement urbain ? – Magali Deschamps-Cottin, Valérie Montès (LPED)

Entrée libre sur inscription avant le 4 Juin 2012

Présentation de projets de recherche sur les dynamiques marseillaises à l’IMéRA

Le jeudi 10 mai, deux résidents de l’IMéRA (l’artiste Peter Richards et le physicien Bruno Giorgini) travaillant sur les dynamiques marseillaises, présenteront leurs projets de recherche.

Présentation par l’organisateur :
9h30 : Présentation de son projet de recherche par Bruno Giorgini, physicien, chercheur (CIG Bologna University et Istituto Nazionale di Fisica Nucleare)

Complexcity From Venezia to Marseille

Aggregate of beings that hold their biological history into its borders and model it within all their intentions proper to thinking creatures, the city results at the same time by the biological generation, the organic evolution, and the aesthetics creativity. The city is contemporary a natural object and a subject of culture ». From these words of Claude Levi Strauss clearly emerges the complexity of every urban system. The scientific question is how we can study, understand and describe this complexity. The main idea is that observing and modelling the citizens mobility we can argue some features of the social urban dynamics, which is in principle unobservable. Choosing Venezia as case study we have defined a dynamics essentially based on a chronotopic network structure on which are moving the individuals’ modelled as intelligent « atoms » (automata). More precisely essentially we have two coupled dynamics, a physical one defined by quasi elastic collisions, and a cognitive one. Now we can ask if the Marseille complexity can be shaped with the same tools, methods and concepts, or if we need a different conceptual framework, a sort of second step in the complexity scale. Considering that in Marseille a strong urban dynamics is  between inclusion and exclusion, that we identify as a dynamics between ghettos and agoras, the beginning of our IMèRA investigation has been not the simple chronotopoi metric but the agoras, where we observe the internal dynamics and after Mariateresa Sartori trace the  individual trajectories, which become our observables. Moreover we choose the test particles of the system, i.e. some « intelligent » atoms considered by the observers significant in order to reveal the system properties. Finally we would understand if we can speak of agora network, and how we can build up it, and as we could model the inclusion- exclusion urban dynamics.

11h00 : Présentation de son projet de recherche par Peter Richards, artiste (Exploratorium de San Francisco).

Intersections : Land, Water & Culture 

Using a methodology entitled « Invisible Dynamics:  the Art and Science of a Sense of Place », developed at the Exploratorium in San Francisco, Sue Richards and I have been developing a concept and design for a public artwork to be located at Hopital Caroline on the Frioul Archipelago in Marseille Bay.   We are working with Ecole du Paysage Versailles, Naturoscope, Domaine du Rayol, Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles, Parc Maritime des Iles du Frioul, Ville du Marseille and Createurs du Lieu.  The intention of this work, in the form of a garden, will be to examine the relationship between human activity, land use, and the natural processes of restoration.   A second site, along the shoreline below Palais du Pharo, is also being investigated.  At the same time, we are working with IMéRA and Ville du Marseille in organizing the third annual workshop based on the theme of Invisible Dynamics.

Sur inscription : virginie.boulnois@imera.fr

Jeudi 10 mai 2012, de 9h30 à 12h30
Lieu : IMéRA (Maison des astronomes), 2 place Le Verrier, 13004 Marseille
Toutes les informations : www.imera.fr

Soutenance de thèse de Christophe Regina, 15 juin 2012

Christophe Regina soutiendra sa thèse intitulée Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) à la MMSH d’Aix-en-Provence le vendredi 15 juin 2012 à 14h30, salle Georges Duby.

Résumé :

Les femmes sont-elles violentes ? Simple question qui appelle a priori une réponse évidente mais qui dans les faits semble avoir quelques difficultés à retrouver une réponse. Vision biaisée, regards troublés, les lectures du rapport des femmes à la violence tendent à réduire, à minimiser ou à réfuter l’exercice quotidien d’une violence féminine renvoyée à l’exceptionnel et à l’anormalité. Les femmes seraient par définition moins violentes que les hommes. Mais quels sont les fondements de pareil postulat ? Afin d’y réfléchir ont été investies dans le cadre de cette thèse les archives du tribunal de la sénéchaussée de Marseille afin de questionner les formes, les occasions et les expériences de la violence ordinaire auxquelles les femmes étaient confrontées. Se défaisant de l’idée d’un phénomène jugé mineur et ponctuel, les sources exploitées ont permis d’appréhender l’ordinaire des violences marseillaises, resituant aux sexes la part respective qui leur revient en la matière et permettant de nuancer l’idée d’une faible participation féminine aux actes violents ainsi qu’une réflexion sur les formes et manifestations des violences. Les femmes tout à tour actrices et victimes de ces usages tiennent une place fondamentale au sein de la société des voisins qu’elles envahissent, modèlent et contrôlent en partie. La litigiosité féminine a constitué l’angle d’approche retenu pour considérer au travers du regard judiciaire et de ses imperfections, le quotidien ordinaire d’une ville importante d’Ancien Régime : Marseille. La violence est processeur d’une dynamique sociale à laquelle les femmes prennent activement part, qu’elles la subissent ou qu’elles l’exercent. Croisant les grilles d’analyses et les approches des sources, un travail sur les catégories populaires tout autant que sur les membres de l’élite a été rendu possible. Les violences féminines révélées et exacerbées par la Révolution Française notamment, temps catalyseur des mécontentements mais aussi des nouveautés, se donnent, à ce moment de l’Histoire, à voir, à lire et à entendre, mais sous couvert de l’extraordinaire, voire de l’hapax. Cette violence révélée par la Révolution Française n’est pourtant pas exceptionnelle, mais relève bien plutôt d’une réalité sociale de premier ordre, et pourtant loin d’être flagrante sous la plume des historiens. Cette réflexion sur la conflictualité féminine nous a conduit à envisager plus en avant sur cette réalité sociale.

Jury :

Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Co-directeur de thèse.

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur.

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH : Présidente du jury.

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire Triangle, ENS Lyon : Rapporteur.

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Directrice de thèse.

Mots clés : Histoire des femmes, histoire de la violence, histoire du droit d’Ancien Régime, sociabilité urbaine

A paraître : « Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) »

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions

 

Ville sauvage : Marseille – Essai d’écologie urbaine

Présentation par l’éditeur :

Constitué d’un essai et d’un portfolio, ce livre propose une initiation à l’écologie      urbaine, à travers une découverte du territoire de Marseille comme le laboratoire d’une mutation culturelle en cours : la découverte que l’espace urbain – tout comme nous – fait pleinement partie de la nature. En écho à cet « essai narratif » de Baptiste Lanaspeze, le portfolio de photographies de paysages urbains de Geoffroy Mathieu propose, entre documentaire et rêverie, un état des lieux poétique du territoire de Marseille et des environs.

Auteurs : Baptiste Lanaspeze & Geoffroy Mathieu

Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la séance 4 du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille aura lieu le vendredi 20 avril 2012 à l’EHESS Marseille, Vieille Charité, salle B, de 14h à 17h.
Intitulée Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de « l’identité portuaire » est-elle possible ?, cette rencontre propose un mode de fonctionnement original par rapport aux précédentes séances.
Articulée autour de deux communications « européennes », elle vise à engager une discussion sur le cas marseillais à partir d’une confrontation avec deux expériences éloignées de notre terrain.

 


Christopher Denis-Delacour
(doctorant – TELEMME) : « Être un port sans la mer. La construction urbaine d’une Rome maritime au XVIIIe siècle »


Thierry Allain
(MCF – Montpellier III) : « Déclin économique et maintien des identités portuaires : le cas d’Enkhuizen aux Provinces-Unies au XVIIIe siècle »


Jean-Lucien Bonillo
, Professeur à l’Ecole d’Architecture de Marseille (INAMA), assurera la discussion.

« Le ventre de Marseille : commerçants de Noailles »

Présentation par l’éditeur :

La rue d’Aubagne, qui mène de Canebière à la Plaine, est une rue mythique de Marseille, emblématique du quartier Noailles dont l’un des noms a longtemps été « Le Ventre du Monde ».
Marché a ciel ouvert, typique d’une cité méditerranéenne, Noailles est aussi un creuset où se rencontrent des cultures du monde entier. Ce quartier est en effet depuis plusieurs centaines d’années un des grands centres commerçants de Marseille. Situé à proximité du port et au cœur de la cité, il est devenu avec le développement du commerce maritime et de la ville, un haut lieu d’accueil de marins, d’immigrants et de commerçants, de vente de poissons, de viande et d’épices.
Parmi les plus anciennes enseignes, il y a celle de l’herboriste le Père Blaize, fraîchement arrivé des Alpes, et celle du quincailler Louis Empereur, qui s’y sont installé au début du XIXe siècle. Noailles était alors connu pour ses halles, où l’on venait de toute la région pour vendre, acheter, ou trouver du travail. Depuis deux siècles au moins la rue d’Aubagne est au cœur d’un quartier animé, vivant : une
foule y déambule en permanence, les vendeurs y interpellent les passants, ça sent la denrée fraîche puis passée, le poisson tout juste péché, la viande à peine dépecée, et leurs déchets qui s’amoncellent, arêtes, morceaux de barbaque, légumes abîmés, qui attisent l’odorat, les insectes ou les animaux errants.
Cet ouvrage, composé de témoignages de commerçants et d’images prises sur le vif, se veut une photographie, un instantané : la rue d’Aubagne en 2012.
Auteurs : Marie d’Hombres & Blandine Scherer

« Marseille en peinture ». Une exposition à la Vieille Charité

 

Pour célébrer le centenaire du Comité du Vieux-Marseille, la Vieille Charité expose en ce moment des tableaux de différents collectionneurs et des collections picturales de l’ancien Musée du Vieux-Marseille, aujourd’hui rattaché au Musée d’Histoire de Marseille, qui ré-ouvrira ses portes en 2013.
Réparties en deux salles, une centaine de peintures, aquarelles et dessins illustrent Marseille et son territoire, du début du XIXe au milieu du XXe siècle, nous révélant la manière dont les artistes se représentaient alors la ville. On peut ainsi noter le rôle prépondérant de la mer, tant dans les figurations des lieux (la côte, les plages, les ports) que des personnages (portraits de pêcheurs et de poissonnières). Il est intéressant de voir l’ancien aspect d’un bon nombre de places marseillaises, de même que des endroits aujourd’hui disparus, comme le canal de la Douane, construit sur l’ancien emplacement de l’arsenal des galères, et comblé depuis 1927. Deux toiles illustrent de plus des évènements marquants de l’histoire de la ville, prenant place dans l’espace de la cité (La peste en 1720 : le chevalier Rose de Jean-Baptiste Duffau, et la Démolition du quartier du Vieux-Port en 1943 de Balazur). Les représentations d’un bon nombre de sites et de monuments marseillais nous permettent ainsi de découvrir la ville avant les transformations urbaines effectuées depuis 50 ans, et les thèmes iconographiques privilégiés alors par les peintres de l’époque (Notre-Dame-de-la-Garde, symbole par excellence de la Marseille d’aujourd’hui, n’apparait par exemple dans aucune des œuvres exposées).

Du 20 janvier au 25 mars 2012
Centre de la Vieille Charité – salles Gaston Defferre 1 et 2 – 2 rue de la Charité, 2e
De 10h à 17h du mardi au dimanche. Fermé les lundi et jours fériés
Visites commentées individuelles les samedis et dimanches à 15h et pendant les vacances de février tous les jours à 15h
Visites commentées pour les groupes sur rendez-vous au             04 91 14 59 18

Les Grecs à Marseille : minorité ethnique ou nation en diaspora ?

Présentation par l’éditeur :
L’enquête sociodémographique sur la population grecque de Marseille amène à penser le groupe phocéen sous l’angle d’une conscience nationale hellénique sans centre émetteur et portée par la Communauté, qui n’est pas rattachée à une mère patrie mais connectée au réseau des Communautés historiques de l’hellénisme : l’entité marseillaise s’identifie à la nation panhellénique, s’appuie sur son réseau d’héritages mémoriels et contribue à les co-construire et les ré-élaborer.
Michel Calapodis, docteur en Etudes néo-helléniques de l’université Paul Valéry – Montpellier III, est enseignant-chercheur et conférencier.

C. Moirenc, C. Bové, P. Urbain , « Marseille la métropole »

 

Présentation par l’éditeur :

Une équipe de passionnés vous entrainent dans les airs pour découvrir le territoire de la Métropole, du Cap Couronne au Bec de l’Aigle.

Vue du ciel, la trame urbaine s’étend au-delà des collines et des massifs, toujours pour rejoindre la mer.

Le photographe, Camille Moirenc, avec la complicité du pilote d’hélicoptère Jacques Ripert, nous offre des images surprenantes, grandioses et d’une qualité tout à fait remarquable.

L’éditrice, Jeanne Laffitte, a choisi le symbole de l’infini pour le plan de cet ouvrage, non pas pour vous faire tourner la tête mais pour affirmer que la Métropole n’a pas de limite, tant en nombre d’habitants qu’en surface.

Tel un piéton volant, vous arriverez par le large vers le Centre Ville pour une grande virée au Sud jusqu’à La Ciotat, vous reviendrez par le Garlaban et plongerez dans la plaine de l’Huveaune jusqu’à la gare Saint Charles. Vous repartirez vers les ports et déroulerez la Côte Bleue vers Marignane pour retrouver les villages des quartiers Nord vers le Centre et La Canebière.

Les urbanistes, Charles Bové et Pascal Urbain, livrent leur analyse sur le développement de la ville, de sa naissance à son futur. Ils ont composé les légendes des images une à une pour mieux apprécier leur contenu.

Enfin, le philosophe Pierre Sansot (disparu en 2005), spécialiste de la poétique des villes, sera votre guide pour comprendre et goûter cet espace exceptionnel.

 

C. MOIRENC, C. BOVÉ, P. URBAIN, Marseille la métropole, Jeanne Laffitte, Marseille, 2011

 

 

 

« Les migrations : anciennes pratiques, nouveaux enjeux. Le cas marseillais », 7 décembre 2011

 

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine du laboratoire TELEMME aura lieu le mercredi 7 décembre 2011 à 14h,
à la MMSH salle Paul-Albert Février.
Il sera consacré à une relecture des « migrations » au prisme des nouveaux enjeux de la recherche dans ce domaine, à partir de l’exemple de Marseille.

Les migrations : anciennes pratiques, nouveaux enjeux. Le cas marseillais