Tous les articles par Fleur Beauvieux

Marcel Roncayolo, Le géographe dans sa ville : évènement au Musée d’histoire de Marseille

A l’occasion de la sortie du livre « Le géographe dans sa ville » de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda, aux éditions roncayolo-imageParenthèses, une série d’évènements est prévue autour de l’œuvre et la pensée du géographe, au Musée d’histoire de Marseille et dans d’autres lieux, du 10 septembre au 10 octobre 2016.

Journée d’ouverture à l’auditorium du musée le samedi 10 septembre de 14h à 18h.

 

L’ensemble du programme de la manifestation est disponible en cliquant sur ce lien :

http://musee-histoire-marseille-voie-historique.fr/sites/default/files/news/pdf/roncayolo-programme_sept_oct_2016.pdf

Exposition au Musée des Beaux-arts : Marseille XVIIIe. Les années de l’Académie 1753-1793

Présentatmarseille18eion par les organisateurs :

Pour la première fois le panorama artistique d’une période majeure de l’histoire de Marseille, le XVIIIe siècle, va être présenté au musée des Beaux-arts. Cent cinquante œuvres, peintures, sculptures et dessins, provenant des riches collections patrimoniales de la ville, musées, bibliothèque, archives, mais également des musées français et européens seront réunies pour retracer une histoire des arts dans une ville que le commerce a, de tout temps, ouvert aux influences extérieures.

Cette évocation débute pourtant par une tragédie, celle de l’épidémie de Peste dont les grandes toiles de Michel Serre, restaurées pour l’occasion, nous ont gardé l’exceptionnel souvenir. La ville saura se relever du désastre et au milieu du siècle, deux grands peintres, Dandré-Bardon et Joseph Vernet viendront redonner un nouveau souffle au milieu local.

En créant en 1753, l’académie de peinture et de sculpture de Marseille, Dandré-Bardon va faire de cette institution un extraordinaire vivier de jeunes artistes, y attirant également ceux qui sont en route vers l’Italie. Joseph Vernet, dont l’Europe entière s’arrache les marines, venant sur place peindre pour Louis XV le port de Marseille,  va susciter de nombreux émules comme Lacroix de Marseille, Volaire ou Henry d’Arles, et faire des marines un genre particulièrement prisé des collectionneurs marseillais.

Du baroque au néo-classicisme, Marseillais ou non, installés à demeure ou simplement de passage, artistes et amateurs d’arts, ont fait de Marseille un des importants foyers artistiques de la France du XVIIIe siècle.

 

Au musée des Beaux-arts de Marseille, du 17 juin au 16 octobre 2016

Sociologie de Marseille, de Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson

Sociologie de Marseille Présentation de l’éditeur :

Marseille a connu, depuis les années 1960, une transformation économique et sociale fondamentale lorsque son port au rayonnement mondial s’est mué en centre administratif et provincial, déserté par les bourgeoisies commerçantes, laissant de côté les classes populaires. De ce moment perdurent des légendes encore vivaces. Continuer la lecture de Sociologie de Marseille, de Michel Peraldi, Claire Duport et Michel Samson

Ouverture du Musée d’histoire de Marseille le 12 septembre 2013

Après de longs mois de travaux, le Musée d’histoire de Marseille ré-ouvrira ses portes le 12 septembre 2013.

Le musée retracera les 2600 ans d’histoire de Marseille sur 3500 m² d’exposition. Entièrement rénové, le musée est situé au cœur du Centre Bourse, en plein centre-ville, dans le 1er arrondissement de Marseille.

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, deux Journées Portes Ouvertes se dérouleront le 14 et 15 septembre 2013.

Adresse : Square Belsunce, 13001 Marseille.

http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-dhistoire-de-marseille

Horaires : du mardi au dimanche de 10h à 18h, fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 et 26 décembre.

Les mondes du spectacle à Marseille en 1925

Cette page recense les travaux d’étudiants de M1 au cours de l’année universitaire 2011-2012, portant sur les formes spectaculaires à Marseille en 1925.

-Matías Sánchez Barberán, « L’opéra municipal de Marseille 1925 » : Sanchez Barberan-Opéra municipal Marseille 1925

-Vincent Fiole et Marianne Goldin, « Le Jazz à Marseille pendant la période 1925 » : Fiole-Goldin-Jazz à Marseille 1925

-Daphné Lorin, « Genres dans les journaux en 1925 » : Lorin-Genre journaux 1925

-Henning Schmidt-Von Hagen, « Le spectacle de football à Marseille en 1925 » : Schmidt-von Hagen-spectacle de foot 1925

 

Les mondes du spectacle à Marseille en 1900

Cette page recense les travaux d’étudiants de M1 au cours de l’année universitaire 2010-2011, portant sur les formes spectaculaires à Marseille en 1900.

-Sophie Bassi, « Les réactions violentes du public dans les salles de spectacle » : Bassi-Violence public des spectacles

-Léa Birckel, « Le spectacle comme véhiculation du patriotisme, à Marseille en 1900 » : Birckel-patriotisme 1900

-Giorgio Cassone, « Louis Foucaurd, un marseillais de Marseille » : Cassone – Foucard

-Juliette Lapize, « La rthorique de la critique de spectacle en 1900 » : Lapize-rhétorique critique

-Andrea Tusa, « Les luttes au Palais de Cristal de Marseille : un spectacle extraordinaire et exceptionnel. Entre sport « subversif », altérité corporelle et sémiologies conflictuelles » : Tusa-Luttes du Palais de Cristal

Présentation

logo

Au cours de deux années, dans le cadre du séminaire « Initiation à la recherche en histoire moderne et contemporaine » de Jean Boutier, les étudiants de première année du Master « Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie » ont réalisé une enquête collective. Avec la collaboration de Jean-Baptiste Xambo, ils ont travaillé sur les formes spectaculaires à Marseille en 1900, puis en 1925.

Les sources et la bibliographie générale qui ont été utilisées sont disponibles ici :

Documents d’archives

Bibliographie

Marseille vu par 100 photographes du monde

parkseunghoon-1365709484-26817Présentation par l’organisateur :

Une exposition événementielle, présentée par la Bibliothèque départementale, dans l’ensemble du site des ABD Gaston-Defferre, qui joue sur les ruptures et confrontations des différentes esthétiques et évoque par sa mise en scène la dimension urbaine du sujet. Continuer la lecture de Marseille vu par 100 photographes du monde

Marseille/Baltimore : deux villes portuaires sous le feu de séries télévisées, 31 mai 2013

MarseilleBaltimorePrésentation par les organisateurs : Sur les rives de l’Atlantique et de la méditerranée Baltimore et Marseille présentent des traits similaires en raison de leurs  histoires de grandes villes portuaires nourries d’échanges inter-continentaux, mais aussi de trafics et de réseaux criminels… Continuer la lecture de Marseille/Baltimore : deux villes portuaires sous le feu de séries télévisées, 31 mai 2013

Histoire d’une ville : Marseille

couverture8-224x300Présentation par l’éditeur : En dix chapitres, cet ouvrage propose une synthèse actualisée des connaissances sur la plus ancienne ville de France, dans ses différentes composantes (urbaine, politique, économique, sociale et culturelle). L’histoire de Marseille est ainsi balayée de la préhistoire à nos jours, par une dizaine d’universitaires spécialistes de la question. Continuer la lecture de Histoire d’une ville : Marseille

A venir : « Marseille Plossu », exposition photographique à la Vieille Charité

Du 13 octobre au 16 décembre prochain, se tiendra à la Vieille Charité l’exposition « Marseille Plossu ». Elle sera composée de plus de 230 clichés inédits en noir et blanc du photographe Bernard Plossu, réalisés dans la cité entre 1991 et 2011, et fera écho à une autre exposition ayant lieu au musée Granet d’Aix-en-Provence.

 

Exposition du 13 octobre au 16 décembre 2012

Horaires : 10h-18h tous les jours (sauf lundi), nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

Visites commentées les samedi et dimanche à 15h.

Autour de l’exposition : Conférence de Bernard Plossu jeudi 13 décembre à 18h, salle du Miroir (Vieille Charité); Exposition de grands formats de Bernard Plossu en gare Saint-Charles dans la salle Arthur Rimbaud, sur le thème du train et du voyage.

Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille – 04 91 14 58 80.

Plus d’informations sur le site de la ville de Marseille :

http://www.marseille.fr/siteculture/jsp/site/Portal.jsp?document_id=14885&portlet_id=4

Résumé : Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques

La cinquième et dernière séance du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille, version 2011-2012, avait pour thème « Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques ». Continuer la lecture de Résumé : Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques

Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

Résumé :
Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestion normative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du « vivre-ensemble ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, PUP, « Penser le genre », 2012.

Présentation de projets de recherche sur les dynamiques marseillaises à l’IMéRA

Le jeudi 10 mai, deux résidents de l’IMéRA (l’artiste Peter Richards et le physicien Bruno Giorgini) travaillant sur les dynamiques marseillaises, présenteront leurs projets de recherche.

Présentation par l’organisateur :
9h30 : Présentation de son projet de recherche par Bruno Giorgini, physicien, chercheur (CIG Bologna University et Istituto Nazionale di Fisica Nucleare)

Complexcity From Venezia to Marseille

Aggregate of beings that hold their biological history into its borders and model it within all their intentions proper to thinking creatures, the city results at the same time by the biological generation, the organic evolution, and the aesthetics creativity. The city is contemporary a natural object and a subject of culture ». From these words of Claude Levi Strauss clearly emerges the complexity of every urban system. The scientific question is how we can study, understand and describe this complexity. The main idea is that observing and modelling the citizens mobility we can argue some features of the social urban dynamics, which is in principle unobservable. Choosing Venezia as case study we have defined a dynamics essentially based on a chronotopic network structure on which are moving the individuals’ modelled as intelligent « atoms » (automata). More precisely essentially we have two coupled dynamics, a physical one defined by quasi elastic collisions, and a cognitive one. Now we can ask if the Marseille complexity can be shaped with the same tools, methods and concepts, or if we need a different conceptual framework, a sort of second step in the complexity scale. Considering that in Marseille a strong urban dynamics is  between inclusion and exclusion, that we identify as a dynamics between ghettos and agoras, the beginning of our IMèRA investigation has been not the simple chronotopoi metric but the agoras, where we observe the internal dynamics and after Mariateresa Sartori trace the  individual trajectories, which become our observables. Moreover we choose the test particles of the system, i.e. some « intelligent » atoms considered by the observers significant in order to reveal the system properties. Finally we would understand if we can speak of agora network, and how we can build up it, and as we could model the inclusion- exclusion urban dynamics.

11h00 : Présentation de son projet de recherche par Peter Richards, artiste (Exploratorium de San Francisco).

Intersections : Land, Water & Culture 

Using a methodology entitled « Invisible Dynamics:  the Art and Science of a Sense of Place », developed at the Exploratorium in San Francisco, Sue Richards and I have been developing a concept and design for a public artwork to be located at Hopital Caroline on the Frioul Archipelago in Marseille Bay.   We are working with Ecole du Paysage Versailles, Naturoscope, Domaine du Rayol, Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles, Parc Maritime des Iles du Frioul, Ville du Marseille and Createurs du Lieu.  The intention of this work, in the form of a garden, will be to examine the relationship between human activity, land use, and the natural processes of restoration.   A second site, along the shoreline below Palais du Pharo, is also being investigated.  At the same time, we are working with IMéRA and Ville du Marseille in organizing the third annual workshop based on the theme of Invisible Dynamics.

Sur inscription : virginie.boulnois@imera.fr

Jeudi 10 mai 2012, de 9h30 à 12h30
Lieu : IMéRA (Maison des astronomes), 2 place Le Verrier, 13004 Marseille
Toutes les informations : www.imera.fr

Soutenance de thèse de Christophe Regina, 15 juin 2012

Christophe Regina soutiendra sa thèse intitulée Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) à la MMSH d’Aix-en-Provence le vendredi 15 juin 2012 à 14h30, salle Georges Duby.

Résumé :

Les femmes sont-elles violentes ? Simple question qui appelle a priori une réponse évidente mais qui dans les faits semble avoir quelques difficultés à retrouver une réponse. Vision biaisée, regards troublés, les lectures du rapport des femmes à la violence tendent à réduire, à minimiser ou à réfuter l’exercice quotidien d’une violence féminine renvoyée à l’exceptionnel et à l’anormalité. Les femmes seraient par définition moins violentes que les hommes. Mais quels sont les fondements de pareil postulat ? Afin d’y réfléchir ont été investies dans le cadre de cette thèse les archives du tribunal de la sénéchaussée de Marseille afin de questionner les formes, les occasions et les expériences de la violence ordinaire auxquelles les femmes étaient confrontées. Se défaisant de l’idée d’un phénomène jugé mineur et ponctuel, les sources exploitées ont permis d’appréhender l’ordinaire des violences marseillaises, resituant aux sexes la part respective qui leur revient en la matière et permettant de nuancer l’idée d’une faible participation féminine aux actes violents ainsi qu’une réflexion sur les formes et manifestations des violences. Les femmes tout à tour actrices et victimes de ces usages tiennent une place fondamentale au sein de la société des voisins qu’elles envahissent, modèlent et contrôlent en partie. La litigiosité féminine a constitué l’angle d’approche retenu pour considérer au travers du regard judiciaire et de ses imperfections, le quotidien ordinaire d’une ville importante d’Ancien Régime : Marseille. La violence est processeur d’une dynamique sociale à laquelle les femmes prennent activement part, qu’elles la subissent ou qu’elles l’exercent. Croisant les grilles d’analyses et les approches des sources, un travail sur les catégories populaires tout autant que sur les membres de l’élite a été rendu possible. Les violences féminines révélées et exacerbées par la Révolution Française notamment, temps catalyseur des mécontentements mais aussi des nouveautés, se donnent, à ce moment de l’Histoire, à voir, à lire et à entendre, mais sous couvert de l’extraordinaire, voire de l’hapax. Cette violence révélée par la Révolution Française n’est pourtant pas exceptionnelle, mais relève bien plutôt d’une réalité sociale de premier ordre, et pourtant loin d’être flagrante sous la plume des historiens. Cette réflexion sur la conflictualité féminine nous a conduit à envisager plus en avant sur cette réalité sociale.

Jury :

Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Co-directeur de thèse.

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur.

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH : Présidente du jury.

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire Triangle, ENS Lyon : Rapporteur.

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME : Directrice de thèse.

Mots clés : Histoire des femmes, histoire de la violence, histoire du droit d’Ancien Régime, sociabilité urbaine