9HDB5 - Contrat passé entre les recteurs de l'Hôpital des Convalescents et Balthazar de Péréris (1742)

Chambre sur cour: note de recherche sur les dépenses de santé des Marseillais à l’époque moderne

9HDB5 - Contrat passé entre les recteurs de l'Hôpital des Convalescents et Balthazar de Péréris (1742)

« Je suis rentré au séminaire de la mission de France et y ai commencé à manger le 1e jour d’octobre 1730 : 100 liv pour les 6 1e mois de ma pension » : tels sont les premiers mots inscrits sur un petit carnet, échoué dans la comptabilité de l’Hôpital des Convalescents[1]. Leur auteur, Balthazar de Péréris, est alors âgé : il a 79 ans, comme l’atteste son acte de baptême. Ce n’est qu’en 1736 qu’il obtient du roi Louis XV de se retirer de son service d’aumônier des gardes de l’étendard royal des galères de Marseille, « à cause de son grand âge », service qu’il avait commencé en 1692. C’est à l’hôpital des Convalescents qu’il décède en en mai 1743 à 92 ans, dans une petite chambre donnant sur la cour des hommes. Son admission de longue durée à l’hôpital, situé hors la porte Saint-Lazare, sur l’actuelle rue des Convalescents, étonne : les legs successifs n’admettaient qu’un séjour de courte durée à ceux qui venaient de quitter l’Hôtel-Dieu. Péréris avait négocié minutieusement avec les recteurs de l’hôpital d’y finir sa vie (fig. 1). Pour qui cherche à étudier les dépenses de santé des individus à l’époque moderne, les archives hospitalières représentent une mine. Elles conservent de nombreux « sacs », qui rassemblent les documents produits lors des successions contentieux : les institutions hospitalières – à un niveau qu’il faut encore évaluer – héritières d’une large fraction de la population, déploient une grande activité contentieuse pour recouvrer les legs. C’est dans ce cadre que les petits livres de compte du prêtre Péréris échouent dans les archives de l’Hôpital des Convalescents. Le carnet sert de support à la mémoire du vieux prêtre : ne disposant plus d’hébergement, il choisit une pension pour couler ses derniers jours, y trouvant gîte et couvert à hauteur de 240 livres par an. Il s’acquitte régulièrement de cette somme par tranche de 120 livres. Onze ans plus tard, « sain et malade », il opte pour une autre solution qu’il ménage en deux temps. En 1741, il demande la création d’une pension viagère, intitulée rente instituée à titre d’aumône à fonds perdu, de 520 livres par an, à partir d’un capital mobilier de rentes sur la communauté de Marseille d’un montant total de 65 000 livres. Le 18 mars 1742, il abandonne le fruit de sa pension viagère en échange d’une petite chambre sur la cour des hommes dans l’enclos de l’hôpital « qu’on lui prépare actuellement et dont il se contente » ainsi que de la nourriture dispensée aux officiers employés de l’hôpital. Il aménage cette petite pièce avec ses effets personnels: un lit et une table de noyers, deux cadres représentant le crucifix et la vierge, le nécessaire à chauffer un caffé, et deux rideaux d’indienne pour préserver son intimité.  Cet accord est réversible : si Péréris change d’avis, les recteurs acceptent de lui reverser sa pension: est-il d’ailleurs sorti lorsqu’il perçoit le 4 mars 1743 sa pension de 520 livres? Le 2 mai, il fait établir son testament nuncupatif devant le notaire Aubert, « jouissant de la liberté de ses sens, ferme propos et parfait jugement, quoy que détenu de maladie corporelle dans son lit de l’hôpital des pauvres passants et convalescents dans une chambre ayant veüe dans la cour des hommes ». Il élit sépulture à l’Hôpital à qu il lègue ses arrérages de rente. Il lègue alors de manière définitive à ses neveux une petite terre appelée du Colet dont ils sont déjà en possession depuis un partage ancien, et à ses trois nièces le lieudit Verger et les meubles répartis à la même date. Comme l’atteste les inventaires établis à son décès, c’est pourtant à l’hôpital qu’il décède.  Par ses deux legs – capital et rente – Péréris s’était assuré, pour ses vieux jours, le gîte et le couvert mais aussi, quand la vieillesse atteint les fonctions corporelles, une assistance médicale.

Le cas Péréris est certainement exceptionnel, tant par l’âge avancé du prêtre que son absence d’héritier. Il ne fut pourtant pas le seul à user du legs charitable pour ménager sa fin de vie. À Paris, les pensions viagères à titre d’aumône font l’objet, au moins dès le dix-septième siècle, de négociations sur les taux d’intérêt des rentes (leur « denier ») entre les administrateurs et les donateurs, afin de remplir leur usage : garantir une subsistance à une jeune fille, ou une retraite à un vieux domestique[2]. Jean-Paul Desaive avait déjà noté les stratégies médicales des laboureurs de la vallée d’Aillant, près d’Auxerre, qui choisissaient de régler annuellement des honoraires de façon à préserver leur capacité financière à se faire soigner[3]. Aussi peut-on lire la notation des comptes que tient Péréris comme une façon de revendiquer son aptitude financière à vivre aussi bien que possible ses dernières années de vie.

L’histoire de Péréris ouvre plusieurs pistes de recherche. La première, sans nul doute, rouvre l’épais dossier des attitudes face à la mort. Par leurs fondations pieuses, les Provençaux avaient souhaité se ménager une meilleure vie dans l’au-delà, or la pratique s’affaiblit au cours du dix-huitième siècle. Il n’est pas illégitime de se demander s’il n’y a pas eu report de cette manne financière sur d’autres formes charitables, comme les pensions viagère à fond perdu à titre d’aumône, des fondations de lits ou encore des legs, nombreux, aux œuvres paroissiales ou hospitalières. Il n’est d’ailleurs pas anodin que les comptabilités hospitalières regorgent de successions. Michel Vovelle avait déjà noté le haut niveau des gestes de legs aux institutions charitables, soit dans 40% des testaments marseillais, comme leur relatif reflux après 1750; il avait aussi remarqué que leur niveau médian s’accroît avec le siècle, pour se stabiliser autour de 1000 livres, suivant les dynamiques de la rente, tandis que persistent de tout petits legs. « La laïcisation de cette bienfaisance se marque dans une attention technicienne, économiste, portée aux problèmes charitables »[4]. On rejoindra là l’idée d’une recherche de la « grâce par les œuvres » que Nicolas Lyon-Caen a repérée chez la bourgeoisie janséniste parisienne[5]. En deuxième lieu, le changement d’attitudes face à la mort aurait comme cause ou contrepartie les choix de fin de vie : les hommes et les femmes des Lumières, en capacité de le faire, auraient ménagé leur arrivée à la mort, construisant des formes d’assurance médicale, individuellement – comme l’a fait Péréris – ou collectivement, à l’instar de la prévoyance maritime instaurée à la fin du dix-septième siècle. L’essor des hôpitaux marseillais au cours du seizième siècle, qui furent moins des institutions d’enfermement que de soins, pourrait être lu comme une des dimensions du phénomène. Ce phénomène dont il reste à prendre la pleine mesure temporelle et financière ne serait pas si éloigné de la « révolution médicale » anglaise, qui voit la brutale accélération entre 1610 et 1650 des dépenses médicales en fin de vie, assumées là par les héritiers[6]. De là il n’est pas impossible d’émettre l’hypothèse, un peu subversive, que c’est la foi en l’efficacité des techniques médicales qui a transformé les croyances religieuses des sociétés européennes.

 


[1] Ad 13 (Marseille), 9 HD B 5.

[2] Pierre-Charles Pradier, « Les bénéfices terrestres de la charité. Les rentes viagères des Hôpitaux parisiens 1660-1690 » Histoire & mesure (décembre 2011, à paraître).
[3] Jean-Paul Desaive, ‘La Mesure du possible: essai sur le ménage, la propriété, l’exploitation en vallée d’Aillant au dix-huitième siècle’, thèse de doctorat (Paris: EHESS, 1986).
[4] Michel Vovelle, Piété et déchristianisation en Provence au xviiie siècle (Paris : Le Seuil, 1978), p. 229 et suiv. citation p. 261.
[5] Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle (Paris: Albin Michel, 2010)
[6] Ian Mortimer, The Dying and the Doctors: The Medical Revolution in Seventeenth-Century England (London: Boydell & Brewer, 2009).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *