M. Bouiron, F. Paone, B. Sillano, C. Castrucci et N. Scherrer (dir.), Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne.

 

Au mois de juillet 2011 vient de paraître un ouvrage attendu de la communauté des chercheurs travaillant sur l’histoire de Marseille : Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Ed. Errance, BiAMA 7, Etudes massaliètes 10, Centre Camille Jullian, 2011, 463 p.

Coordonné par des archéologues (Marc Bouiron, Françoise Paone, Bernard Sillano, Colette Castrucci et Nadine Scherrer), il est le résultat de plus de 20 ans de fouilles archéologiques dans la «cité phocéenne». Les apports de cet ouvrage collectif sont nombreux.

Déplaçant l’attention des archéologues sur les périodes médiévale et moderne, il améliore grandement notre connaissance de la ville à ces deux époques par la confrontation des résultats de fouilles avec les sources écrites. Ce dialogue entre données écrites et données de terrain est une des grandes forces de cette étude. Par les échanges qu’il crée entre archéologues et historiens, il permet la vérification – ou la réfutation − des interprétations classiques des sources «papiers». Àl’inverse, les documents conservés aux Archives municipales et départementales ont permis de compléter des informations extraites directement des fouilles : «dates de certaines structures (…), état très détaillé de l’intérieur des habitations (indiquant à chaque fois les dimensions des pièces), l’organisation des façades, des indications sur le profil des baies, le vocabulaire des charpentes et des renseignements sur la confection des sols et des sous-sols» (p. 31).

La publication est organisée de la manière suivante :

Une première partie est consacrée aux études thématiques sur la topographie et la morphologie de la ville. Le premier chapitre est voué aux éléments structurants de cette topographie, aux pouvoirs et villes multiples au Moyen Âge, aux aspects urbains et monumentaux de l’époque moderne, et enfin au port. Il s’agit d’un rappel d’ordre historique sur les deux périodes considérées, appuyé essentiellement sur les textes d’archives. Les chapitres 2 à 4 ont pour objet les aspects matériels de la ville. Une étude sur l’évolution de la morphologie de la ville du Moyen Âge à la Révolution permet, grâce aux apports de l’archéologie, de comprendre les modifications de la trame viaire et parcellaire sur le temps long. De même, l’analyse attentive des modalités de la construction à Marseille, tant du point de vue des matériaux employés, de leur approvisionnement, des techniques utilisées, que des modalités institutionnelles et juridiques des pratiques constructives, affine notre connaissance des modalités concrètes de fabrique de la ville sous l’Ancien Régime. Enfin, un dernier chapitre s’intéresse aux «industries» marseillaises, et plus largement au monde du travail, des époques médiévales et modernes.

La seconde partie de l’ouvrage restitue les données archéologiques de trois chantiers, menés respectivement au Tunnel de la Major, à l’Espace Bargemont, et à l’Alcazar. Naturellement divisé en trois chapitres et suivant un ordre chronologique, ces synthèses offrent un éclairage sur trois espaces au sein de la ville. Trois fenêtres sur le passé de la cité, qui permettent de compléter nos informations issues des sources papiers, notamment en ce qui concerne la disposition de certains édifices, ou de certaines activités artisanales et «industrielles».

 

Ce travail apporte d’importants renouvellements dans l’histoire de Marseille. Agrémenté de nombreuses illustrations, il offre un fonds cartographique d’importance et de qualité, grâce à de minutieuses reconstitutions de la trame de la cité à des époques où la cartographie ne s’était pas encore imposée dans les pratiques de la ville.

Par l’observation de près de dix siècles d’histoire, cette étude monumentale permet de gommer les découpages traditionnels de l’histoire, et de souligner les continuités et ruptures d’un urbanisme novateur, original et ambitieux pour ces deux périodes. Toutefois, l’absence d’un inventaire des sources utilisées en fin d’ouvrage est bien dommageable.

Si, pour les historiens, l’on peut également regretter l’absence de mise en perspective des résultats de l’archéologie avec des études sociales et culturelles sur cette ville, que seule l’immensité de la tâche déjà accomplie empêchait, on ne peut qu’espérer que ce travail constituera le point de départ d’une collaboration constante et féconde entre archéologues et historiens ayant choisi Marseille comme terrain d’études.

Relavant avant tout du domaine de l’archéologie, cet ouvrage n’en demeure pas moins un outil indispensable pour tous ceux travaillant sur l’histoire de cette ville.

 

Marc Bouiron, Françoise Paone, Bernard Sillano, Colette Castrucci et Nadine Scherrer (dir.), Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Ed. Errance, BiAMA-7, Etudes massaliètes 10, Centre Camille Jullian, 2011, 463 p

 

Julien Puget.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.