Tous les articles par Julien Puget

Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de “l’identité portuaire” est-elle possible ?

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la séance 4 du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille aura lieu le vendredi 20 avril 2012 à l’EHESS Marseille, Vieille Charité, salle B, de 14h à 17h.
Intitulée Le port, la ville, et les gens de mer. Une histoire de “l’identité portuaire” est-elle possible ?, cette rencontre propose un mode de fonctionnement original par rapport aux précédentes séances.
Articulée autour de deux communications “européennes”, elle vise à engager une discussion sur le cas marseillais à partir d’une confrontation avec deux expériences éloignées de notre terrain.

 


Christopher Denis-Delacour
(doctorant – TELEMME) : “Être un port sans la mer. La construction urbaine d’une Rome maritime au XVIIIe siècle”


Thierry Allain
(MCF – Montpellier III) : “Déclin économique et maintien des identités portuaires : le cas d’Enkhuizen aux Provinces-Unies au XVIIIe siècle”


Jean-Lucien Bonillo
, Professeur à l’Ecole d’Architecture de Marseille (INAMA), assurera la discussion.

“Le ventre de Marseille : commerçants de Noailles”

Présentation par l’éditeur :

La rue d’Aubagne, qui mène de Canebière à la Plaine, est une rue mythique de Marseille, emblématique du quartier Noailles dont l’un des noms a longtemps été “Le Ventre du Monde”.
Marché a ciel ouvert, typique d’une cité méditerranéenne, Noailles est aussi un creuset où se rencontrent des cultures du monde entier. Ce quartier est en effet depuis plusieurs centaines d’années un des grands centres commerçants de Marseille. Situé à proximité du port et au cœur de la cité, il est devenu avec le développement du commerce maritime et de la ville, un haut lieu d’accueil de marins, d’immigrants et de commerçants, de vente de poissons, de viande et d’épices.
Parmi les plus anciennes enseignes, il y a celle de l’herboriste le Père Blaize, fraîchement arrivé des Alpes, et celle du quincailler Louis Empereur, qui s’y sont installé au début du XIXe siècle. Noailles était alors connu pour ses halles, où l’on venait de toute la région pour vendre, acheter, ou trouver du travail. Depuis deux siècles au moins la rue d’Aubagne est au cœur d’un quartier animé, vivant : une
foule y déambule en permanence, les vendeurs y interpellent les passants, ça sent la denrée fraîche puis passée, le poisson tout juste péché, la viande à peine dépecée, et leurs déchets qui s’amoncellent, arêtes, morceaux de barbaque, légumes abîmés, qui attisent l’odorat, les insectes ou les animaux errants.
Cet ouvrage, composé de témoignages de commerçants et d’images prises sur le vif, se veut une photographie, un instantané : la rue d’Aubagne en 2012.
Auteurs : Marie d’Hombres & Blandine Scherer

Les représentations cartographiques de Marseille au XVIIIe siècle et ses usages

 

<p>Plan géométral de la ville, citadelles, port et arsenaux de Marseille par Razaud (1743). Archives Municipales de Marseille, 78 Fi 365</p>

Ce billet se propose de faire un état des lieux des plans de la ville de Marseille au XVIIIe siècle et des usages que l’on peut en faire aujourd’hui. Continuer la lecture de Les représentations cartographiques de Marseille au XVIIIe siècle et ses usages

Les Grecs à Marseille : minorité ethnique ou nation en diaspora ?

Présentation par l’éditeur :
L’enquête sociodémographique sur la population grecque de Marseille amène à penser le groupe phocéen sous l’angle d’une conscience nationale hellénique sans centre émetteur et portée par la Communauté, qui n’est pas rattachée à une mère patrie mais connectée au réseau des Communautés historiques de l’hellénisme : l’entité marseillaise s’identifie à la nation panhellénique, s’appuie sur son réseau d’héritages mémoriels et contribue à les co-construire et les ré-élaborer.
Michel Calapodis, docteur en Etudes néo-helléniques de l’université Paul Valéry – Montpellier III, est enseignant-chercheur et conférencier.

C. Moirenc, C. Bové, P. Urbain , “Marseille la métropole”

 

Présentation par l’éditeur :

Une équipe de passionnés vous entrainent dans les airs pour découvrir le territoire de la Métropole, du Cap Couronne au Bec de l’Aigle.

Vue du ciel, la trame urbaine s’étend au-delà des collines et des massifs, toujours pour rejoindre la mer.

Le photographe, Camille Moirenc, avec la complicité du pilote d’hélicoptère Jacques Ripert, nous offre des images surprenantes, grandioses et d’une qualité tout à fait remarquable.

L’éditrice, Jeanne Laffitte, a choisi le symbole de l’infini pour le plan de cet ouvrage, non pas pour vous faire tourner la tête mais pour affirmer que la Métropole n’a pas de limite, tant en nombre d’habitants qu’en surface.

Tel un piéton volant, vous arriverez par le large vers le Centre Ville pour une grande virée au Sud jusqu’à La Ciotat, vous reviendrez par le Garlaban et plongerez dans la plaine de l’Huveaune jusqu’à la gare Saint Charles. Vous repartirez vers les ports et déroulerez la Côte Bleue vers Marignane pour retrouver les villages des quartiers Nord vers le Centre et La Canebière.

Les urbanistes, Charles Bové et Pascal Urbain, livrent leur analyse sur le développement de la ville, de sa naissance à son futur. Ils ont composé les légendes des images une à une pour mieux apprécier leur contenu.

Enfin, le philosophe Pierre Sansot (disparu en 2005), spécialiste de la poétique des villes, sera votre guide pour comprendre et goûter cet espace exceptionnel.

 

C. MOIRENC, C. BOVÉ, P. URBAIN, Marseille la métropole, Jeanne Laffitte, Marseille, 2011

 

 

 

“Les migrations : anciennes pratiques, nouveaux enjeux. Le cas marseillais”, 7 décembre 2011

 

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine du laboratoire TELEMME aura lieu le mercredi 7 décembre 2011 à 14h,
à la MMSH salle Paul-Albert Février.
Il sera consacré à une relecture des “migrations” au prisme des nouveaux enjeux de la recherche dans ce domaine, à partir de l’exemple de Marseille.

Les migrations : anciennes pratiques, nouveaux enjeux. Le cas marseillais

Architecture et urbanisme à Marseille vus par la télévision des années 1950

 

Le site Crévilles.org (Centre de Ressources Électroniques sur la Ville), s’est constitué une playlist de vidéos sur le site de l’ina.fr.

Parmi la cinquantaine de vidéos proposées, en voici trois concernant le Marseille des années 1950.
Concernant l’urbanisme et l’architecture Marseillaise d’après guerre, ces reportages offrent un point de vue intéressant sur l’image déjà véhiculée à l’époque sur le caractère insalubre de la “vieille ville”, et le renouveau que la “reconstruction” pourra apporter à ce “désordre”.

 

Marseille et les grands ensembles

Reconstructions à Marseille

La Cité Radieuse

 

 

 

 

Exposition “Mémoire de ville, la vallée de l’Huveaune”

Présentation par l’organisateur :

L’exposition “Mémoire de ville, la vallée de l’Huveaune” est le fruit d’un travail de quatre années de sensibilisation à l’urbanisation de la vallée de l’Huveaune, mené avec des habitants de ce territoire et encadré par la Compagnie des rêves urbains. Elle donne un éclairage sur l’évolution de ce territoire depuis le XIXe siècle à nos jours.

Plusieurs thématiques sont mises en avant :

– le territoire de la vallée,
– les noyaux villageois qui se sont développés à travers l’exemple de la Pomme,
– l’industrialisation à partir de la révolution industrielle,
– le développement de l’habitat collectif depuis les années 1930
– les transports qui ont façonné le territoire.

 

Du 4 au 18 novembre 2011,
en Mairie de secteur des XI-XIIe arrondissements, Salle des délibérations.
Avenue Bouyala d’Arnaud,13012 Marseille. 04 91 14 62 40. 

Plus d’informations ici

La conférence de Philippe Artières, “Les chaînes du port”, sur radio Grenouille le 29 octobre à 10h

 

La conférence donnée par Philippe Artières le 20 octobre 2011 aux Archives départementales 13 Centre Gaston Defferre, dans le cadre de l’exposition “Du bateau à la cité, l’enfermement à Marseille (18e-20e siècles), et intitulée “Les chaînes du port“, est à écouter sur Radio Grenouille le samedi 29 octobre à 10 heures.

 

Toutes les informations ici

 

Juliette Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle

 

Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Préface d’Henri Bresc, Edition du Cerf, Nouvelle Galia Judaïca, Paris, 2011, 585 p.

Présentation par l’éditeur :

La forte minorité juive de la ville de Marseille au XIVe siècle, grand port de commerce et de guerre de la Provence angevine, est représentée dans les sources latines par une frange élargie de notables. Les élites juives urbaines marseillaises, seules tangibles dans la documentation, se composaient de dizaines de familles. Parmi elles, quelques figures émergent, tel le célèbre Bondavin de Draguignan, mort en 1361, ou encore Salomon de Bédarrides et son beau-frère Cregut Profach pour la seconde partie du siècle.

Le rayonnement intellectuel de la communauté juive marseillaise ne fait aucun doute. Des dizaines de médecins en étaient issus, ainsi que des talmudistes de renom, à l’instar d’Aaron de Camera, puis de Bonjuson Bondavin, familier de la reine Marie et du roi Martin Ier d’Aragon à la fin du siècle. Ces élites, qui investissaient dans le crédit, l’entreprise artisanale et commerciale — celle du corail en particulier —, ainsi que dans la terre et dans la pierre, cultivaient des liens avec leurs coreligionnaires de « Proventsa » et de Méditerranée occidentale — Catalogne, Baléares et Sardaigne. Leur commerce s’étendait jusqu’au Levant, voire au-delà : les chapelets de corail marseillais étaient prisés jusqu’en Chine et en Inde.

Ce livre, fruit de la thèse de doctorat de l’auteur, analyse les modalités de la pérennité de la communauté juive de Marseille, dont les élites se signalent, même après la Peste noire de 1348, par une grande confiance dans leur présent et leur avenir. Certes, affleurent quelques manifestations d’hostilité, symptomatiques de la conception négative du judaïsme en Occident chrétien. Mais, en dépit de leur infériorité juridique justifiée par leur condition d’infidèles, les citoyens juifs de Marseille faisaient partie intégrante de la « civitas ».

Qui plus est, les notables juifs trouvèrent dans le prêt à intérêt une technique de contact avec le patriciat urbain chrétien. L’« amicitia », l’accumulation patrimoniale, le choix du nom et de sa transmission sont autant de signes de l’élitisme d’une part, et du mimétisme avec la noblesse urbaine chrétienne d’autre part. Les efforts des rabbins pour maintenir le mur du rite entre juifs et chrétiens révèlent le comportement des élites juives suffisamment sûres d’elles-mêmes pour ne pas craindre le rapprochement avec la société majoritaire et pour trouver le salut, non dans le repli sur soi, mais dans les échanges et la mobilité.

 

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, diplômée de l’université de Paris-X. Maître de conférences d’histoire médiévale à l’université d’Albi depuis 2007 et chercheur associé de la « Nouvelle Gallia Judaica », elle poursuit ses recherches sur les relations entre les communautés juives de Méditerranée occidentale — Provence, Catalogne, Baléares, Sardaigne — à partir des sources latines et hébraïques du XIVe siècle.

 

 

“Du bidonville à la cité” – JE du 9 décembre 2011


Présentation par les organisateurs :

La transformation des modes d’habitation figure parmi les plus grands bouleversements du second XXe siècle. Concerné au premier chef par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, et aussi par les rapatriements et apports massifs de main d’oeuvre immigrée, le département des Bouches-du-Rhône voit se multiplier les bidonvilles et les HLM. Il faut loger vite et beaucoup. Comment les logements insalubres et l’habitat collectif ont-ils émergé ? Quels choix architecturaux ont été faits et pourquoi ? Quelle mémoire garde-t-on de cette genèse ? Historiens, architectes, aménageurs, artistes et témoins contribuent au débat, autour de films et documents d’archives et d’expériences de terrain.

Journée de débats (dans le cadre de l’exposition Du bateau à la cité. L’enfermement à Marseille 18e-20e siècles) animée par Xavier Thomas, journaliste à Radio Grenouille, avec Ancrages, Approches Cultures et territoires Jean-Lucien Bonillo, architecte et historien ; Yvan Gastaud, historien ; Thierry Durousseau, architecte ; Nicolas Mémain, promeneur urbain ; Marc Quer, plasticien ; Mario Fabre, architecte ; la Compagnie des Pas perdus ; Nora Mekmouche, coordinatrice des éditions Cris Ecrits ; Alain Paul, aménageur ; Natacha Cyrulnik, artiste.

13 décembre 2011 13h30-19h30
ABD Gaston Defferre Marseille

Le mythe de Marseille. Autour de l’exposition “Du bateau à la cité, L’enfermement à Marseille (18e-20e siècles)” – Jeudi 20 et vendredi 21 octobre

Deux journées de conférences et débats, sur un thème qui est au centre de nos interrogations pour notre séminaire de cette année.

A ne pas manquer !

 

Présentation par les organisateurs :

De Jean-Claude Izzo à Walter Benjamin, de Michel Foucault au Còr de la Plana, du Corbusier à Marcel Pagnol, trois jours et une myriade de regards insolites sur la ville : Marseille vue par des artistes ou des chercheurs ; Marseille vue depuis l’Allemagne, la Russie ou la mer et dont les ombres se révèlent …

 

> Les chaînes du port 

A rebours de l’image de Marseille ville ouverte, Philippe Artières, étranger à la ville et à son histoire fouille sans a priori dans ses anfractuosités; comme un voyageur venu de la mer, il nous fait regarder autrement monuments et paysages familiers, liés au tissu très dense des dispositifs sanitaires et administratifs d’une ville portuaire, depuis le lazaret, rencontré sur l’île jusqu’à la cité sur les hauteurs de la ville.
Conférence de Philippe Artières, historien, philosophe et commissaire de l’exposition Du bateau à la cité.

> Jeudi 20 octobre à 18h30. 

Auditorium, entrée libre dans la limite des places disponibles.
Précédée d’une visite commentée de l’exposition à 17h30.

 

> Marseille au XXe siècle : relectures d’un mythe 
Comment la relecture du mythe de Marseille par Emile Zola, Anna Seghers, Jean-Claude Izzo, Renoir, Wendhausen, Moholy-Nagy ou Le Corbusier lui permet-elle de réinvestir son statut de ville mythique ? Pourquoi continue-t-on à y voir une cité solaire autant qu’apocalyptique, à la fois porte de l’Orient et piège existentiel, ville de résistance et d’expression de tous les extrêmes ?
Journée d’étude en partenariat avec l’Université de Provence (département d’études germaniques) ; avec Thomas KellerFlorence BancaudVéronique Dallet-Mann,Marion PickerDavid Weber, germanistes ; Laurence Americi, historienne ; Marc Bouiron, archéologue ; Irina Kor Chahine, linguiste, études slaves ; Boris Grésillon, géographe ; Daniel Winkler, romaniste ; Gesa Matthies, documentariste ; André Dimanche, éditeur ; Corinne Vezzoni, architecte ; BauhausLab ; Angela Schanelec, cinéaste

> Vendredi 21 octobre de 9h30 à 18h30.
Suivie d’une visite commentée de l’exposition à 17h30.
Sur inscription au 04 13 31 82 00 

 

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle)

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècles), Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2011, 396 p.

Présentation par l’éditeur : 

La maîtrise du golfe de Marseille a longtemps opposé patrons marseillais, pêcheurs espagnols et marins napolitains. Soumises à une exploitation trop intensive, certaines espèces ne sont plus que rarement observées lorsque s’achèvent les temps révolutionnaires. La certitude d’un appauvrissement inexorable des espaces marins gagne alors progressivement les populations littorales. Elle ne quittera plus le port jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La mémoire des richesses marines du passé est cependant préservée. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, savants et collectionneurs ont patiemment inventorié chacune des espèces peuplant le golfe, faisant de Marseille l’un des berceaux de l’histoire de l’océanologie.

Avec une préface de Régis Bertrand.

En coédition avec les Presses universitaires de Provence.

 

Daniel Faget est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Provence (Aix-Marseille) et membre du laboratoire Telemme (UMR 6570) à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Ses travaux sont consacrés à l’histoire environnementale du milieu marin méditerranéen (XVIIIe-XXe s).

 

Le sommaire, l’introduction, et le 4e de couverture sont à consulter ici

“Ethnologie sonore de 5 ports européens : l’appel du port”

Présentation par le diffuseur :
Recherche exploratoire sur les caractéristiques acoustiques, la dimension et l’identité sonores de cinq grands ports européens – Anvers, Brest, Barcelone, Gênes, Marseille – à travers l’observation ethnographique et l’analyse des représentations que s’en font ses usagers et ses riverains.
Il comporte deux parties complémentaires :
La première est un fichier de 50 “cartes d’identité sonore”, petites monographies ethnographiques correspondant aux terrains et situations sonores qui ont été spécialement étudiés dans chaque ville avec plusieurs types d’outils ; une place importante y est donnée à l’expression habitante.
La seconde est constituée par un ensemble de constats et de propositions sur les thèmes suivants :
– les caractéristiques acoustiques générales des grands ports européens ;
– les résultats de l’analyse ethnographique pluridisciplinaire ;
– l’identité sonore du port.
Cet ouvrage est accompagné par un disque compact qui réunit les 50 fragments étudiés de façon détaillée et mis en “cartes d’identité sonore”. Dans l’idéal, la lecture du rapport et l’audition des fragments doivent alterner, pour qu’elles puissent s’illustrer mutuellement.

Carnet Hypothèses “surunsonrap”

Karim Hamou, docteur en sociologie, membre correspondant du Centre Norbert Élias (Marseille) et ingénieur d’étude au Centre pour l’édition électronique ouverte, est le créateur d’un carnet “Hypothèses” consacré au genre musical rap en France et les usages de ce genre. L’objet de ce carnet de recherche est de prolonger son travail de thèse achevé en octobre 2009.

Cet axe de recherche extrêmement original, étudié avec beaucoup de pertinence par Karim Hamou, offre souvent des analyses consacrées à la ville et à la scène marseillaise. S’il ne s’agit pas d’études proprement historiques, elles apportent néanmoins un éclairage extrêmement intéressant, avec une véritable optique pluridisciplinaire.

A découvrir et à lire, particulièrement ce billet consacré aux liens entre le rap et le contexte urbain, avec une attention toute particulière à l’exemple marseillais : Des raps et des villes

Le carnet surunsonrap