Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

 

Marseille est-elle vraiment une cité violente ? Issu d’une thèse de doctorat et paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Histoire », l’ouvrage de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) nous propose de réfléchir sur les violences interpersonnelles qui se déployaient à Marseille au XIXe siècle.

À partir d’une énorme base de données constituée d’archives judiciaires (5 348 fiches issues des registres des jugements du tribunal correctionnel de Marseille et des registres d’arrêts de la cour d’assises des Bouches-du-Rhône), couplée avec une technique de sondage permettant de faire des comparaisons avec la population marseillaise dans son ensemble, c’est plus d’un demi-siècle de violences à Marseille qui est ici analysé. Le terme de « violences » est compris au pluriel, afin de laisser place à la multiplicité de ses formes d’expression. Il correspond de plus à un dépassement des catégories juridiques établies pour qualifier des infractions (d’un côté plusieurs catégories de violences comme celles politiques ou sexuelles n’ont pas été prises en compte pour cette étude, de l’autre l’accent est mis sur tous les crimes et délits effectués au quotidien). L’auteure ne se cantonne par ailleurs pas à une simple étude quantitative des violences, qui serait restrictive sur bien des points, mais couple son analyse avec des méthodes qualitatives allant jusqu’à l’analyse de situations (des lieux comme la rue, le cabaret ou encore le chantier d’usine sont examinés en tant que tels, comme espaces dotés d’une potentialité délictuelle). C’est bien la complémentarité de ce type d’approche, refusant de « choisir entre les chiffres et les lettres » (p. 34) qui fait toute la force des résultats exposés.

Céline Regnard-Drouot met ainsi en perspective les trois grands phénomènes considérés ordinairement comme facteurs de violences (le développement économique, la croissance démographique et la progression de l’urbanisation) avec la « réalité » quotidienne rencontrée dans les archives. En ressort un ouvrage divisé en trois parties chronologiques, « à l’intérieur desquelles se dégagent des thématiques portant sur les groupes sociaux (les ouvriers), des minorités nationales (les Italiens), des tranches d’âges (les mineurs) ou des types de violences (les injures, les violences crapuleuses), en fonction de leur pertinence au cours de la période envisagée » (p. 38). La première partie, « Le durcissement des mœurs » (1851-1875) − qui correspond politiquement au Second Empire − est ainsi une période de transition, au cours de laquelle les comportements violents progressent sans toutefois atteindre la moyenne de l’ensemble des crimes et délits.  Les violences sont essentiellement verbales et se concentrent dans des cadres précis, certaines fois en lien avec la situation géographique de Marseille (ainsi, les quartiers s’étalant autour du Vieux-Port restent ceux dont sont issus la plupart des individus jugés par les tribunaux). S’ensuit un second temps, s’étalant de 1875 à 1895 (« Les visages de la précarité »), pendant lequel les comportements violents s’enracinent véritablement dans la société marseillaise : les ouvriers, les Italiens en deviennent les principaux acteurs, souffrant de la crise économique profonde qui touche la ville à cette période. La « rixe au couteau » est le meilleur exemple de cette violence réactionnelle qui se déploie, peu à peu prise en considération par la police. Enfin, la dernière partie de l’ouvrage, « L’éclatement des repères », couvrant les années 1895 à la veille de la Ière Guerre mondiale, voit le nombre de meurtres exploser : les acteurs des violences sont issus de milieux sociaux plus large – avec un rôle notable des femmes et des « jeunes » − et « l’image de Marseille, terre du crime est en grande partie justifiée » (p. 302). De façon générale, pendant toute la période couverte par l’étude, deux types de corrélations se dégagent pour expliquer l’essor et l’enracinement des comportements violents dans la société marseillaise : l’honneur et la nécessité.

Avant tout ouvrage d’histoire sociale, cette étude emprunte pourtant à d’autres champs historiographiques comme l’histoire urbaine, économique ou encore des sensibilités. Bien que travaillant sur une ville précise (« Marseille, plus que notre décor, est bien notre sujet », p. 15), Céline Regnard-Drouot réussit le pari de ne pas s’enfermer dans une histoire purement locale en posant d’une part des questions relatives à toute vie en société (comment définir des comportements violents ? Comment ces derniers se déploient-ils dans un contexte précis, ici Marseille ? Quelles causes ou  facteurs peut-on leur attribuer ?) et en mettant d’autre part en perspective le terrain marseillais avec l’évolution générale de la violence en France à la même époque. Il s’agit ainsi d’un ouvrage majeur pour toute personne intéressée par l’histoire de la violence à Marseille à l’époque contemporaine, d’autant plus qu’il complète une autre thèse traitant d’un sujet similaire, celle de Laurence Montel, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820-1940), soutenue à l’Université de Paris X Nanterre en 2008, et dont on espère une très prochaine publication.

 

Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914), Presses Universitaires de Rennes, “Histoire”, 2009, 368 p.

 

Fleur Beauvieux


Une réflexion sur « Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) »

  1. Madame, La lecture d’un art sur le violence à Marseille dans “Accents” vient me rappeler des souvenirs anciens. Victor NGUYEN a fait (aux environs de 1962) un 3ème cycle à Aix en Pce, direction Pierre GUIRAL, si je ne me trompe, sur le conflit opposant portes-faix et docker. Cela présente t il un intérêt pour vos travaux ?
    Avec mes cordiales salutations.
    Jacqueline BERAUD, Licenciée en Psychologie à Aix, DESS Psy. sociale Paris, Expert UNESCO en Pédagogie, puis en organisation de systèmes d’information chez IBM.

Répondre à J. BERAUD Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.