Résumé : Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques

La cinquième et dernière séance du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille, version 2011-2012, avait pour thème « Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques ».

Rappel de l’argumentaire :

L’image cosmopolite de Marseille n’est pas neuve, de même que sa réputation de cité violente : la ville accueille depuis le Moyen Âge des populations aux origines et aux conditions sociales très variées, allant des marchands de l’époque moderne aux ouvriers des XIXe et XXe siècles. Face à elles, les politiques municipales ont adopté différents types de mesure, allant de la répression à l’accueil, dans le but de faire coexister, ou du moins réglementer en partie la vie de ces différents groupes. C’est cette question de la gestion et de l’attitude des pouvoirs publics municipaux face à ces populations que nous souhaitons interroger. Quels diagnostics la municipalité produit-elle face à de telles problématiques ? Quelles solutions sont apportées ? Perçoit-on une spécificité marseillaise en la matière ?

Le premier communicant de la journée, François Otchakovsky-Laurens (doctorant TELEMME), est intervenu sur la notion de marginalité à l’époque médiévale (« Marseille au XIVe siècle, une ville en crise… et sans marginaux ? »). Une longue période de crises multiformes caractérise alors la ville, en particulier après l’épidémie de peste de 1348, créant une situation troublée sur les plans économique, sanitaire, alimentaire et bien entendu politique. Réalisant une thèse sur les assemblées urbaines et le jeu des pouvoirs dans la ville en Provence − et en particulier à Marseille −, François Otchakovsky-Laurens a ainsi interrogé la façon dont la municipalité gérait le bien commun (bonum commune) au cours de ces temps troublés, et spécifiquement les populations marginales. Cette question fut soulevée pour la période médiévale dès 1976, par l’un des historiens-pionniers qui a fait de la marginalité un sujet historique, Bronislaw Geremek (Les marginaux parisiens, XIVe-XVe siècles). Michel Foucault fut également mentionné, même s’il semble que les théories qu’il a développées dans Surveiller et punir (1975) sont moins fécondes que ses différentes utilisations du concept de gouvernementalité, en tout cas pour le XIVe siècle marseillais. Les sources privilégiées pour cette intervention furent les registres de délibérations de la municipalité, conservées dans le fonds BB des Archives municipales de Marseille : bien qu’elles témoignent de la conjoncture difficile que traverse la ville, elles ne sont pas prolixes en matière de marginaux, si bien que l’on peut se demander si ces derniers existaient à cette période. En tentant de répondre à cette problématique de départ (« Exclusion sociale, ou exclusion des sources historiennes ? »), François Otchakovsky-Laurens a ainsi abordé les questions de la censure ou de l’auto-censure des élites urbaines, ainsi que celles relatives à la pratique de l’historien face à ses sources apparemment muettes. Ces problématiques poussent en effet à réfléchir sur la façon dont se constitue une communauté politique, entre exclusion et intégration.

Ces premières discussions furent suivies par la communication de Jean-Baptiste Xambo (doctorant CNE), qui réalise une thèse sur la construction et la justification des politiques locales d’exclusion à Marseille, durant la seconde moitié du XVIIe siècle. L’édit du port franc, voulu par Colbert en 1669, peut en effet être considéré comme le symbole d’une forte méditerranéisation du port, qui brassait alors ethnies et religions par et pour le bien du commerce. En nous présentant deux études de cas (« Étrangers sous tension. Description croisée des affaires liées à la présence de négociants juifs et de galériens libérés à Marseille (1670-1704) »), Jean-Baptiste Xambo pose la question de l’exclusion des populations – différente de l’exclusion sociale – et de la construction de la citoyenneté à l’époque moderne. Sa démarche consiste à partir des affaires juridiques dans lesquelles sont impliqués les échevins, afin de faire émerger les acteurs, les moyens et les enjeux de l’exclusion. En proposant une démarche originale (la « pratique intuitive » des archives théorisée par le sociologue Francis Chateauraynaud), les sources analysées sont essentiellement les correspondances politiques, dans une perspective pragmatique. Il s’agit ainsi de ne pas étudier les groupes sociaux en eux-mêmes mais leur action, en couplant l’analyse de situation aux processus de transformations de longue durée. Partant de l’énoncé « du scandale nait l’affaire » (Harold Garfinkel), Jean-Baptiste Xambo interroge alors l’usage politique des lettres, ainsi que le lien entre fait divers, évènement et scandale politique. La définition de ceux que l’on nommait alors « étrangers » − réinterrogée notamment par les travaux historiques de Wolfgang Kaiser et Simona Cerrutti pour la période moderne – peut alors être repensée.

Afin de replacer le thème de cette séance dans un plus long temps marseillais, Laurence Americi (maître de conférence, TELEMME), discuta les deux interventions et apporta une mise en perspective grâce à la période contemporaine. Cette historienne a notamment travaillé lors de son doctorat sur les ouvriers et la façon dont ce groupe social particulier fut géré par la municipalité (La Caisse d’Épargne des Bouches du Rhône au XIXe siècle: un outil financier au service de l’intervention sociale, 2000). Ce fut surtout sur le choix des mots employés que les débats furent les plus vifs. L’une des continuités historiques que l’on peut repérer concernant « les pauvres » au fil de ses siècles est le fait que ses populations sont pensées dans la société, la pauvreté évangélique devant ainsi toujours être mentionnée. C’est ainsi au nom du droit à l’assistance sous la Révolution française que les municipalités entrèrent en action. Ce terme – très présent dans les sources mais que les intervenants n’ont que peu évoqué lors de la séance – est important à considérer puisqu’il reste lié au travail, et à l’utilité ou l’inutilité de ces groupes sociaux : l’analyse des mots (« pauvres », « vagabonds ») reste ainsi l’une des premières démarches que le chercheur se doit d’entreprendre, afin de mieux comprendre la réalité sociale du siècle dont il écrit l’histoire. Porter attention aux termes juridiques – notamment celui d’ « étranger » − est alors nécessaire, de même que réfléchir sur les notions de territoire ou d’institution (il s’agit ainsi plus de processus d’institutionnalisation, pensés de façon dynamique). Quant aux politiques municipales au sens strict, le produit de la décision est importante, puisqu’elle résulte de la capacité de la périphérie à influer sur la décision centrale : il n’est donc pas sûr que la dichotomie entre l’histoire par le haut et celle par le bas puisse déjà être dépassée. À Marseille, la question sociale montre la faiblesse de la très grande action municipale, avec un lien direct entre des acteurs locaux très engagés et l’État central. L’analyse d’études de cas a de même un lien particulier avec l’opinion, qu’il est important de considérer dans la construction des faits divers, de même que le terme de « scandale » a une connotation juridique aux époques médiévale et moderne.

Ses remarques sont ainsi directement liées à la question de l’utilisation par la discipline historique des autres concepts et théories des sciences sociales. L’interdisciplinarité fut en effet à l’honneur au cours de cette dernière séance, notamment la sociologie (Edward Saïd, Michel Dobry, etc.). Bien qu’il est admis actuellement que le jeune chercheur ne peut se cantonner aux seules références historiques lorsqu’il réalise sa thèse, il reste essentiel de préciser le sens (commun, historique, sociologique, etc.) de chaque mot-clé employé afin d’éviter tout risque de contresens, voire d’anachronisme. Enfin, l’image de la ville, interrogée en pointillés lors des interventions et discussions, semble importante à prendre en compte lorsque l’on aborde ce type de questions. De la Marseille rebelle ou suiviste, il semble que ce soit la seconde – défendue notamment par le médiéviste Thierry Pécout – qui est au plus près de la réalité historique, en ce qui concerne les politiques municipales au XVe siècle. En revanche, lorsque l’on aborde la période moderne, l’étude des acteurs politiques locaux montre qu’ils parviennent à imposer leurs vues à un État central toujours forcé de négocier. Il reste ainsi encore à questionner les réactions des populations visées par ces dernières, lorsque les sources de l’historien le permettent, selon les siècles étudiés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.