Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Aujourd’hui, la simple prononciation du nom de Marseille évoque une multitude d’images et de représentations qui s’entrechoquent. Il existe mille descriptions de cette ville, mille récits. Comment, à partir de cette abondance de récits, décrire l’histoire des réalités de Marseille ? À partir des années 1980, un des artisans les plus pertinent en a été l’historien Émile Témime. En travaillant directement sur ce qui apparaissait jusque là comme « à la marge » de la ville, en partant de ceux qui semblaient juste traverser la Canebière pour filer vers un destin inconnu, Émile Témime a reconstruit pierre par pierre l’histoire de Marseille, ville de migrations.

Continuer la lecture de Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

 

Présentation par l’éditeur :

Pour la première fois, une histoire comparée est appliquée à la cartographie urbaine. Continuer la lecture de Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

Les Architectures de l’eau à Marseille, du XVIIIe siècle à nos jours

Présentation par l’organisateur :
Le thème de cette exposition Les Architectures de l’eau est inédit. Son ambition est d’attirer le regard du visiteur sur le patrimoine méconnu des fontaines qui assurent l’alimentation en eau de la ville à travers documents d’archives, plans, gravures, sculptures, maquettes.

L’exposition est aussi une occasion de se replonger dans trois siècles d’histoire urbaine à travers le prisme de la conquête de l’eau. Pour une ville comme Marseille, l’approvisionnement en eau est un combat quotidien, qui en période de sécheresse ou d’épidémie devient une ardente nécessité. C’est en 1849 que le temps de la soif est enfin révolu avec l’ arrivée de l’eau de la Durance en abondance, célébrée en grande pompe par l’édification du Palais Longchamp !

A travers cette exposition, les Archives départementales et l’association E.S.So.R. ont voulu attirer l’attention du public sur un patrimoine riche mais en péril ; nombre de fontaines et bassins sont aujourd’hui asséchés ou peu entretenus et se fondent dans le décor foisonnant de la ville.

Pour compléter et enrichir cette exposition, l’équipe des Archives départementales et l’association E.S.So.R ont associé une programmation culturelle riche et variée (conférences, colloque, ateliers jeune public, promenades urbaines et spectacle vivant).
Exposition du 13 septembre au 8 décembre 2012

A paraître : « Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) »

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions

 

Architecture et urbanisme à Marseille vus par la télévision des années 1950

 

Le site Crévilles.org (Centre de Ressources Électroniques sur la Ville), s’est constitué une playlist de vidéos sur le site de l’ina.fr.

Parmi la cinquantaine de vidéos proposées, en voici trois concernant le Marseille des années 1950.
Concernant l’urbanisme et l’architecture Marseillaise d’après guerre, ces reportages offrent un point de vue intéressant sur l’image déjà véhiculée à l’époque sur le caractère insalubre de la « vieille ville », et le renouveau que la « reconstruction » pourra apporter à ce « désordre ».

 

Marseille et les grands ensembles

Reconstructions à Marseille

La Cité Radieuse

 

 

 

 

Exposition « Mémoire de ville, la vallée de l’Huveaune »

Présentation par l’organisateur :

L’exposition « Mémoire de ville, la vallée de l’Huveaune » est le fruit d’un travail de quatre années de sensibilisation à l’urbanisation de la vallée de l’Huveaune, mené avec des habitants de ce territoire et encadré par la Compagnie des rêves urbains. Elle donne un éclairage sur l’évolution de ce territoire depuis le XIXe siècle à nos jours.

Plusieurs thématiques sont mises en avant :

– le territoire de la vallée,
– les noyaux villageois qui se sont développés à travers l’exemple de la Pomme,
– l’industrialisation à partir de la révolution industrielle,
– le développement de l’habitat collectif depuis les années 1930
– les transports qui ont façonné le territoire.

 

Du 4 au 18 novembre 2011,
en Mairie de secteur des XI-XIIe arrondissements, Salle des délibérations.
Avenue Bouyala d’Arnaud,13012 Marseille. 04 91 14 62 40. 

Plus d’informations ici

« Du bidonville à la cité » – JE du 9 décembre 2011


Présentation par les organisateurs :

La transformation des modes d’habitation figure parmi les plus grands bouleversements du second XXe siècle. Concerné au premier chef par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, et aussi par les rapatriements et apports massifs de main d’oeuvre immigrée, le département des Bouches-du-Rhône voit se multiplier les bidonvilles et les HLM. Il faut loger vite et beaucoup. Comment les logements insalubres et l’habitat collectif ont-ils émergé ? Quels choix architecturaux ont été faits et pourquoi ? Quelle mémoire garde-t-on de cette genèse ? Historiens, architectes, aménageurs, artistes et témoins contribuent au débat, autour de films et documents d’archives et d’expériences de terrain.

Journée de débats (dans le cadre de l’exposition Du bateau à la cité. L’enfermement à Marseille 18e-20e siècles) animée par Xavier Thomas, journaliste à Radio Grenouille, avec Ancrages, Approches Cultures et territoires Jean-Lucien Bonillo, architecte et historien ; Yvan Gastaud, historien ; Thierry Durousseau, architecte ; Nicolas Mémain, promeneur urbain ; Marc Quer, plasticien ; Mario Fabre, architecte ; la Compagnie des Pas perdus ; Nora Mekmouche, coordinatrice des éditions Cris Ecrits ; Alain Paul, aménageur ; Natacha Cyrulnik, artiste.

13 décembre 2011 13h30-19h30
ABD Gaston Defferre Marseille

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle)

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècles), Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2011, 396 p.

Présentation par l’éditeur : 

La maîtrise du golfe de Marseille a longtemps opposé patrons marseillais, pêcheurs espagnols et marins napolitains. Soumises à une exploitation trop intensive, certaines espèces ne sont plus que rarement observées lorsque s’achèvent les temps révolutionnaires. La certitude d’un appauvrissement inexorable des espaces marins gagne alors progressivement les populations littorales. Elle ne quittera plus le port jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La mémoire des richesses marines du passé est cependant préservée. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, savants et collectionneurs ont patiemment inventorié chacune des espèces peuplant le golfe, faisant de Marseille l’un des berceaux de l’histoire de l’océanologie.

Avec une préface de Régis Bertrand.

En coédition avec les Presses universitaires de Provence.

 

Daniel Faget est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Provence (Aix-Marseille) et membre du laboratoire Telemme (UMR 6570) à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Ses travaux sont consacrés à l’histoire environnementale du milieu marin méditerranéen (XVIIIe-XXe s).

 

Le sommaire, l’introduction, et le 4e de couverture sont à consulter ici

Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

 

Marseille est-elle vraiment une cité violente ? Issu d’une thèse de doctorat et paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Histoire », l’ouvrage de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) nous propose de réfléchir sur les violences interpersonnelles qui se déployaient à Marseille au XIXe siècle. Continuer la lecture de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)