La conférence de Philippe Artières, « Les chaînes du port », sur radio Grenouille le 29 octobre à 10h

 

La conférence donnée par Philippe Artières le 20 octobre 2011 aux Archives départementales 13 Centre Gaston Defferre, dans le cadre de l’exposition « Du bateau à la cité, l’enfermement à Marseille (18e-20e siècles), et intitulée « Les chaînes du port« , est à écouter sur Radio Grenouille le samedi 29 octobre à 10 heures.

 

Toutes les informations ici

 

Juliette Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle

 

Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Préface d’Henri Bresc, Edition du Cerf, Nouvelle Galia Judaïca, Paris, 2011, 585 p.

Présentation par l’éditeur :

La forte minorité juive de la ville de Marseille au XIVe siècle, grand port de commerce et de guerre de la Provence angevine, est représentée dans les sources latines par une frange élargie de notables. Les élites juives urbaines marseillaises, seules tangibles dans la documentation, se composaient de dizaines de familles. Parmi elles, quelques figures émergent, tel le célèbre Bondavin de Draguignan, mort en 1361, ou encore Salomon de Bédarrides et son beau-frère Cregut Profach pour la seconde partie du siècle.

Le rayonnement intellectuel de la communauté juive marseillaise ne fait aucun doute. Des dizaines de médecins en étaient issus, ainsi que des talmudistes de renom, à l’instar d’Aaron de Camera, puis de Bonjuson Bondavin, familier de la reine Marie et du roi Martin Ier d’Aragon à la fin du siècle. Ces élites, qui investissaient dans le crédit, l’entreprise artisanale et commerciale — celle du corail en particulier —, ainsi que dans la terre et dans la pierre, cultivaient des liens avec leurs coreligionnaires de « Proventsa » et de Méditerranée occidentale — Catalogne, Baléares et Sardaigne. Leur commerce s’étendait jusqu’au Levant, voire au-delà : les chapelets de corail marseillais étaient prisés jusqu’en Chine et en Inde.

Ce livre, fruit de la thèse de doctorat de l’auteur, analyse les modalités de la pérennité de la communauté juive de Marseille, dont les élites se signalent, même après la Peste noire de 1348, par une grande confiance dans leur présent et leur avenir. Certes, affleurent quelques manifestations d’hostilité, symptomatiques de la conception négative du judaïsme en Occident chrétien. Mais, en dépit de leur infériorité juridique justifiée par leur condition d’infidèles, les citoyens juifs de Marseille faisaient partie intégrante de la « civitas ».

Qui plus est, les notables juifs trouvèrent dans le prêt à intérêt une technique de contact avec le patriciat urbain chrétien. L’« amicitia », l’accumulation patrimoniale, le choix du nom et de sa transmission sont autant de signes de l’élitisme d’une part, et du mimétisme avec la noblesse urbaine chrétienne d’autre part. Les efforts des rabbins pour maintenir le mur du rite entre juifs et chrétiens révèlent le comportement des élites juives suffisamment sûres d’elles-mêmes pour ne pas craindre le rapprochement avec la société majoritaire et pour trouver le salut, non dans le repli sur soi, mais dans les échanges et la mobilité.

 

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, diplômée de l’université de Paris-X. Maître de conférences d’histoire médiévale à l’université d’Albi depuis 2007 et chercheur associé de la « Nouvelle Gallia Judaica », elle poursuit ses recherches sur les relations entre les communautés juives de Méditerranée occidentale — Provence, Catalogne, Baléares, Sardaigne — à partir des sources latines et hébraïques du XIVe siècle.

 

 

« Du bidonville à la cité » – JE du 9 décembre 2011


Présentation par les organisateurs :

La transformation des modes d’habitation figure parmi les plus grands bouleversements du second XXe siècle. Concerné au premier chef par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, et aussi par les rapatriements et apports massifs de main d’oeuvre immigrée, le département des Bouches-du-Rhône voit se multiplier les bidonvilles et les HLM. Il faut loger vite et beaucoup. Comment les logements insalubres et l’habitat collectif ont-ils émergé ? Quels choix architecturaux ont été faits et pourquoi ? Quelle mémoire garde-t-on de cette genèse ? Historiens, architectes, aménageurs, artistes et témoins contribuent au débat, autour de films et documents d’archives et d’expériences de terrain.

Journée de débats (dans le cadre de l’exposition Du bateau à la cité. L’enfermement à Marseille 18e-20e siècles) animée par Xavier Thomas, journaliste à Radio Grenouille, avec Ancrages, Approches Cultures et territoires Jean-Lucien Bonillo, architecte et historien ; Yvan Gastaud, historien ; Thierry Durousseau, architecte ; Nicolas Mémain, promeneur urbain ; Marc Quer, plasticien ; Mario Fabre, architecte ; la Compagnie des Pas perdus ; Nora Mekmouche, coordinatrice des éditions Cris Ecrits ; Alain Paul, aménageur ; Natacha Cyrulnik, artiste.

13 décembre 2011 13h30-19h30
ABD Gaston Defferre Marseille

Le mythe de Marseille. Autour de l’exposition « Du bateau à la cité, L’enfermement à Marseille (18e-20e siècles) » – Jeudi 20 et vendredi 21 octobre

Deux journées de conférences et débats, sur un thème qui est au centre de nos interrogations pour notre séminaire de cette année.

A ne pas manquer !

 

Présentation par les organisateurs :

De Jean-Claude Izzo à Walter Benjamin, de Michel Foucault au Còr de la Plana, du Corbusier à Marcel Pagnol, trois jours et une myriade de regards insolites sur la ville : Marseille vue par des artistes ou des chercheurs ; Marseille vue depuis l’Allemagne, la Russie ou la mer et dont les ombres se révèlent …

 

> Les chaînes du port 

A rebours de l’image de Marseille ville ouverte, Philippe Artières, étranger à la ville et à son histoire fouille sans a priori dans ses anfractuosités; comme un voyageur venu de la mer, il nous fait regarder autrement monuments et paysages familiers, liés au tissu très dense des dispositifs sanitaires et administratifs d’une ville portuaire, depuis le lazaret, rencontré sur l’île jusqu’à la cité sur les hauteurs de la ville.
Conférence de Philippe Artières, historien, philosophe et commissaire de l’exposition Du bateau à la cité.

> Jeudi 20 octobre à 18h30. 

Auditorium, entrée libre dans la limite des places disponibles.
Précédée d’une visite commentée de l’exposition à 17h30.

 

> Marseille au XXe siècle : relectures d’un mythe 
Comment la relecture du mythe de Marseille par Emile Zola, Anna Seghers, Jean-Claude Izzo, Renoir, Wendhausen, Moholy-Nagy ou Le Corbusier lui permet-elle de réinvestir son statut de ville mythique ? Pourquoi continue-t-on à y voir une cité solaire autant qu’apocalyptique, à la fois porte de l’Orient et piège existentiel, ville de résistance et d’expression de tous les extrêmes ?
Journée d’étude en partenariat avec l’Université de Provence (département d’études germaniques) ; avec Thomas KellerFlorence BancaudVéronique Dallet-Mann,Marion PickerDavid Weber, germanistes ; Laurence Americi, historienne ; Marc Bouiron, archéologue ; Irina Kor Chahine, linguiste, études slaves ; Boris Grésillon, géographe ; Daniel Winkler, romaniste ; Gesa Matthies, documentariste ; André Dimanche, éditeur ; Corinne Vezzoni, architecte ; BauhausLab ; Angela Schanelec, cinéaste

> Vendredi 21 octobre de 9h30 à 18h30.
Suivie d’une visite commentée de l’exposition à 17h30.
Sur inscription au 04 13 31 82 00 

 

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle)

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècles), Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2011, 396 p.

Présentation par l’éditeur : 

La maîtrise du golfe de Marseille a longtemps opposé patrons marseillais, pêcheurs espagnols et marins napolitains. Soumises à une exploitation trop intensive, certaines espèces ne sont plus que rarement observées lorsque s’achèvent les temps révolutionnaires. La certitude d’un appauvrissement inexorable des espaces marins gagne alors progressivement les populations littorales. Elle ne quittera plus le port jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La mémoire des richesses marines du passé est cependant préservée. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, savants et collectionneurs ont patiemment inventorié chacune des espèces peuplant le golfe, faisant de Marseille l’un des berceaux de l’histoire de l’océanologie.

Avec une préface de Régis Bertrand.

En coédition avec les Presses universitaires de Provence.

 

Daniel Faget est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Provence (Aix-Marseille) et membre du laboratoire Telemme (UMR 6570) à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Ses travaux sont consacrés à l’histoire environnementale du milieu marin méditerranéen (XVIIIe-XXe s).

 

Le sommaire, l’introduction, et le 4e de couverture sont à consulter ici

« Ethnologie sonore de 5 ports européens : l’appel du port »

Présentation par le diffuseur :
Recherche exploratoire sur les caractéristiques acoustiques, la dimension et l’identité sonores de cinq grands ports européens – Anvers, Brest, Barcelone, Gênes, Marseille – à travers l’observation ethnographique et l’analyse des représentations que s’en font ses usagers et ses riverains.
Il comporte deux parties complémentaires :
La première est un fichier de 50 « cartes d’identité sonore », petites monographies ethnographiques correspondant aux terrains et situations sonores qui ont été spécialement étudiés dans chaque ville avec plusieurs types d’outils ; une place importante y est donnée à l’expression habitante.
La seconde est constituée par un ensemble de constats et de propositions sur les thèmes suivants :
– les caractéristiques acoustiques générales des grands ports européens ;
– les résultats de l’analyse ethnographique pluridisciplinaire ;
– l’identité sonore du port.
Cet ouvrage est accompagné par un disque compact qui réunit les 50 fragments étudiés de façon détaillée et mis en « cartes d’identité sonore ». Dans l’idéal, la lecture du rapport et l’audition des fragments doivent alterner, pour qu’elles puissent s’illustrer mutuellement.

Carnet Hypothèses « surunsonrap »

Karim Hamou, docteur en sociologie, membre correspondant du Centre Norbert Élias (Marseille) et ingénieur d’étude au Centre pour l’édition électronique ouverte, est le créateur d’un carnet « Hypothèses » consacré au genre musical rap en France et les usages de ce genre. L’objet de ce carnet de recherche est de prolonger son travail de thèse achevé en octobre 2009.

Cet axe de recherche extrêmement original, étudié avec beaucoup de pertinence par Karim Hamou, offre souvent des analyses consacrées à la ville et à la scène marseillaise. S’il ne s’agit pas d’études proprement historiques, elles apportent néanmoins un éclairage extrêmement intéressant, avec une véritable optique pluridisciplinaire.

A découvrir et à lire, particulièrement ce billet consacré aux liens entre le rap et le contexte urbain, avec une attention toute particulière à l’exemple marseillais : Des raps et des villes

Le carnet surunsonrap

Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

 

Marseille est-elle vraiment une cité violente ? Issu d’une thèse de doctorat et paru en 2009 aux Presses universitaires de Rennes dans la collection « Histoire », l’ouvrage de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914) nous propose de réfléchir sur les violences interpersonnelles qui se déployaient à Marseille au XIXe siècle. Continuer la lecture de Céline Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)

M. Bouiron, F. Paone, B. Sillano, C. Castrucci et N. Scherrer (dir.), Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne.

 

Au mois de juillet 2011 vient de paraître un ouvrage attendu de la communauté des chercheurs travaillant sur l’histoire de Marseille : Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Ed. Errance, BiAMA 7, Etudes massaliètes 10, Centre Camille Jullian, 2011, 463 p. Continuer la lecture de M. Bouiron, F. Paone, B. Sillano, C. Castrucci et N. Scherrer (dir.), Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne.

Bibliographie

Un des objectifs de ce carnet est d’enrichir notre connaissance bibliographique sur l’histoire de Marseille, de l’époque médiévale à nos jours.

Les différents auteurs de ce carnet procèderont à des mises à jour de cette bibliographie. Nous vous invitons donc à consulter régulièrement la page concernée.

La bibliographie est à consulter dans le menu situé dans la barre d’en-tête.

« Du bateau à la cité. L’enfermement à Marseille 18e-20e siècles ». Une exposition aux Archives départementales 13

 

Présentation par l’organisateur :

A l’image de la chaîne qui barrait le port de Marseille, empêchant les bateaux d’entrer comme de sortir, il est un ensemble de chaînes qui construisent et organisent la vie d’une cité portuaire, qui la protègent autant qu’elles la privent. Des chaînes qui enferment, retiennent, stockent, immobilisent…

De la mer à la cité HLM, Marseille revisitée par ses archives

Les Archives départementales des Bouches-du-Rhône proposent une réflexion originale et atypique sur l’enfermement à Marseille au cours des siècles, l’enfermement désignant ici un ensemble de pratiques relevant d’un contrôle sur la circulation des produits et des populations et prenant la forme d’un tissu très dense de dispositifs sanitaires et administratifs.

Cette exposition propose un nouveau point de vue sur la ville, loin de l’image classique de porte ouverte sur la Méditerranée et l’Orient. Du Lazaret au quartier réservé, de la forteresse au cabanon et jusqu’à la Cité radieuse, la description de ces espaces est menée à partir des archives, celles extraordinaires de la navigation et de son contrôle, du pouvoir qui prescrit, ordonne, interdit mais aussi invente, produit, imagine.

La création d’un historien et d’un artiste

L’exposition distingue cinq espaces (la mer, l’île, le rivage, la ville, la cité). Le parcours conduit de la galère royale aux barres de la cité Kallisté, à travers une scénographie originale de :
Ludovic Burel, inspirée de l’art minimal et post-minimal des années 1960-70.
Philippe Artières, historien, philosophe, a notamment analysé les dispositifs de mise en écriture des individus mais aussi les modes de résistance à ces injonctions.

 

Du 17 septembre 2011 au 21 janvier 2012

ABD Gaston-Defferre
18-20 rue Mirès 13003 Marseille
Entrée libre
du lundi au samedi 10h-18h

Présentation du séminaire

 

Séminaire doctoral d’histoire de Marseille 

(du Moyen Âge à l’époque contemporaine). 

2011-2012 

 

Ce séminaire doctoral a pour ambition de créer une dynamique entre les chercheurs ayant pour objet d’études la ville de Marseille. Combinant pour chaque séance des communications de doctorants et de chercheurs confirmés, il vise à favoriser l’échange et la formation, et à proposer des approches nouvelles dans la manière de faire l’histoire de cette cité. Les objectifs de ces cinq rencontres sont multiples. D’abord, proposer un bilan des profonds renouvellements de ces 15 dernières années dans la connaissance de l’histoire de Marseille et des approches que l’on peut avoir face à celle-ci. Ensuite, un des souhaits de ces sessions est d’engager tout au long de cette année une réflexion sur les images véhiculées lorsque l’on évoque cette ville, et qui caractérisent encore souvent nos travaux. En effet, à la lecture d’un grand nombre d’écrits consacrés à l’histoire de Marseille, se dégage un parti pris qui lui confère un caractère « unique » et « exceptionnel », sur lequel il est essentiel de réfléchir. Sans nier l’existence d’une spécificité propre à chaque ville, nous ne visons pas ici à caractériser une quelconque identité marseillaise. Au contraire, c’est bien le décloisonnement de ce terrain qui est recherché, afin de pouvoir convenir de ce qui relève d’éventuelles spécificités locales et de tendances propres à une époque toute entière. Finalement, ce séminaire se propose de revenir à des questions premières : qu’est-ce que l’objet «Marseille» pour la communauté de chercheurs que nous sommes (enseignants, doctorants, étudiants, archivistes, etc.) ? Comment le penser, l’aborder et le traiter ? À partir de quelles sources, et selon quelles méthodes ?

Fleur Beauvieux, doctorante UMR 8562 Centre Nobert Elias, EHESS

Julien Puget, doctorant UMR 6570 TELEMME, Université de Provence

 

 

 

 

Séance 1. Séance introductive : Bilans historiographiques sur l’histoire de Marseille aux époques médiévale et moderne. 

15 décembre 2011. 14h-17h, Salle Duby, MMSH 

L’historiographie marseillaise bénéficie depuis une quinzaine d’années d’un fort renouvellement, notamment pour les périodes médiévale et moderne. De nouvelles problématiques émergent, en accord avec l’évolution générale de l’historiographie en France, de même que des dossiers « spécifiquement » marseillais sont réouverts. Ce renouveau bénéficie de l’apport de plus en plus important des autres sciences sociales, et particulièrement du dialogue fécond qui se noue entre histoire et archéologie. Sur le mode d’une « leçon », cette première séance de notre séminaire vise à faire le point sur les dernières tendances de la recherche et leur application au terrain marseillais.

Thierry Pécout (Maître de conférences – Histoire médiévale – TELEMME – IUF)

Régis Bertrand (Professeur émérite – Histoire moderne – TELEMME)

 

Séance 2. La mise en fiche de la justice : une exploration des sources judiciaires. 

19 janvier 2012. Après-midi, EHESS Marseille, Vieille Charité 

Les archives judiciaires, notamment celles composées par les procédures des différents tribunaux, sont depuis les années 1960 largement utilisées par les historiens. La richesse des informations qu’elles livrent, tant sur la déviance et la criminalité que sur la vie ordinaire des populations, en font une source aujourd’hui incontournable. Les problèmes inhérents à leur traitement étant largement discutés (objectivité de la source, vision biaisée de la réalité sociale, production administrative du pouvoir et non parole directe des populations, etc.), ce qui nous intéresse particulièrement dans cette seconde séance de notre séminaire est de questionner la manière dont il est possible de produire des bases de données à partir de ce type d’archive, et comment ensuite les utiliser dans un travail historique. Nous interrogerons ainsi le côté “technique” du traitement des sources, en portant une attention particulière à l’articulation entre approche qualitative et quantitative de ce type de document, ainsi qu’aux variations des échelles d’observation dans leur analyse.

Christophe Regina (Doctorant – Histoire moderne – TELEMME)

Céline Regnard (Maître de conférences – Histoire contemporaine – TELEMME)

 

Séance 3. Transformer la ville : réception et perception du changement urbain par les populations. 

15 mars 2012. 14h-17h, Salle 101, MMSH 

L’histoire urbaine en France est aujourd’hui un champ historiographique traditionnel et bien ancré, au même titre que l’histoire politique, économique, ou sociale. Il existe une extraordinaire diversité dans les approches du fait urbain, au risque parfois de provoquer l’éclatement de ce champ. Malgré le foisonnement des études urbaines en histoire, il reste des approches encore inexplorées et inexploitées. Peu de travaux se sont en effet intéressés aux modalités de la croissance et des transformations urbaines. Plus rares encore sont ceux qui ont étudié le sens que pouvait recouvrir ces processus chez ceux qui les ont vécu.
Cette séance de notre séminaire se propose donc de réfléchir sur le sens (des processus de) transformations de la ville − que ces processus soient le fait d’opérations d’urbanisme programmées ou simplement du lotissement «ordinaire» et «continu» de la ville − et sur la manière dont ils ont pu être reçu et perçu par les contemporains.

Colette Castrucci (Docteur en histoire – INRAP)

Jean-Stéphane Borja ( Doctorant – UMR 6127 LAMES – sociologie) (à confirmer)

 

Séance 4. Le port, la ville, et les gens de mer : une histoire de « l’identité » portuaire est-elle possible ?

20 avril 2012. 14h-17h. EHESS Marseille, Vieille Charité 

Il apparaît impossible aujourd’hui, lorsque l’on évoque la ville de Marseille, d’omettre de parler de son port. Cet élément du dispositif urbain, à l’origine de la fondation et du développement continu de la cité, est pourtant peu pensé en lui-même, comme objet propre détaché de sa fonction, au sein de la communauté de chercheurs ayant choisi Marseille comme objet d’études. L’objectif de cette séance est donc de s’interroger sur la dimension portuaire de la ville. La question qui nous préoccupe est celle de savoir comment le port peut jouer un rôle dans l’émergence et l’affirmation d’une identité citadine, comment les gens de mers s’insèrent au sein de la population, et comment ces derniers sont-ils perçus par le reste des habitants ? D’un point de vue méthodologique, nous nous interrogeons sur la manière d’aborder cet élément du dispositif urbain sans prendre nécessairement en compte sa fonction. Mais aussi sur les sources permettant de nous éclairer sur ce lieu, autres que celles produites spécifiquement par des institutions liées aux activités maritimes. Cette séance souhaite donc produire une réflexion sur le port et les gens de mers dans une perspective d’histoire des sensibilités, et non plus exclusivement dans une approche économique du port.

Gilbert Buti (Professeur – Histoire moderne – TELEMME) : discutant

Christopher Denis-Delacour (Doctorant – Histoire moderne – TELEMME)

Thierry Allain (Maître de conférences – Histoire moderne – EA 4424 C.R.I.S.E.S)

 

Séance 5. Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques. 

24 mai 2012. 14h-18h, Salle Duby, MMSH 

L’image « cosmopolite » de Marseille n’est pas neuve, de même que sa réputation de cité violente : la ville accueille depuis le Moyen Âge des populations aux origines et aux conditions sociales très variées, allant des marchands de l’époque moderne aux ouvriers des XIXe et XXe siècles, etc. Face à elles, les politiques municipales ont adopté différents types de mesure, allant de la répression à l’accueil, dans le but de faire coexister, ou du moins réglementer en partie la vie de ces différents groupes. C’est cette question de la gestion et de l’attitude des pouvoirs publics municipaux face à ces populations particulières que nous souhaitons interroger lors de la dernière séance de notre séminaire. Quels diagnostics la municipalité produit-elle face à de telles problématiques ? Quelles solutions sont apportées ? Perçoit-on une spécificité marseillaise en la matière ? Telles sont les questions que nous souhaitons aborder lors de notre dernière rencontre de l’année.

François Otchakovsky-Laurens (Doctorant, TELEMME, Histoire médiévale)

Jean-Baptiste Xambo (Doctorant – UMR 8562 – CNE – Histoire moderne)

Laurence Americi (Maître de conférences – Histoire contemporaine – TELEMME)