Les représentations cartographiques de Marseille au XVIIIe siècle et ses usages

 

<p>Plan géométral de la ville, citadelles, port et arsenaux de Marseille par Razaud (1743). Archives Municipales de Marseille, 78 Fi 365</p>

Ce billet se propose de faire un état des lieux des plans de la ville de Marseille au XVIIIe siècle et des usages que l’on peut en faire aujourd’hui.

En effet, quiconque souhaite étudier la ville et sa population à cette époque ne peut faire l’impasse de ces documents précieux, mais souvent d’un usage rendu difficile par la méconnaissance que l’on peut avoir de ces sources et des informations qu’elles contiennent.

Le présent texte ne vient nullement apporter des éléments nouveaux quant au contexte de production de ces documents. L’excellente thèse de Guenièvre Fournier1 constitue un passage obligé afin de prendre la mesure du large éventail cartographique disponible à l’époque, sur les personnages et les objectifs à l’origine de ces différentes représentations « figurées »2 .

Je me contenterai donc ici de proposer quelques pistes, tirées de mon expérience personnelle de recherche, sur la manière d’utiliser ces différents documents et sur les avantages proposés par l’un et l’autre.
Le corpus cartographique sur lequel est basé ce billet est directement tiré des fonds planimétriques conservés aux Archives municipales de Marseille, et disponible en ligne sur leur site internet.

Trois cartes sont ainsi à notre disposition pour le XVIIIe siècle3 .

Le premier est le Plan de Marseille et de ses faubourgs (1705)4 , de Nicolas de Fer. Il s’agit de la première représentation « zénithale » de la ville de Marseille. De même, ce document est le premier à représenter l’agrandissement qu’à connu la ville en 1666. L’actuel quartier Belsunce (anciennement faubourg des Roubauds et des Olliers), le « Parc » (actuels place du Général de Gaulle et bas de la Canebière), et le nouvel Arsenal (actuels Quai de Rive-Neuve, cours d’Estienne d’Orves, rue Sainte, rue Neuve Sainte-Catherine…etc.), sont représentés. Ce plan est accompagné d’une légende figurant les nouvelles portes de la Ville, ainsi que les principaux bâtiments militaires et conventuels.
S’il constitue la première représentation de la « nouvelle ville », et de la ville dans son ensemble au « zénith », il n’en demeure pas moins extrêmement léger au niveau des indications topographiques et de la précision du relevé. Les proportions ne sont pas respectées, et il ne peut donc nullement servir comme base à la constitution d’un SIG par exemple.

 

Le Plan géométral de la ville, citadelles, port et arsenaux de Marseille de Razaud (1700-1743-1752) est quant à lui un document incontournable5 . D’une qualité et d’une précision extrême, il constitue le premier plan géométral de la ville de Marseille. Surtout, il semblerait au vue des éléments qu’il figure que son relevé est directement inspiré du Plan de Nicolas de Fer. De fait, la représentation qu’il nous offre de la ville correspond davantage à son image au début du siècle, contrairement à ce qu’indique son année de production. La légende qui l’accompagne référence les mêmes types d’éléments que le Plan de Fer, mais de manière plus complète. Ce ne sont pas moins de 97 items qui sont légendés.
Le Plan Razaud figure également les espaces bâtis/non bâtis présent au moment du relevé, en prenant soin de distinguer par un code couleur explicité sous la légende, ceux situés dans l’ancienne ville, la nouvelle ville, et les faubourgs.
Ce document planimétrique d’exception constitue une base non négligeable dans la constitution d’un SIG historique. Néanmoins, s’il s’avère être un outil indispensable afin d’appréhender le Marseille d’après l’agrandissement de 1666, l’absence d’indications toponymiques pour les rues rend son usage difficile, ou du moins, oblige à le coupler avec un dernier document : Le plan de la ville de Marseille, par Pierron (1787).

 

Le Plan de la ville de Marseille de Pierron (1787)6 offre la dernière représentation géométrale de la ville de Marseille d’Ancien régime. Gravée sur deux planches représentant respectivement le Nord et le Sud de la ville, cette carte est extrêmement précise. Les variations d’ordre topographique sont figurées (particulièrement pour la colline de Notre-Dame-de-la-Garde, la Plaine Saint-Michel, et l’ancienne « Plateforme » qui accueille aujourd’hui la Gare Saint-Charles). De mêmes les « vides » et les « pleins » sont représentés, les arbres bordant certaines voies aussi, tout comme la volumétrie des bâtiments conventuels et la forme des principaux jardins de la ville.
Surtout, ce document planimétrique sans légende, contient le nom de chacune des rues de la ville, tant « nouvelle » que « vieille ». Ces informations toponymiques font la force de cette représentation de la ville. Son recours s’avère indispensable afin de faire figurer sur une carte des informations tirées des sources d’Ancien régime7 .
Enfin, postérieur au Plan Razaud, ce document fait état de divers projets d’extension au-delà des murailles Est de la ville, ainsi que des réajustements intervenus dans le réseau viaire du quartier de l’Agrandissement de 1666 (secteur Belsunce) dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

En conclusion, on constate donc que seuls les plans Razaud et Pierron offre un intérêt pour l’étude de Marseille au XVIIIe siècle. A mon sens, ces deux outils doivent être utilisés ensemble, et de manière complémentaire. Le Plan Razaud offre une aisance dans la lecture que le Plan Pierron ne possède pas. A l’inverse, la qualité des informations contenues dans le second et faisant cruellement défaut dans le premier, est

indispensable afin de se repérer dans une ville lourdement touchée par le percement de la Rue de la République au milieu du XIXe siècle, et par la construction du Centre Bourse dans les années 1960-1970.

 

  1. Guenièvre Fournier (dir. Jean Boutier), Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images (XVe-XIXe siècles), thèse d’Histoire, EHESS, 2008 []
  2. voir également le catalogue d’exposition co-dirigé par Guenièvre Fournier : La ville figurée. Plans et vues gravées de Marseille, Gênes et Barcelone, Marseille, Éditions Parenthèses/Musées de Marseille, 2005 []
  3. Nous ne ferons pas référence ici aux deux plans produits pour des projets d’extension des enceintes au XVIIIe siècle : le plan du Maréchal de Belle-Isle de 1752, et du négociant Rodolphe Puget en 1777 []
  4. Archives municipales de Marseille, 79 Fi 86 []
  5. Archives municipales de Marseille, 78 Fi 365. À noter que la représentation mise en ligne est celle conservée à la BnF. Celles disponibles aux Archives Municipales de Marseille sont légèrement différentes, et datent certainement d’époques postérieures pour des projets urbains []
  6. Archives municipales de Marseille, 78 Fi 106 []
  7. Il s’agit cependant du nom des rues au XVIIIe siècle. Pour des usages plus ancien, l’ouvrage d’Augustin Fabre, Les rues de Marseille, ed. Camoin, Marseille, 1869, 5 vol. doit être utilisé []

7 réflexions sur « Les représentations cartographiques de Marseille au XVIIIe siècle et ses usages »

  1. Félicitation Julien pour cet article, et pour le lien vers notre base ! Si, si on apprécie.
    Je suis étonnée d’une chose : lorsqu’on clique sur le plan publié c’est la référence « Gallica » qui apparaît … ???? On ne vous a pas fourni une reproduction ? Elle était peut-être de mauvaise qualité par rapport à celle de la bnf. Mais il faudrait citer exactement la source d’origine.
    J’archive votre texte dans mon dossier de 79 Fi : cela me démange de travailler à la description (enfin) précise de ces documents.
    A bientôt
    Marie-Noëlle Perrin

    1. Merci !

      Ce n’est pas grand chose, et cela mériterait d’être approfondi, avec par ex. une séance de travail aux archives sur le document original…!

      Concernant la reproduction, vous me l’avez fourni, et d’une bien meilleure qualité. Mais justement, le fichier est trop volumineux pour la plateforme WordPress qui héberge le carnet. J’ai donc dû me contenter d’une reproduction de la BNF.

      A bientôt,
      Julien

  2. Bonjour,
    Je possède un « Plan de la Ville de Marseille » daté de 1773, signé « embry arch inv fabre sc », avec une échelle graphique de 100 cannes, un nord agrémenté d’une fleur de lys.

    Il s’agit d’une miniature de 8 cm de diamètre, dans un cadre.
    C’est un tracé à la main, pas une impression.

    L’architecte Embry peut être celui qui a tracé les jardin du Parc Borely en 1775.

    Puis je en savoir davantages sur cet objet ?
    Au plaisir de vous lire.
    Cordialement

    Henri Caporali

    1. Monsieur,
      Je prends connaissance de votre question au sujet d’un plan de Marseille de Embry en 1773. Il ne m’est pas possible de vous en dire plus sans voir le document. Mais qu’attendez-vous exactement ? Nous avons dans le fonds des Archives de Marseille un plan daté de 1773 par Besson (78 Fi 398) et un « projet pour la porte de Rome » signé Embry (en 1887 ?) (78 Fi 411).
      Bien cordialement,
      Marie-Noëlle Perrin

      1. Bonjour, je cherche à identifier cette carte.

        Pour vous rencontrer, je suis à Marseille une fois par mois. AU plaisir de vous rencontrer.
        Cordialement
        Henri Caporali

  3. Je voulais apporter un complément d’information concernant le plan Razaud. J’ai eu l’occasion de travailler sur la version non colorée de ce plan lors de la fouille de la place Général-de-Gaulle. Le bas de la rue Saint-Ferréol n’est pas encore percé. De même, la Vieille-Charité n’est pas totalement construite. Ceci amène à dater le document des alentours de 1700. Je pense que le plan a été ensuite repris pour la version couleur qui est datée elle de 1743. Je rejoins donc les remarques de Julien Puget sur sa datation.

    Marc Bouiron

  4. A tous,
    le plan Razaud 1743 est une copie d’un plan plus ancien ( fin XVII ) dont la première version a été publiée a Amsterdam, chez Visscher, au demeurant rarissime ( pas à la BnF ). La remarque de Marc Bouiron est donc tout à fait fondée.
    Le plan De Fer ( éditions 1702 et 1705 ) n’est qu’une copie réduite de ce plan initial. Il existe aussi des plans fin XVII de Marseille et ses environs, dont le plus connu est celui de Chevalier de Soissons et un autre, rarissime aussi ( inconnu aux Cartes et Plans de la BnF, mais peut-être aux Imprimés ), de Razaud, en pré-tirage.
    Jacques Mille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *