Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

 

Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée.

Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle

par Arnaud CAMILLERI-GUILLEBERT ((Ce billet est issu d’un mémoire de Master I en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie médiévale, soutenu à l’Université de Toulouse II le Mirail en Juin 2012 et réalisé sous la direction de Bernard DOUMERC.))

 

 

« La source est là, dans l’espace méditerranéen, la source profonde de la haute culture dont notre civilisation se réclame. Quand nous rêvons d’accomplissement humain, de la fierté et du bonheur d’être homme, notre regard se tourne vers la Méditerranée. »

DUBY.G

 

Enluminure représentant la ville de Marseille depuis 1826. http://www.marseillais-du-monde.org/blason_mars.php3.

Ville d’accueil et d’immigration du berceau méditerranéen, Marseille s’est au fil du temps constituée une identité forte, bénéficiant d’une culture diversifiée, durant des périodes glorieuses et prospères mais également pendant des phases de crises. Souvent caricaturée, elle a toujours suscité un intérêt particulier et stimulé l’imaginaire populaire.

Marseille symbolise la Méditerranée : un lieu d’échange, un carrefour des peuples, une zone de création. La cité phocéenne est au cœur des réseaux et des échanges de la mer intérieure. Elle ne représente sans doute pas un lieu prépondérant de l’histoire méditerranéenne comme Venise, Constantinople, Alexandrie ou Barcelone, qui sont des cités commerciales d’une importance majeure durant l’intégralité de la période médiévale. On ne peut remettre en question la participation de la cité phocéenne dans le commerce maritime et l’importance de son action dans la promotion des relations entretenues avec l’arrière pays et le pourtour méditerranéen. Étudier l’histoire de Marseille au Moyen Âge c’est appréhender l’histoire de la Méditerranée médiévale. À aucune autre époque sans doute le destin de la ville ne s’est à ce point identifié avec celui de la mer harmonieuse et « quasi familiale », pour reprendre l’expression de Pirenne1.

L’objectif du travail ici était dans un premier temps de faire un état des lieux de la recherche historique à l’époque médiévale de notre sujet et de le replacer dans un contexte méditerranéen. Ce monde est une mosaïque culturelle complexe, divisé entre terre et mer, parcouru par différents courants de pensées qui enrichissent les hommes et les cités, au fur et à mesure d’échanges, de confrontations, de métissages et d’évolution. Cet espace méditerranéen est au cœur même de la société médiévale sur lequel se porte notre intérêt.Les historiens ne s’accordent pas sur une définition précise de cet espace, fait selon Braudel « d’immensité et de limite »2. C’est sans aucun doute un espace facilité par la mobilité organisé et les communications multiples. La domination de la Méditerranée, qu’elle soit militaire, religieuse ou commerciale, constitue un enjeu primordial. Ainsi la circulation des peuples, des marchands, des pèlerins, des esclaves et autres soldats rend possible le développement de la cité phocéenne.

Marseille, ville portuaire, porte vers l’Orient, incarne de manière singulière la Méditerranée et cela depuis la période antique. Quand on lit un article, un livre sur cette cité, les différents auteurs s’imprègnent d’un regard méditerranéen. Cependant dans notre travail de recherche, nous avons tenté de nous rapprocher de cette représentation tout en voulant montrer que la cité marseillaise est connectée au monde maritime médiéval.

Les archives municipales de Marseille tout comme celles de la chambre de commerce et d’industrie, regorgent pour la période médiévale de milliers de feuillets retraçant la place occupée par la cité maritime. Sur la période étudiée ici, nous avons utilisé 186 documents datés entre 1136 et 1246. L’histoire de Marseille à la période médiévale n’a généralement pas été faite pour l’instant, sauf d’un point de vue local : le rôle joué par la micro histoire n’est pas négligeable, mais poussé à l’extrême, se pose néanmoins la question de la représentativité du cas étudié pour rendre compte d’un phénomène aussi massif que le cas de la cité marseillaise et de ses enjeux méditerranéens. C’est pour cette raison que nous allons essayer de remettre dans le débat la position marseillaise en Méditerranée à la période médiévale.

Marseille durant le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècle), est une ville sereine, une cité qui trouve un certain équilibre entre les trois grands pouvoirs politique, religieux et économique. La preuve en est, avec le développement de la population. On enregistre dans la cité marseillaise une amélioration de la production vivrière durant les XIe et XIIe siècles. Selon Jacques le Goff, la population de Marseille au début du XIIIesiècle s’élève entre 20 000 et 30 000 habitants3. L’amélioration frumentaire permet un accroissement de la population dans le périmètre urbain en développement.

Le perfectionnement de la vie marseillaise se joue également grâce au retour de la sécurité dans la ville et dans la région. La pression arabe sur le territoire marseillais cesse4, l’Islam recule en Méditerranée occidentale. Les musulmans sont chassés de Sardaigne par les Génois unis aux Pisans et les Normands les expulsent de l’Italie du Sud et de la Sicile5. Il faut prendre en compte la diminution de la piraterie barbaresque dans ces événements méditerranéens qui profitent à la cité phocéenne. Un redémarrage de l’économie commerçante, de la diplomatie régionale ou méditerranéenne est en cours. Tous ces éléments permettent la mise en place d’un système politique stable.

Le modèle italien influence l’évolution de notre port méditerranéen par la présence de commerçants pisans et génois. Il y a en Provence, comme en Italie, un véritable esprit communal qui émerge. L’élaboration de ces communes est à replacer dans le cadre d’un esprit d’émancipation urbaine et villageoise. Cette forme de régime doit être reliée à l’institution de la seigneurie ainsi qu’au phénomène d’encellulement multipliant les lieux d’habitats, à cause de nécessités matérielles en liaison avec un besoin d’institutions collectives6.

À Marseille, cela se traduit par le rachat des droits seigneuriaux, et la mise en place d’un pouvoir consulaire représenté par des podestats7. La philosophie communale ne provient pas d’une volonté de révolution sociale, mais plutôt d’une volonté d’adaptation, cela dans le but de pouvoir continuer à être compétitif dans les domaines socio-économiques. Après avoir étudié des registres des délibérations de la série BB présents aux archives municipales de la ville de Marseille, nous avons pu dégager que de 1221 à 1229, six podestats se succèdent à Marseille.

En voici la liste :

  1. REFORCIAT 2 mai 12238
  2. CARNEVARI DE OZENO 12249
  3. SPINUS DE SOREZINA 2 novembre 122510
  4.  HUGOLIN DONNEDAME 12 juillet 122611
  5. LANTELME PREALON 10 avril 122512, (sous réserve, il est nommé dans des vidimus13 daté de 1256, 1258, mais il n’apparaît pas dans les délibérations de 1225.).
  6. ROBERT DE CONCAREZZA 1 décembre 122714

Une fois établit la construction politique de la ville, les dirigeants marseillais peuvent se lancer dans une vaste entreprise commerciale. Celle-ci consiste dans un premier temps à établir de fortes relations avec l’arrière-pays, ce qui permet à la cité phocéenne de lancer les bases d’un commerce international, avec la mise en place d’infrastructures portuaires. Mais le changement de visage de Marseille s’explique aussi, dans un second temps, par le rôle joué dans la vie politique de la cité par les différents corps de métiers et les chefs qui en sont issus. L’art de la mer a été à Marseille ce que fut à Florence l’art de la laine. Il permet l’établissement d’une législation originale, comme on le voit dans les statuts de la ville au XIIIe siècle : les Marseillais adoptent un code maritime ample, clair et détaillé dont on cherche encore l’équivalent en Provence.

Le succès de l’émancipation d’un grand port comme Marseille au XIIesiècle, s’explique en partie par l’essor du commerce méditerranéen. La cité commence alors à prendre une place de plus en plus importante en Méditerranée, en surpassant les ports de Saint-Gilles et Montpellier, importants pour le transport des pèlerins et dans le commerce maritime. Notre ville évolue en un port incontournable du nord de la Méditerranée Occidentale, en devenant l’un des principaux marchés des produits d’Orient, à coté des cités maritimes italiennes qui fréquentent le littoral marseillais. Il faut ajouter à cela l’établissement d’ordres religieux comme celui des Templiers et des Hospitaliers en 118015, prouvant l’importance de Marseille dans le trafic en Méditerranée.

Après avoir mis en place un monopole du trafic dans la vallée rhodanienne, la ville veut se porter vers la haute mer. Cela passe dans un premier temps par des accords avec les cités-états italiennes comme Gênes. En 1203, les deux villes signent une alliance et un accord commercial qui permet d’asseoir sur un pied d’égalité les deux cités. Ce traité définit les aires commerciales et règle les problèmes passés. Les actes notariés génois, conservés dans leur ville d’origine et pour quelques-uns aux archives municipale de la ville de Marseille, nous permettent de voir que la ville marseillaise est une importante cité d’escale pour les navires italiens en direction de l’Espagne, mais aussi vers l’Afrique du Nord. Cependant, la preuve la plus éclatante de la place méditerranéenne de Marseille est certainement la venue du roi d’Angleterre Richard Cœur-de-Lion (en 1157, 1189 et 1199). Ce dernier, en partance pour la Terre Sainte, y fait escale en août 1190, lors de la troisième croisade.

C’est à ce moment-là que Marseille devient un grand port d’embarquement vers l’Orient. À l’été 1190, plusieurs contingents de croisés de différentes nations s’embarquent dans la ville. Dans le Levant, les marins marseillais se sont mis au service des croisés, ce qui permet l’obtention de nombreux privilèges, comme on le voit dans la liasse AA9 des archives municipales de Marseille, évoquant la concession de privilèges. Avant l’embarcation du roi anglais on remarque l’importance marseillaise en 1187, Conrad de Montferrat (1145-1192) avant concédé à Tyr des franchises de douanes et d’établissement. Cependant, le diplôme de Guy de Lusignan roi de Jérusalem (1159-119416) accorde en 1190 aux marchands et marins marseillais la fondation d’un établissement commercial à Acre afin de récompenser ces derniers pour leur aide et contribution lors du siège de la ville. La confirmation de ces privilèges par le roi Jean de Brienne en 1213 appuie l’existence d’une rue, d’une église, de maisons et boutiques dans la ville d’Acre. De plus, nous apprenons par ce document que la communauté des Marseillais jouit de franchises judiciaires et fiscales, sous l’autorité d’un consul, ce qui suppose une certaine autonomie des habitants de la cité  dans différentes villes orientales. Jusqu’à la prise de Saint-Jean d’Acre par les musulmans en 1291, les nefs marseillaises viennent régulièrement y charger leurs cales de produits.

Les contrats des frères Etienne et Jean Manduel, ainsi que les actes notariés d’Amalric permettent de mesurer l’importance des transactions à Marseille au milieu du XIIIesiècle et de connaître l’activité des marchands, ainsi que la fréquence d’entrée et de sortie des navires dans le port17. En plus des deux nefs du Temple et de l’Hôpital qui relient la ville provençale et Acre deux fois par an, sur cette même route maritime les armateurs marseillais possédaient 16 nefs ralliant l’Orient quatre fois dans l’année. Ces armateurs faisaient escales à Chypres, à Tyr, à Beyrouth puis Acre, plus rarement à Alexandrie. Outre les voyages commerciaux vers l’Orient, le port de Marseille met en place le transport des croisés et des pèlerins, ce qui est très lucratif pour la ville. En-dehors des expéditions commerciales vers l’Orient et des croisades, il faut noter la présence importante et annuelle des pèlerins qui relient Marseille dans le désir de franchir le bassin méditerranéen en direction de la Terre Sainte.

Les rédacteurs des statuts de Marseille, soucieux de la renommée de la cité, légifèrent pour éviter les abus et leur garantir un logement décent,  ainsi qu’un ravitaillement suffisant18. Entre les Marseillais et l’Orient, les échanges commerciaux deviennent perceptibles dans la documentation à partir de la fin du XIIe et au XIIIe siècle. Ces échanges constituent une toile de fond constante des relations entre les différentes régions de la Méditerranée. L’existence du Royaume Latin de Jérusalem fondé en 1099, joue le rôle d’appel d’air. Mais au XIIe siècle, seule l’activité des marchands italiens est visible. Ce n’est qu’à la fin du siècle, avec les victoires musulmanes qui anéantissent presque le Royaume Latin que des ressources, des énergies nouvelles sont demandées avec insistance. La situation de prédominance des cités italiennes est alors bousculée. C’est également à ce moment-là que les Marseillais profitent de l’occasion pour s’installer en Orient. Bouyala d’Arnaud nous informe sur la mentalité des gens de la ville : « Les croisades fortifièrent la puissance des rois. Les seigneurs, au cri de Dieu le veut se firent massacrer par les Turcs. La féodalité s’évanouit. Et les villes libres maritimes connurent par le trafic avec l’Orient, un essor considérable. Les croisades furent d’un grand profit à ceux qui ne prirent point la croix… Marseille retrouva alors son activité et sa splendeur. Elle n’alla pas combattre l’infidèle. Elle s’y fut affaiblie d’avantage et ruinée. Elle transporta les croisés en Palestine et en rapporta les produits précieux. Sa fortune commerciale moderne date de là. Massalia était morte. Marseille naissait. »19. Grâce à ces différentes concessions et confirmations qui payaient des services rendus aux croisés, les marchands marseillais pouvaient rivaliser en Orient sur le même plan que les grandes cités maritimes italiennes comme Gênes, Pise et Venise sans trop de désavantage et ainsi parfois soutenir la concurrence, même si l’établissement des marchands marseillais dans le Levant n’a jamais égalé en nombre et en durée ceux des Italiens. Jamais les conditions pour le commerce maritime méditerranéen n’avaient pour Marseille été plus favorables.

Nous pouvons ainsi nous demander si la ville maritime est une ville commerciale, ou un entrepôt où sont stockées les marchandises avant qu’elles ne soient redistribuées aux quatre coins du monde connu. Après ce rapide tour d’horizon, il est possible de supposer que la cité est sans doute une plaque tournante de redistribution des marchandises méditerranéennes, car dans aucun des documents datant du XIIe et XIIIe siècle nous n’avons la mention de stockage des denrées pour une conservation de longue durée.

L’ambigüité de l’utilisation du port de Marseille reste toujours en place, et l’on peut également se questionner sur sa fonction : un simple point d’appui, un emporium maritime qui permet de recevoir puis redistribuer les marchandises par la mer, ou un port régional qui permet une entrée et une sortie dans l’arrière-pays20? Marseille occupe une place de carrefour excellente visant à une double fonction : celle d’un port naturel fournissant une place commerciale à proximité de la région rhodanienne, qui possédant une profonde intégration dans l’arrière-pays, mais pouvant également se projeter dans l’ensemble de la Méditerranée.

En effet, les sources écrites évoquent une redistribution des denrées, les marchands déposent leurs marchandises sur les docks du port et repartent aussitôt, tandis que d’autres viennent récupérer les marchandises pour les revendre dans les foires du nord, ou les envoyer sur les côtes espagnoles. Marseille est certainement plus un port-relais, connecté au système de cabotage méditerranéen.

À l’issue de cet état des lieux, il est possible de dire que la puissance marseillaise en Méditerranée s’est construite grâce à la construction et les choix politiques de la ville. L’influence et l’interconnexion avec la péninsule italienne profitent sans aucun doute à la cité. Le développement du commerce ne fait pas de la ville un port très actif dans le grand commerce méditerranéen, ni une rivale des principales places italiennes dans le trafic vers l’Orient, car elle ne possède en effet  qu’un statut de place moyenne délaissant, faute de puissance suffisante, les destinations les plus éloignées et se concentrant plutôt, par des lignes serrées et un commerce soutenu, sur des zones plus proches et des pôles de redistribution de marchandises, comme dans les pays Barbaresques. Cependant, n’oublions pas que Marseille a participé à la grande aventure des croisades en succédant à Saint-Gilles comme principal port d’embarquement pour la Terre Sainte à partir de la fin du XIIe siècle, ce qui explique l’existence d’un comptoir des Marseillais à Tyr et à Jérusalem. L’importance de la ville en la matière fut d’ailleurs bien vite reconnue par les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, implantant à Marseille des structures destinées à assurer les liaisons maritimes avec leurs établissements des états latins d’Orient. La ville, en plus de prendre une certaine place en Méditerranée, en tire des bénéfices économiques qui permettent sa mutation urbaine, l’accroissement et la diversification de sa population. En prenant une place méditerranéenne, Marseille se construit un avenir.

 

Le projet pour la recherche future est d’accentuer la démarche analytique afin de mieux comprendre la mise en place de la commune marseillaise, savoir si une confrontation entre les différents pouvoirs se met en place ou s’il y a une cogestion qui permet de créer un nouvel élan dans la cité maritime. Il serait de plus intéressant pour comprendre la mise en place du système politique d’évaluer l’influence de la péninsule italienne et aragonaise dans ce processus.
Il y a également un désir d’appréhender le travail des étrangers dans notre commune marchande. Cela implique de définir le terme de migrants, leurs provenances, ainsi que leurs implications dans les affaires de la ville, de même que leurs sphères (politique, religieuse, commerciale, artistique). Pour répondre à ces différentes questions, les archives municipales de la ville de Marseille, ainsi que les archives départementales des Bouches-du-Rhône sont nos principales sources.

  1. PIRENNE Henri, Les villes du Moyen-Age. Essai d’histoire économique et sociale, Bruxelles, Maurice Lamertin éditeur, 1927, p 52. []
  2. BRAUDEL Fernand (direction), DUBY Georges, La méditerranée les hommes et héritage, Champs Flammarion, 2002 (1977), p.311. []
  3. Jacques le Goff, La Civilisation de l’Occident Médiéval, Flammarion, Paris, 1997. []
  4. Le début de l’expulsion des musulmans de Provence par Hugues d’Arles en 926 et son achèvement en 972 avec la prise de la dernière citadelle sarrasine du Freinet par Guillaume le libérateur, marque la renaissance de Marseille autour de l’abbaye de Saint-Victor vers la fin du Xe siècle. []
  5. MARTINEZ-GROS (direction), Pays d’Islam et monde latin 950-1250, Neuilly, Atlande, 2002. []
  6. HUBERT Etienne, « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2004/1, 59e année, p. 109-139. []
  7. À la fin du XIIe siècle, le gouvernement des communes italiennes et provençales est paralysé par l’affrontement entre l’oligarchie en place, les milites et les exclus du pouvoir, le popolo. Les communes font alors appel à un magistrat unique, choisi dans une ville alliée pour une durée de un an. Le podestat joue alors le rôle de médiateur et de chef de gouvernement aux vastes pouvoirs (administratifs, politique étrangère, politique de construction, de guerre). []
  8. AM, Marseille, BB1. []
  9. AM, Marseille BB36. []
  10. AM, Marseille BB1. []
  11. AM, Marseille BB2-1. []
  12. AM, Marseille H 379. []
  13. un vidimus (du latin vidimus, « nous avons vu ») est la copie certifiée d’un acte antérieur. On dit que l’acte est vidimé. On trouve fréquemment des actes vidimés dans les confirmations établies à l’avènement d’un nouveau seigneur ou souverain. []
  14. AM, Marseille HBB12. []
  15. Les ordres religieux-militaires, sont nés de la nécessité de défendre les Etats latins de Terre Sainte fondés en 1099 et d’acheminer les pèlerins en Terre Sainte. []
  16. Au trône de 1186 à 1194. []
  17. BARATIER Edouard, Document de l’Histoire de la Provence, Toulouse, Privat 1969, p.139. []
  18. AM, Statut de la ville de Marseille AA1 chap. XXVII-XXVIII. []
  19. PEISSON Edouard, Navires de Provence des galères aux derniers voiliers, édition Detaille, Marseille, 1955, p.32. []
  20. L’emporium est un comptoir commercial []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.