Archives de catégorie : Parutions

Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

couv_quartportmarseilleC’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la parution du livre de Colette Castrucci. Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat, propose une reconstitution du quartier de Marseille dénommé Corps de Ville à partir du XVIe siècle, situé autour de l’hôtel de ville, le long du quai du port, qui constitua le centre de la ville du Moyen Âge au XVIIIe siècle,  mais fut presque entièrement détruit en 1943.  Continuer la lecture de Le quartier du port de Marseille (1500-1790) : une réalité urbaine restituée

Sociologie de Marseille, de Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson

Sociologie de Marseille Présentation de l’éditeur :

Marseille a connu, depuis les années 1960, une transformation économique et sociale fondamentale lorsque son port au rayonnement mondial s’est mué en centre administratif et provincial, déserté par les bourgeoisies commerçantes, laissant de côté les classes populaires. De ce moment perdurent des légendes encore vivaces. Continuer la lecture de Sociologie de Marseille, de Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson

Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

desordre_europeenÀ la fin du mois de février 2014 est paru un ouvrage à même de mieux éclairer la place de la Provence – et de Marseille – au sein de la compétition internationale qui se joue à l’époque moderne en Méditerranée.
Il est tiré de la thèse que vient de soutenir Fabrice Micallef à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, sous la direction du professeur Wolfgang Kaiser.

Continuer la lecture de Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

Histoire d’une ville : Marseille

couverture8-224x300Présentation par l’éditeur : En dix chapitres, cet ouvrage propose une synthèse actualisée des connaissances sur la plus ancienne ville de France, dans ses différentes composantes (urbaine, politique, économique, sociale et culturelle). L’histoire de Marseille est ainsi balayée de la préhistoire à nos jours, par une dizaine d’universitaires spécialistes de la question. Continuer la lecture de Histoire d’une ville : Marseille

Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

 

Présentation par l’éditeur :

Pour la première fois, une histoire comparée est appliquée à la cartographie urbaine. Continuer la lecture de Guenièvre Fournier-Antonini, Barcelone, Gênes et Marseille. Cartographies et images, XVIe-XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 2012

Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

Résumé :
Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestion normative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du « vivre-ensemble ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, PUP, « Penser le genre », 2012.

A paraître : « Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) »

Présentation par l’éditeur :

Alors que les femmes ont toujours constitué une part importante des flux d’immigration en France, la dimension sexuée du phénomène a été très peu étudiée par les historiens. L’entre-deux-guerres, période exceptionnelle d’immigration, méritait qu’on s’y intéresse. Comment représente-t-on les hommes et les femmes immigrants ? L’immigration des femmes est-elle envisagée différemment de celle des hommes ? La France a-t-elle besoin d’une immigration féminine ? Le genre de l’étranger joue-t-il sur son droit au séjour et au travail ? L’accès à la nationalité française est-il équivalent pour les hommes et les femmes étrangers ?
Par l’étude de milliers de dossiers et de sources diverses et originales, l’auteure, qui travaille avec bonheur les jeux d’échelles – du national au local à travers l’exemple marseillais –, analyse avec finesse des représentations, des politiques, des parcours et des pratiques administratives. Remarquable contribution au savoir sur les migrations dans une perspective genrée, ce livre démontre plus largement qu’une analyse intégrant le genre est incontournable pour mieux comprendre la construction des États-nations et des citoyennetés.

Ouvrage de Linda Guerry, à paraître en mai 2012, ENS Editions

 

Ville sauvage : Marseille – Essai d’écologie urbaine

Présentation par l’éditeur :

Constitué d’un essai et d’un portfolio, ce livre propose une initiation à l’écologie      urbaine, à travers une découverte du territoire de Marseille comme le laboratoire d’une mutation culturelle en cours : la découverte que l’espace urbain – tout comme nous – fait pleinement partie de la nature. En écho à cet « essai narratif » de Baptiste Lanaspeze, le portfolio de photographies de paysages urbains de Geoffroy Mathieu propose, entre documentaire et rêverie, un état des lieux poétique du territoire de Marseille et des environs.

Auteurs : Baptiste Lanaspeze & Geoffroy Mathieu

« Le ventre de Marseille : commerçants de Noailles »

Présentation par l’éditeur :

La rue d’Aubagne, qui mène de Canebière à la Plaine, est une rue mythique de Marseille, emblématique du quartier Noailles dont l’un des noms a longtemps été « Le Ventre du Monde ».
Marché a ciel ouvert, typique d’une cité méditerranéenne, Noailles est aussi un creuset où se rencontrent des cultures du monde entier. Ce quartier est en effet depuis plusieurs centaines d’années un des grands centres commerçants de Marseille. Situé à proximité du port et au cœur de la cité, il est devenu avec le développement du commerce maritime et de la ville, un haut lieu d’accueil de marins, d’immigrants et de commerçants, de vente de poissons, de viande et d’épices.
Parmi les plus anciennes enseignes, il y a celle de l’herboriste le Père Blaize, fraîchement arrivé des Alpes, et celle du quincailler Louis Empereur, qui s’y sont installé au début du XIXe siècle. Noailles était alors connu pour ses halles, où l’on venait de toute la région pour vendre, acheter, ou trouver du travail. Depuis deux siècles au moins la rue d’Aubagne est au cœur d’un quartier animé, vivant : une
foule y déambule en permanence, les vendeurs y interpellent les passants, ça sent la denrée fraîche puis passée, le poisson tout juste péché, la viande à peine dépecée, et leurs déchets qui s’amoncellent, arêtes, morceaux de barbaque, légumes abîmés, qui attisent l’odorat, les insectes ou les animaux errants.
Cet ouvrage, composé de témoignages de commerçants et d’images prises sur le vif, se veut une photographie, un instantané : la rue d’Aubagne en 2012.
Auteurs : Marie d’Hombres & Blandine Scherer

Les Grecs à Marseille : minorité ethnique ou nation en diaspora ?

Présentation par l’éditeur :
L’enquête sociodémographique sur la population grecque de Marseille amène à penser le groupe phocéen sous l’angle d’une conscience nationale hellénique sans centre émetteur et portée par la Communauté, qui n’est pas rattachée à une mère patrie mais connectée au réseau des Communautés historiques de l’hellénisme : l’entité marseillaise s’identifie à la nation panhellénique, s’appuie sur son réseau d’héritages mémoriels et contribue à les co-construire et les ré-élaborer.
Michel Calapodis, docteur en Etudes néo-helléniques de l’université Paul Valéry – Montpellier III, est enseignant-chercheur et conférencier.

C. Moirenc, C. Bové, P. Urbain , « Marseille la métropole »

 

Présentation par l’éditeur :

Une équipe de passionnés vous entrainent dans les airs pour découvrir le territoire de la Métropole, du Cap Couronne au Bec de l’Aigle.

Vue du ciel, la trame urbaine s’étend au-delà des collines et des massifs, toujours pour rejoindre la mer.

Le photographe, Camille Moirenc, avec la complicité du pilote d’hélicoptère Jacques Ripert, nous offre des images surprenantes, grandioses et d’une qualité tout à fait remarquable.

L’éditrice, Jeanne Laffitte, a choisi le symbole de l’infini pour le plan de cet ouvrage, non pas pour vous faire tourner la tête mais pour affirmer que la Métropole n’a pas de limite, tant en nombre d’habitants qu’en surface.

Tel un piéton volant, vous arriverez par le large vers le Centre Ville pour une grande virée au Sud jusqu’à La Ciotat, vous reviendrez par le Garlaban et plongerez dans la plaine de l’Huveaune jusqu’à la gare Saint Charles. Vous repartirez vers les ports et déroulerez la Côte Bleue vers Marignane pour retrouver les villages des quartiers Nord vers le Centre et La Canebière.

Les urbanistes, Charles Bové et Pascal Urbain, livrent leur analyse sur le développement de la ville, de sa naissance à son futur. Ils ont composé les légendes des images une à une pour mieux apprécier leur contenu.

Enfin, le philosophe Pierre Sansot (disparu en 2005), spécialiste de la poétique des villes, sera votre guide pour comprendre et goûter cet espace exceptionnel.

 

C. MOIRENC, C. BOVÉ, P. URBAIN, Marseille la métropole, Jeanne Laffitte, Marseille, 2011

 

 

 

Juliette Sibon, Les Juifs de Marseille au XIVe siècle

 

Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Préface d’Henri Bresc, Edition du Cerf, Nouvelle Galia Judaïca, Paris, 2011, 585 p.

Présentation par l’éditeur :

La forte minorité juive de la ville de Marseille au XIVe siècle, grand port de commerce et de guerre de la Provence angevine, est représentée dans les sources latines par une frange élargie de notables. Les élites juives urbaines marseillaises, seules tangibles dans la documentation, se composaient de dizaines de familles. Parmi elles, quelques figures émergent, tel le célèbre Bondavin de Draguignan, mort en 1361, ou encore Salomon de Bédarrides et son beau-frère Cregut Profach pour la seconde partie du siècle.

Le rayonnement intellectuel de la communauté juive marseillaise ne fait aucun doute. Des dizaines de médecins en étaient issus, ainsi que des talmudistes de renom, à l’instar d’Aaron de Camera, puis de Bonjuson Bondavin, familier de la reine Marie et du roi Martin Ier d’Aragon à la fin du siècle. Ces élites, qui investissaient dans le crédit, l’entreprise artisanale et commerciale — celle du corail en particulier —, ainsi que dans la terre et dans la pierre, cultivaient des liens avec leurs coreligionnaires de « Proventsa » et de Méditerranée occidentale — Catalogne, Baléares et Sardaigne. Leur commerce s’étendait jusqu’au Levant, voire au-delà : les chapelets de corail marseillais étaient prisés jusqu’en Chine et en Inde.

Ce livre, fruit de la thèse de doctorat de l’auteur, analyse les modalités de la pérennité de la communauté juive de Marseille, dont les élites se signalent, même après la Peste noire de 1348, par une grande confiance dans leur présent et leur avenir. Certes, affleurent quelques manifestations d’hostilité, symptomatiques de la conception négative du judaïsme en Occident chrétien. Mais, en dépit de leur infériorité juridique justifiée par leur condition d’infidèles, les citoyens juifs de Marseille faisaient partie intégrante de la « civitas ».

Qui plus est, les notables juifs trouvèrent dans le prêt à intérêt une technique de contact avec le patriciat urbain chrétien. L’« amicitia », l’accumulation patrimoniale, le choix du nom et de sa transmission sont autant de signes de l’élitisme d’une part, et du mimétisme avec la noblesse urbaine chrétienne d’autre part. Les efforts des rabbins pour maintenir le mur du rite entre juifs et chrétiens révèlent le comportement des élites juives suffisamment sûres d’elles-mêmes pour ne pas craindre le rapprochement avec la société majoritaire et pour trouver le salut, non dans le repli sur soi, mais dans les échanges et la mobilité.

 

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, diplômée de l’université de Paris-X. Maître de conférences d’histoire médiévale à l’université d’Albi depuis 2007 et chercheur associé de la « Nouvelle Gallia Judaica », elle poursuit ses recherches sur les relations entre les communautés juives de Méditerranée occidentale — Provence, Catalogne, Baléares, Sardaigne — à partir des sources latines et hébraïques du XIVe siècle.

 

 

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècle)

Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (XVIIIe-XXe siècles), Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2011, 396 p.

Présentation par l’éditeur : 

La maîtrise du golfe de Marseille a longtemps opposé patrons marseillais, pêcheurs espagnols et marins napolitains. Soumises à une exploitation trop intensive, certaines espèces ne sont plus que rarement observées lorsque s’achèvent les temps révolutionnaires. La certitude d’un appauvrissement inexorable des espaces marins gagne alors progressivement les populations littorales. Elle ne quittera plus le port jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La mémoire des richesses marines du passé est cependant préservée. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, savants et collectionneurs ont patiemment inventorié chacune des espèces peuplant le golfe, faisant de Marseille l’un des berceaux de l’histoire de l’océanologie.

Avec une préface de Régis Bertrand.

En coédition avec les Presses universitaires de Provence.

 

Daniel Faget est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Provence (Aix-Marseille) et membre du laboratoire Telemme (UMR 6570) à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Ses travaux sont consacrés à l’histoire environnementale du milieu marin méditerranéen (XVIIIe-XXe s).

 

Le sommaire, l’introduction, et le 4e de couverture sont à consulter ici