Tous les articles par Fleur Beauvieux

Soutenance de thèse de Christophe Regina, 15 juin 2012

Christophe Regina soutiendra sa thèse intitulée Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) à la MMSH d’Aix-en-Provence le vendredi 15 juin 2012 à 14h30, salle Georges Duby.

Résumé :

Les femmes sont-elles violentes ? Simple question qui appelle a priori une réponse évidente mais qui dans les faits semble avoir quelques difficultés à retrouver une réponse. Vision biaisée, regards troublés, les lectures du rapport des femmes à la violence tendent à réduire, à minimiser ou à réfuter l’exercice quotidien d’une violence féminine renvoyée à l’exceptionnel et à l’anormalité. Les femmes seraient par définition moins violentes que les hommes. Mais quels sont les fondements de pareil postulat ? Afin d’y réfléchir ont été investies dans le cadre de cette thèse les archives du tribunal de la sénéchaussée de Marseille afin de questionner les formes, les occasions et les expériences de la violence ordinaire auxquelles les femmes étaient confrontées. Se défaisant de l’idée d’un phénomène jugé mineur et ponctuel, les sources exploitées ont permis d’appréhender l’ordinaire des violences marseillaises, resituant aux sexes la part respective qui leur revient en la matière et permettant de nuancer l’idée d’une faible participation féminine aux actes violents ainsi qu’une réflexion sur les formes et manifestations des violences. Les femmes tout à tour actrices et victimes de ces usages tiennent une place fondamentale au sein de la société des voisins qu’elles envahissent, modèlent et contrôlent en partie. La litigiosité féminine a constitué l’angle d’approche retenu pour considérer au travers du regard judiciaire et de ses imperfections, le quotidien ordinaire d’une ville importante d’Ancien Régime : Marseille. La violence est processeur d’une dynamique sociale à laquelle les femmes prennent activement part, qu’elles la subissent ou qu’elles l’exercent. Croisant les grilles d’analyses et les approches des sources, un travail sur les catégories populaires tout autant que sur les membres de l’élite a été rendu possible. Les violences féminines révélées et exacerbées par la Révolution Française notamment, temps catalyseur des mécontentements mais aussi des nouveautés, se donnent, à ce moment de l’Histoire, à voir, à lire et à entendre, mais sous couvert de l’extraordinaire, voire de l’hapax. Cette violence révélée par la Révolution Française n’est pourtant pas exceptionnelle, mais relève bien plutôt d’une réalité sociale de premier ordre, et pourtant loin d’être flagrante sous la plume des historiens. Cette réflexion sur la conflictualité féminine nous a conduit à envisager plus en avant sur cette réalité sociale.

Jury :

Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Co-directeur de thèse.

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur.

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH : Présidente du jury.

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire Triangle, ENS Lyon : Rapporteur.

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Directrice de thèse.

Mots clés : Histoire des femmes, histoire de la violence, histoire du droit d’Ancien Régime, sociabilité urbaine

A paraître : “Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940)”

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions

 

“Marseille en peinture”. Une exposition à la Vieille Charité

 

Pour célébrer le centenaire du Comité du Vieux-Marseille, la Vieille Charité expose en ce moment des tableaux de différents collectionneurs et des collections picturales de l’ancien Musée du Vieux-Marseille, aujourd’hui rattaché au Musée d’Histoire de Marseille, qui ré-ouvrira ses portes en 2013.
Réparties en deux salles, une centaine de peintures, aquarelles et dessins illustrent Marseille et son territoire, du début du XIXe au milieu du XXe siècle, nous révélant la manière dont les artistes se représentaient alors la ville. On peut ainsi noter le rôle prépondérant de la mer, tant dans les figurations des lieux (la côte, les plages, les ports) que des personnages (portraits de pêcheurs et de poissonnières). Il est intéressant de voir l’ancien aspect d’un bon nombre de places marseillaises, de même que des endroits aujourd’hui disparus, comme le canal de la Douane, construit sur l’ancien emplacement de l’arsenal des galères, et comblé depuis 1927. Deux toiles illustrent de plus des évènements marquants de l’histoire de la ville, prenant place dans l’espace de la cité (La peste en 1720 : le chevalier Rose de Jean-Baptiste Duffau, et la Démolition du quartier du Vieux-Port en 1943 de Balazur). Les représentations d’un bon nombre de sites et de monuments marseillais nous permettent ainsi de découvrir la ville avant les transformations urbaines effectuées depuis 50 ans, et les thèmes iconographiques privilégiés alors par les peintres de l’époque (Notre-Dame-de-la-Garde, symbole par excellence de la Marseille d’aujourd’hui, n’apparait par exemple dans aucune des œuvres exposées).

Du 20 janvier au 25 mars 2012
Centre de la Vieille Charité – salles Gaston Defferre 1 et 2 – 2 rue de la Charité, 2e
De 10h à 17h du mardi au dimanche. Fermé les lundi et jours fériés
Visites commentées individuelles les samedis et dimanches à 15h et pendant les vacances de février tous les jours à 15h
Visites commentées pour les groupes sur rendez-vous au             04 91 14 59 18

Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

 

Marseille est-elle vraiment une cité violente ? Issu d’une thèse de doctorat et paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Histoire », l’ouvrage de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) nous propose de réfléchir sur les violences interpersonnelles qui se déployaient à Marseille au XIXe siècle. Continuer la lecture de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

Bibliographie

Un des objectifs de ce carnet est d’enrichir notre connaissance bibliographique sur l’histoire de Marseille, de l’époque médiévale à nos jours.

Les différents auteurs de ce carnet procèderont à des mises à jour de cette bibliographie. Nous vous invitons donc à consulter régulièrement la page concernée.

La bibliographie est à consulter dans le menu situé dans la barre d’en-tête.

“Du bateau à la cité. L’enfermement à Marseille 18e-20e siècles”. Une exposition aux Archives départementales 13

 

Présentation par l’organisateur :

A l’image de la chaîne qui barrait le port de Marseille, empêchant les bateaux d’entrer comme de sortir, il est un ensemble de chaînes qui construisent et organisent la vie d’une cité portuaire, qui la protègent autant qu’elles la privent. Des chaînes qui enferment, retiennent, stockent, immobilisent…

De la mer à la cité HLM, Marseille revisitée par ses archives

Les Archives départementales des Bouches-du-Rhône proposent une réflexion originale et atypique sur l’enfermement à Marseille au cours des siècles, l’enfermement désignant ici un ensemble de pratiques relevant d’un contrôle sur la circulation des produits et des populations et prenant la forme d’un tissu très dense de dispositifs sanitaires et administratifs.

Cette exposition propose un nouveau point de vue sur la ville, loin de l’image classique de porte ouverte sur la Méditerranée et l’Orient. Du Lazaret au quartier réservé, de la forteresse au cabanon et jusqu’à la Cité radieuse, la description de ces espaces est menée à partir des archives, celles extraordinaires de la navigation et de son contrôle, du pouvoir qui prescrit, ordonne, interdit mais aussi invente, produit, imagine.

La création d’un historien et d’un artiste

L’exposition distingue cinq espaces (la mer, l’île, le rivage, la ville, la cité). Le parcours conduit de la galère royale aux barres de la cité Kallisté, à travers une scénographie originale de :
Ludovic Burel, inspirée de l’art minimal et post-minimal des années 1960-70.
Philippe Artières, historien, philosophe, a notamment analysé les dispositifs de mise en écriture des individus mais aussi les modes de résistance à ces injonctions.

 

Du 17 septembre 2011 au 21 janvier 2012

ABD Gaston-Defferre
18-20 rue Mirès 13003 Marseille
Entrée libre
du lundi au samedi 10h-18h