Marseille et l’aventure orientale au XIIIe siècle

Dans cet article, Arnaud Camilleri-Guillebert, étudiant en Master 2 d’histoire médiévale à l’Université Toulouse 2 Le Mirail, propose de revenir sur les relations commerciales entretenues par le port de Marseille avec la méditerranée orientale. Sans avoir jamais atteint l’importance de Gênes, Barcelone ou Majorque, Marseille est un pôle important dans ces échanges commerciaux. Des communautés de marchands marseillais s’installent et fréquentent les grands ports du pourtour méditerranéen, permettant à la ville de s’insérer dans réseaux d’échanges et d’influences.

 

La mer. Il faut essayer de l’imaginer, de la voir avec le regard d’un homme

de jadis : comme une limite, une barrière étendue jusqu’à l’horizon,

comme une immensité obsédante, omniprésente, énigmatique et merveilleuse.

Á elle seule, elle était jadis un univers, une planète.

F. Braudel ((BRAUDEL Fernand (dir.), La Méditerranée, les hommes et héritage, Champs Flammarion, 1977, édition 2002.)).

 

 

Contextualisation

Marseille entretient très tôt des relations commerciales avec le monde musulman, principalement en Méditerranée occidentale. Sans avoir jamais atteint l’importance de Gênes, Barcelone ou Majorque, elle est un pôle important des échanges avec les pays méditerranéens. Des communautés de marchands marseillais s’installent et fréquentent les grands ports du pourtour méditerranéen. Là, ces hommes de Marseille permettent à la ville de s’insérer dans des réseaux d’échanges et d’influences.

Le choix chronologique de cette étude s’est porté sur la période des Croisades et de la présence latine en Syrie Palestine ce qui correspond pour Marseille à l’essor de ses activités commerciales en Méditerranée orientale. L’information existe grâce aux nombreux documents conservés aux fonds anciens des Archives municipales de la ville de Marseille, qui contient des traités de paix et un grand nombre de confirmations de privilèges accordés aux Marseillais dans les villes côtières du royaume latin de Jérusalem, mais aussi sur les côtes occidentales de la Méditerranée. Il est donc possible d’étudier les échanges entre Marseille et ces régions, l’acquisition de privilèges commerciaux ainsi que l’obtention de possessions marseillaises dans certaines cités portuaires où elle sera confrontée à d’autres communes. Cette documentation est complétée par des textes issus de cartulaires et dans une moindre mesure par des documents provenant de la Geniza du Caire qui évoquent les liens entre Marseille et les ports égyptiens. Au début du XIIe siècle lors des conquêtes franques sur le littoral palestinien, les cités ayant soutenu ces avancées militaires, furent récompensées par des privilèges portant sur des conditions favorables au commerce, mais également à la constitution de quartiers dans les villes des États latins d’Orient. Au cours de ce siècle, Marseille est devenu l’un des principaux ports provençaux à partir duquel les croisés s’embarquaient vers l’Orient.

Outre les avantages commerciaux, l’aventure orientale pour Marseille joue le rôle de laboratoire politique. Les hommes d’affaires de la cité phocéenne se faisaient octroyer des fondouks et des comptoirs dans presque tous les territoires sur le pourtour de la Méditerranée. Marseille et ses citoyens ont la possibilité d’exploiter et d’expérimenter en Orient les avantages que leur procure cette situation, celle d’être créanciers de seigneurs féodaux et de jouer de leurs créances pour obtenir de nombreux privilèges en Orient. Cette expérience est des plus instructives, car on peut retrouver par la suite les prémices d’une nouvelle organisation politique dans la cité phocéenne. Il est fort possible que les établissements marseillais en Méditerranée aient pu, outre les bénéfices commerciaux et l’ouverture sur le monde extérieur, préparer les esprits à une organisation communale ou consulaire de la ville. Les fondouks, ainsi, auraient joué pour les Marseillais un rôle de banc d’essai, permettant pendant une quarantaine d’année la mise au point d’une institution adaptable à Marseille.

Le succès de l’émancipation d’un grand port comme Marseille au XIIe siècle, s’explique en partie par l’essor du commerce méditerranéen. Marseille à cette période commence à prendre de plus en plus d’importance en Méditerranée, en surpassant les ports de Saint-Gilles et de Montpellier qui sont des ports méditerranéens appartenant au royaume de France.

Marseille devient un port essentiel au Nord de la Méditerranée Occidentale, proposant un des principaux marchés des produits d’Orient. Les marchands marseillais s’assurent d’avoir dans les échanges entre l’Orient et l’Occident une place et une part notable. À côté des cités maritimes italiennes qui fréquentent le littoral marseillais, l’établissement des ordres religieux comme celui des Templiers et des Hospitaliers en 1180, prouve l’importance de la place marseillaise dans le monde des échanges en Méditerranée.

Après avoir lutté pendant longtemps pour conserver le monopole du trafic dans la vallée rhodanienne1, la ville veut se tourner vers la haute mer. Bien que sa contribution fût proportionnelle à sa dimension modeste, Marseille a pris une part active aux grands événements méditerranéens. Le positionnement géographique de la ville obligeait un retour à son antique destinée économique. Elle se devait de tenir son rôle au milieu de l’essor du commerce européen en Méditerranée à l’époque des Croisades. Il n’est donc pas étonnant de constater un grand nombre d’actes lui conférant des privilèges au Proche-Orient ou sur les côtes d’Afrique du Nord. Dans un premier temps des accords, des alliances sont passés avec les cités-États italiennes comme Gênes et Pise2. En 1203, les deux villes signent une alliance et un accord commercial qui permet l’apparition d’un statut quo pour les deux cités. Ce traité définit les aires commerciales et règle les problèmes du passé3, comme des actes de pirateries ou diverses escarmouches. Les actes notariés Génois nous permettent d’entrevoir Marseille comme une importante cité d’escale pour les navires italiens en direction de la péninsule Ibérique, mais aussi vers l’Afrique du Nord4.

Dès l’instant ou le commerce maritime est facilité par la création des États latins d’Orient, les cités italiennes et provençales organisent une course aux débouchés économiques dans les territoires qui viennent d’être conquis5. En marge des croisades, les différentes villes commerçantes mobilisent toutes les ressources pour la conquête des marchés et des primautés commerciales6. Dans un premier temps Marseille est largement dépassée, distancée par ses plus puissantes ou plus précoces rivales comme Gênes, Pise, ou encore Venise. Mais rapidement les Marseillais ont été assez habiles pour se rendre également utiles, voire indispensables au près des princes latins7. Ils se mettent à leur service en qualité de soldats et de marins, de banquiers et de préteurs sur gages, de transporteurs ou de marchands. Les préambules des actes de donation des privilèges révèlent la multiplicité des rôles que les Marseillais pouvaient assumer à cette période8. À en croire les formules de ces actes, c’est en partie grâce à des fonds avancés par des citoyens de Marseille qu’un Foulque de Jérusalem, qu’un Baudouin III ou qu’un Amaury purent trouver les ressources nécessaires pour conserver le royaume de Jérusalem, conquérir celui de Chypre ou reprendre les villes d’Ascalon, d’Acre et de Jaffa. Les textes ne précisent cependant pas le montant exact des prêts, ni l’importance et la nature réelle des services rendus. Ainsi donc, les Marseillais ont acquis dans le Levant un grand nombre de privilèges.

Les relations nouées avec les princes chrétiens nouveaux venus en Orient n’empêchaient pas les échanges commerciaux entre Marseille et les pays du Maghreb9. Il n’y a pas une grande quantité de documents évoquant ce genre de contacts. Il faut se contenter de l’énoncé de certains statuts municipaux10, d’un passage du traité de 1138 conclu avec Gênes et contenant la promesse de « régulariser et de protéger par un traité définitif les rapports que Marseille avait déjà avec le Maroc »11. Il fait également mention du traité signé en 1231 avec le sultan Hafside de Tunis, Abû Zaccaria12.

Les envoyés Marseillais avaient d’autres domaines où exercer leurs talents. Successivement Pise, Gênes, Gaète et Nice signent, au début du XIIIe siècle, des traités avantageux permettant aux marchands Marseillais de partir en toute sécurité vers les différents ports13. De plus les diplomates octroient le droit pour la cité phocéenne d’avoir une totale liberté d’action dans l’accomplissement de leurs opérations commerciales et obtiennent en plus des avantages fiscaux, comme l’exemption de droits perçus sur les navires. De son côté Frédéric II l’empereur (1194-1250), accorde de nombreuses faveurs aux Marseillais fréquentant le sud de la péninsule italienne et la Sicile14.

La preuve la plus éclatante du rôle joué par la place méditerranéenne provençale est certainement la venue de Richard Cœur-de-Lion en août 1190, lors de la troisième croisade. Richard rejoint une flotte de plus de trente navires dans le port phocéen. De plus, tout au long de l’été 1190, plusieurs contingents de croisés de différentes nations passent dans la ville. Au  Levant, les marins marseillais se mettent au service des croisés, ce qui permet l’obtention de nombreuses concessions de privilèges15.

La communauté marseillaise jouit de franchises judiciaires et fiscales et cela sous l’autorité d’un consul. Jusqu’à la prise de Saint-Jean d’Acre par les Musulmans en 1291, les nefs marseillaises viennent régulièrement y charger des épices, de l’alun, du sucre ainsi que du bois odorant16.

Les contrats des frères Etienne et Jean Manduel, ainsi que les actes notariés d’Amalric17 permettent de mesurer l’importance des transactions à Marseille au milieu du XIIIe siècle et de connaître l’activité des marchands, ainsi que la fréquence d’entrée et de sortie des navires dans le port18.

Tous ces éléments sont la preuve de la place prise par la ville en Méditerranée. Deux nefs du Temple et de l’Hôpital relient la ville provençale et Acre deux fois par an et profitent d’une exemption complète des taxes19. Sur cette même route maritime des armateurs marseillais possédant seize nefs reliant l’Orient quatre fois dans l’année20. Nous savons que ces armateurs faisaient escale à Chypre, à Tyr, à Beyrouth puis Acre, plus rarement à Alexandrie21. Outre les voyages commerciaux vers l’Orient, les autorités marseillaises mettent en place le transport des croisés et des pèlerins en direction de la Terre sainte, ce marché est très lucratif pour la ville. Un notable marseillais est tristement connu pour avoir abusé de ce système. Hugues Fer est mêlé à un trafic décris par les chroniqueurs de l’époque22. En 1212 a lieu la croisade des Enfants comprenant selon la chronique d’Albéric des Trois-Fontaines, rédigée plusieurs décennies après les faits, 30.000 personnes. Hugues Fer aurait rempli sept nefs et revendu l’intégralité des pèlerins à des chefs musulmans de Bagdad23.

En 1217 de nombreux seigneurs participent à une expédition organisée par Jean de Brienne contre l’Egypte24. En 1239, Thibaut de Champagne et plusieurs barons français en font de même25. On sait également que Louis IX avait demandé des devis de fourniture de nefs à Marseille, mais ce dernier tient à prendre la mer depuis son royaume et choisit donc de partir d’Aigues-Mortes. Cependant plusieurs de ses compagnons décidèrent de s’embarquer à la « roche de Marseille »26. Les rédacteurs des statuts de Marseille, soucieux du bon renom de la cité, légiférèrent pour éviter les abus et leur garantir un logement décent et un ravitaillement suffisant, que cela soit à Marseille même ou dans un de ses fondouks27.

 

 

Les fondouks, privilège et moyen d’expérimentation communale ?

Au moment où les sociétés marchandes du XIIe et du XIIIe siècle se libèrent des barrières administratives et politiques du monde féodal, les Marseillais tentent d’obtenir pour leur propre compte un statut plus avantageux et mieux adapté à leurs ambitions et activités méditerranéennes. Les résultats de toutes les activités diplomatiques, financières, militaires, déployées depuis le début du XIIe siècle par la cité de Marseille, se traduisent sur une carte par la possession de comptoirs ceinturant la Méditerranée dans son intégralité. Moins de vingt ans après la prise de Jérusalem, c’est à dire en 1117, Baudouin Ier (1065-1118) avait permis une installation marseillaise dans l’un des quartiers de la Ville Sainte et d’y posséder un four28. Il semble que l’acte permettait de tracer les limites du quartier marseillais dans la ville de Jérusalem de telle sorte qu’aucun étranger ne puisse y loger. Ce bénéfice est offert en contre partie divers services rendus29. Cet acte de 1117 fait partie de tout un ensemble de mesures prises par les rois de Jérusalem pour ramener dans la capitale du royaume richesse et prospérité.

Trois ans plus tard, Baudouin II, accorde à tous les chrétiens le pouvoir de transporter des marchandises à Jérusalem et de procéder en toute liberté et franchise à des transactions commerciales dans cette ville30. Il est naturel que toutes les nations commerçantes qui avaient fait des sacrifices d’hommes et d’argent pour aider la formation des États croisés, bénéficient de la part des souverains de faveurs spéciales. Les rois Foulques d’Anjou en 1136 et Baudouin III en 1152 offrent à la commune marseillaise, la franchise des droits de douane, d’assise31, ainsi que le droit de posséder une rue et un four particulier à Jérusalem, à Acre et dans toutes les villes maritimes du royaume32. Les chartes de donations et les concessions de privilèges se succèdent rapidement tout au long du XIIe siècle. En 1136, le château de Jaffa leur fut cédé en gage. En 1152, les Marseillais reçoivent confirmations des privilèges qu’ils détenaient dans l’ensemble du proche Orient, ces derniers bénéficient en plus de la propriété du château de Ramié et d’un four dans tous les fondouks qu’ils possédaient33. Ce qui implique certains droits seigneuriaux : en 1163, un autre château, celui de Romadet, ainsi que les immeubles possédés par l’évêque de Bethléem, viennent s’ajouter aux possessions marseillaise34. En 1187, ils partageaient avec les autres Provençaux tout un quartier assemblé en consulat indépendant à Acre, et avec leurs confrères de Provence le Palais vert et le château Maraclé35. Trois ans plus tard, c’est-à-dire en 1190, ils jouissent du privilège d’avoir un consulat particulier à Acre36. Après 1198, ils obtiennent le même droit dans l’ensemble des villes maritimes de la principauté d’Acre37. En 1199, les autorités marseillaises font l’acquisition du château de Flacié en dédommagement d’une forte somme d’argent avancée à Amaury de Lusignan qui n’a jamais été remboursée38. À partir de 1200, Frédéric II permet l’établissement d’un consulat pour les marchands de Marseille à Messine et Syracuse39. Majorque devient à son tour, en 1230 une place importante pour le commerce et l’implantation d’une colonie marseillaise. Cela se traduit par le don de trois cents maisons à la communauté marseillaise. On peut noter également qu’au milieu du XIIIe siècle les Marseillais s’établissent en Italie du sud, en Sicile et en Sardaigne, notamment dans les villes d’Oristano et de Bosa qui sont des centres de pêche au corail40. On sait également par différents rapporteurs que des marchands marseillais sont installés à Antioche, Alep, Tripoli sur la côte Syrienne41, Famagouste à Chypre, à Alexandrie et Damiette en Égypte42, à Tunis, Bougie, Ténès, Oran, Tlemcen et Ceuta, Bougie en Afrique du nord43, à Barcelone et à Valence en Espagne, ainsi qu’à Cagliari en Sardaigne. Cependant on peut supposer que toutes les faveurs promises ne sont pas toujours réalisées. Par exemple, un traité de 1123, reconnaissait aux Vénitiens le droit d’installation dans un quartier complet (c’est-à-dire avec une place de marché, une église, un four et un bain public) dans chaque ville du royaume de Jérusalem. Ce dernier n’a jamais été exécuté à la lettre. On peut donc supposer qu’il en est de même pour les Marseillais44.

La mise en place de comptoirs commerciaux suit la reprise des relations commerciales des chrétiens avec le Levant et les succès militaires des Croisés. Parfois même la mise en place d’établissement des privilèges précède les conflits armés, puisque sur certains documents une formule est inscrite promettant aux Marseillais l’extension de leurs droits dans toutes nouvelles zones qui viendraient à être conquises45. Permettre l’établissement d’un fondouk dans un de ces États qu’il soit chrétien ou musulman constituait le don d’un privilège important. Le donateur perdait une part de ses possessions, de ses droits et de sa souveraineté.

On peut alors se demander comment se présentaient, sur un plan politique et juridique, les comptoirs marseillais ?

 

 

 Les privilèges politiques des fondouks marseillais

Le fondouk est né d’un besoin commercial. Offrant une certitude de trouver un lieu sûr aux négociants qui arrivent dans un pays étranger et leur assure aussi un entrepôt pour les marchandises, les fondouks Marseillais possédaient des aspects différents, il peut s’agir d’un simple caravansérail, d’un quartier de ville comme c’est le cas pour Acre ou une bourgade d’une certaine importance comme c’est le cas à Majorque.

Dans ces comptoirs d’outre-mer, les Marseillais ne sont ni dépaysés, ni éloignés de leur cité mère puisqu’ils retrouvent leurs compatriotes, leurs lois, leur religion, tout comme leurs habitudes. Les archives montrent qu’en pays musulman, un privilège leur concède presque toujours le droit de construire une église et de posséder un cimetière particulier46. À partir de 1187, les privilèges concédés en Orient comprenaient le droit pour les Marseillais de posséder dans les villes étrangères un tribunal que présidait un vicomte, assisté par des consuls. Les consuls et vicomtes étaient élus dans les « colonies marseillaises », mais en théorie ils devaient l’être par la Commune ou « l’université marseillaise ». Cette dernière pouvait aussi seulement ratifier le choix des Marseillais expatriés dans ces fondouks. En Orient le vicomte élu était le juge des tribunaux marseillais. Il réglait les contestations impliquant des compatriotes. La communauté marseillaise d’outre mer était capable de se défendre, si nécessaire. De plus il était possible pour eux de jouir plus facilement d’une autonomie. Cette communauté pouvait ainsi s’imposer plus facilement, que cela soit dans la société féodale du Levant chrétien, que face aux princes musulmans d’Afrique du Nord. Les membres de ces comptoirs étaient suffisamment nombreux pour que l’activité commerciale et le mouvement des richesses, que leur présence faisait naître dans une région, soulèvent l’intérêt du maître du pays envers les Marseillais et leur fasse don de privilèges.

Aussi les princes étrangers accordaient volontiers le privilège d’extraterritorialité aux comptoirs marseillais. La colonie devenait un état dans l’État étranger, qui l’hébergeait. Pour les Marseillais, le fondouk apparaissait comme un simple prolongement de la cité mère, ils se trouvaient régis par les mêmes lois et par les mêmes principes juridiques que ceux en vigueur à Marseille. Les princes locaux allaient parfois jusqu’à leur accorder le privilège de mesurer et de peser les marchandises avec des poids et des mesures à l’étalon des normes marseillaises, et ce, pour toutes les opérations commerciales effectuées non seulement par les Marseillais entre eux, mais aussi entre Marseillais et locaux47. Ce fut notamment le cas à Tyr, à Ceuta et à Bougie48. La colonie était dirigée par des délégués du conseil marseillais. Ces derniers avaient les pouvoirs exécutifs et judiciaires, ils étaient également chargés de percevoir les impôts et d’assumer le rôle de police. De plus, ces agents municipaux marseillais en outre-mer étaient dans l’obligation de reconstituer dans les fondouks, sous l’autorité de Marseille, un État administré à l’image de la « ville mer », parfois en avance sur les institutions de celle-ci49. On peut émettre l’hypothèse que les comptoirs marseillais en Méditerranée, dirigés par un consul, auraient influé sur la conception de l’organisation de la Commune de Marseille au début du XIIIe siècle. On peut également supposer que ce genre de comportement s’exprime dans l’intérêt commun.

Dans les comptoirs d’outre-mer, simples succursales de la cité marseillaise, les intérêts de la communauté exigent dès l’origine, une organisation politique jeune, nouvelle, unitaire et stable. Par conséquent, en avance sur les institutions en vigueur à Marseille, où la tradition et les conflits d’intérêts retardent leur évolution. De plus, le dirigeant de chaque comptoir était un consul, représentant Marseille toute entière auprès des autorités locales et le représentant de tous ses compatriotes, sans aucune discrimination. Ce caractère de délégué est d’autant plus marqué que le consul devait obligatoirement tenir ses pouvoirs d’une nomination directe50. D’après les statuts municipaux, les marchands établis en terre étrangère n’étaient pas libres de se choisir un chef dans les endroits où il n’y avait pas encore de consuls51. Si la création d’un nouveau consulat était favorablement accueillie à Marseille, l’organisation du comptoir et la nomination des magistrats dépendait entièrement et seulement de la ville. Ce droit devient rapidement une prérogative du chef de la municipalité marseillaise et forme un important privilège politique de la cité.

Il faut toutefois noter que les consuls pouvaient ne pas être nécessairement originaires de Marseille. En effet, pour se concilier les faveurs d’un souverain local, il était souvent de bonne politique de choisir comme consul un membre influant de l’entourage du prince.

Cette situation est des plus recherchée, en effet elle est lucrative, mais aussi honorifique. De toute façon, Marseillais ou non, le représentant de la ville a pour obligation de connaître et d’appliquer exclusivement les lois en vigueur à Marseille. Il devait de plus faire respecter et étendre les privilèges de la métropole, applicable dans le pays étrangers52. Le consul devait appliquer le droit et rendre la justice à ceux qui relevaient de sa juridiction, toujours selon les codes ou lois en vigueur dans la cité marseillaise. De toutes ses attributions, cette dernière était, certainement, la plus importante et donnait un grand pouvoir à son titulaire. De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.

Cependant à la différence des autres pouvoirs issus plus ou moins du privilège d’extraterritorialité, qui étaient attachés à la création même du consulat, le consul ne pouvait exercer ses pouvoirs judiciaires que par délégation du souverain local, dans les limites du privilège concédé53. Nous voyons par exemple que la situation existe dans le Levant sous la souveraineté des princes chrétiens d’Orient. Contrairement à Venise, Gênes et Pise qui ont obtenu très rapidement des privilèges judiciaires extrêmement étendus, mais auxquels ces villes ont dû rapidement renoncer en partie quand l’administration et les lois locales évoluèrent. Marseille, quant à elle, n’est parvenue à conquérir ses privilèges dans les États latins d’Orient qu’après des Assises de la Cour des Bourgeois (1173-1180)54. La cité phocéenne reçoit alors le maximum des pouvoirs judiciaires autorisés par ces textes. Cette juridiction accordée aux consuls était assez étendue pour assurer aux marchands des garanties suffisantes de sécurité55. Les Marseillais possédaient tous les pouvoirs nécessaires pour juger car la juridiction criminelle des consuls s’étendait à la basse justice.

Ainsi, en dehors des fonctions de juge au tribunal de « simple police »56 et de juge de commerce qui étaient conférées sans aucune restriction, les autres pouvoirs judiciaires du consul apparaissaient comme délimités par les souverains des pays où des comptoirs marseillais se trouvaient établis. En outre le souverain exigeait un serment de fidélité au moment de l’entrée en fonction du consul57. Le consulat revêtait dès lors l’aspect d’un fief vassal, avec tous les droits et une partie des obligations qu’entraînait ce type de statut. En réalité Marseille est assez indépendante en Méditerranée puisqu’elle possède à l’étranger la plus grande partie des privilèges qu’il est possible de posséder à cette période. Cette indépendance, ces prérogatives, le consul est dans l’obligation de les protéger, de les maintenir, et même de les accroitre s’il le peut. C’est dans ce but que des négociateurs ou des agents municipaux sont envoyés par Marseille pour traiter avec les États ou les cités maritimes et signer des conventions politiques et/ou commerciales avec les souverains étrangers. Nous pouvons mentionner le cas de Géraud Olivier qui, avec le consul de Montpellier, Raymond de Conches, négocie l’octroi de nouveaux privilèges en faveur de toute la collectivité provençale réunie à Chypre58.

Marseille ayant des privilèges et des possessions sur les différents lieux d’escales et aux débouchés des principales routes commerciales, les Marseillais pouvaient envisager une politique de grande envergure en Méditerranée.

À l’issue de cet état des lieux, il est possible de dire que la puissance marseillaise en Méditerranée se met en place grâce à l’établissement de choix politiques. L’influence et l’interconnexion avec le monde méditerranéen profitent sans aucun doute à la cité. Cette expérience orientale a eu pour effet immédiat des changements politiques dans la ville. En effet les différentes rencontres et influences ont permis un questionnement des institutions qui permettant à Marseille de se transformer. Cette métamorphose est également accompagnée de privilèges commerciaux. L’un de ces premiers privilèges qui importait à la communauté marseillaise était, sans nul doute, l’assurance pour ses nationaux de jouir d’une totale liberté d’action sur mer et dans tous les centres commerciaux.

Le développement du commerce ne fait pas de la ville un port très actif dans le grand commerce méditerranéen, ni une rivale des principales places italiennes dans le trafic vers l’Orient, car elle ne possède en effet qu’un statut de place moyenne délaissant, faute de puissance suffisante, les destinations les plus éloignées et se concentrant plutôt, par des lignes serrées et un commerce soutenu, sur des zones plus proches et des pôles de redistribution de marchandises, comme dans les pays Barbaresques59. Cependant, n’oublions pas que Marseille a participé à la grande aventure des croisades en succédant à Saint-Gilles comme principal port d’embarquement pour la Terre Sainte à partir de la fin du XIIe siècle, ce qui explique l’existence d’un comptoir des Marseillais à Tyr et à Jérusalem60. L’importance de la ville en la matière fut d’ailleurs bien vite reconnue par les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, implantant à Marseille des structures destinées à assurer les liaisons maritimes avec leurs établissements des États latins d’Orient61. La ville, en plus de prendre une certaine place en Méditerranée, en tire des bénéfices économiques qui permettent sa mutation urbaine62, l’accroissement et la diversification de sa population. En prenant une place méditerranéenne, Marseille se construit un avenir.

 

CAMILLERI-GUILLEBERT Arnaud

Directeur de recherche Monsieur DOUMERC Bernard

Université Toulouse 2 le Mirail

FRAMESPA

 

Illustrations

Les routes commerciales et les places du commerce marseillais en Méditerranée Occidentale au XIIIe siècle63
Capture d’écran 2014-11-12 à 15.23.11

 

 

Les places du commerce marseillais en Méditerranée Orientale au milieu du XIIIe siècle64

Capture d’écran 2014-11-12 à 15.23.19

 

 

  1. CAMILLERI-GUILLEBERT Arnaud, « Marseille une métropole commerciale, et cosmopolite en Méditerranée. Du XIIe siècle à la moitié du XIIIe siècle. », dans Carnet de recherche « Séminaire doctoral d’histoire de Marseille », http://semmars.hypotheses.org/475. []
  2. Archives municipales de Marseille (AMM), AA 11-2. []
  3. AMM, AA 11-3. []
  4. SALVATORI, E BONI  amici et Vicini. Le relazioni tra Pisa e la città della Francia meridionale dall’XI alla fine del XIII secolo, Pise, 2002. []
  5. BOURRILLY Victor Louis, L’histoire du commerce de Marseille, volume 5, tome 2, Aix-en-Provence, 1925, p. 820 : « Le point de vue commercial comptait seul pour les armateurs de Pise, de Gênes, de Venise et aussi de Barcelone ou de Marseille, et ce n’est qu’en fonction de leurs opérations financières qu’ils s’intéressaient à l’Orient latin. » []
  6. 6. Voir l’historique des tentatives génoises pour limiter l’expansion marseillaise en Méditerranéen occidentale. []
  7. AMM, liasse AA 57. Bulle du pape Innocent IV. []
  8. Ibid, liasse AA 9, AA 57, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBdR) liasse Papon-14, PORTAL Frédéric, La république marseillaise du XIIIe siècle,Marseille, 1907, p 327. []
  9. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 5-26. []
  10. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, Histoire du commerce de Marseille, tome 1, Paris, Plon, 1949, p 29-31. []
  11. MAS-LATRIE Louis, Relations et commerce de l’Afrique septentrionale ou Maghreb avec les nations chrétiennes au Moyen-Âge, Paris, 1886, p 70 et p 153. []
  12. DOUMERC Bernard, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 31-42. []
  13. AMM, AA 11, traités de paix et d’alliance 1136-1212. []
  14. Ibid, AA 19, 1226. []
  15. AMM, Concession de privilèges AA 9 1136-1212 : Foulque, troisième roi latin de Jérusalem et son épouse Mélisande, concèdent à la Commune de Marseille la propriété d’une rue et d’une église dans chaque ville de leur royaume ainsi que qu’une rente annuelle et perpétuelle de 400 besans sarrasins, payable tous les trois mois (Naples, 13 avril 1136). Baudouin, quatrième roi latin de Jérusalem, accorde à la commune de Marseille, la propriété d’une rue et d’une église et d’un four dans chacune des villes de son royaume, avec entière liberté pour les Marseillais d’aller, venir et trafiquer sans être soumis à aucun droit (Jérusalem, 23 septembre 1152). Guy de Lusignan, huitième roi latin de Jérusalem et son épouse Sibille, accordent aux Marseillais la libre entrée et sortie de leurs terres, sans être soumis à aucun droit, ainsi que la faculté d’établir à Acre une cour de justice pour les sujets Marseillais résidant dans son royaume (Acre, 24 avril 1190). Frédéric, roi de Sicile, accorde aux habitants de Marseille, Montpellier, Saint Gilles, la faculté de trafiquer librement en Sicile, sauf à payer un droit de un pour cent sur les Marchandises vendues. Il leur accorde en outre l’autorisation d’établir des consulats à Messine et à Syracuse. (Palerme mars, 1200). []
  16. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p 44. []
  17. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 22-26. []
  18. BARATIER Edouard, Document de l’Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1969, p 139. []
  19. NAPP Anke, « Pèlerins, moines soldats et marchands : de la foi au profit » dans Pécout Thierry (dir.), « Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée », Les horizons d’une ville portuaire », Méolans, Désiris, 2009, p 326. []
  20. AMM, AA 1, statut de la ville de Marseille, livre rouge ou noir. []
  21. BALARD Michel, La méditerranée médiévale : Espaces, itinéraires et comptoirs, Paris, Picard, 2006, p 112. []
  22. Ibidem, p. 127-129. []
  23. RAEDTS Peter, La croisade des enfants a-t-elle eu lieu ?, Paris, Seuil, 1988, p 58. []
  24. d’Arbois de Jubainville Henri, Catalogue d’actes des comtes de Brienne, 950-1356 dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1872, tome 33, pp. 141-186. []
  25. Maillard François, Lettres de baillie et de prévôté en Champagne de 1281 à 1314, Bibliothèque de l’école des chartes, 1960, tome 118, p. 167-178. []
  26. BARATIER Edouard, Histoire de Marseille, Toulouse, Privat, 1973, p. 76. []
  27. AMM, AA 1, statut de la ville de Marseille, chap. XXVII-XXVIII. []
  28. HEYD William, Histoire du commerce du Levant au moyen-âge, publiée sous le patronage de la Société de l’Orient latin, Amsterdam, 1967, p 146-147. L’acte dont il est question ici a disparu aujourd’hui. []
  29. AMM, liasse AA 9-4, Baudouin, quatrième roi latin de Jérusalem, accorde à la commune de Marseille, la propriété d’une rue et d’une église et d’un four dans chacune des villes de son royaume, avec entière liberté pour les Marseillais d’aller, venir et trafiquer sans être soumis à aucun droit (Jérusalem, 23 septembre 1152). []
  30. Guillaume de Tyr, « L’Estoire des Eracles, empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer », tome 1, dans René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem – II. 1131-1187. L’équilibre, Paris, Perrin,‎ 2006 (1935), p 534-535. []
  31. Le droit d’assise est un impôt indirect perçu sur la vente ou la consommation d’alcool. []
  32. ADBdR, liasse Papon, 14. La charte de Baudouin porte la notion de villas de marina, celle de Foulques dit villas tout court. Pour ce qui est de la date de la charte de Baudouin, il est question de sommes d’argent avancées par les Marseillais, ad succursum Esqualone et Joppe, ce détail nous fait supposer que la charte doit être en réalité de 1153 et non 1152. En effet 1153 est la date du siège et de la prise d’Ascalon. []
  33. Carte des fiefs et du système de défense avec l’intégralité des châteaux et castrum des États latins d’Orient dans RILEY-SMITH Jonathan, Atlas des croisades,  Paris, éditions Autrement, 1998, p. 57. []
  34. Ibidem []
  35. Ibidem []
  36. ABULAFIA D, « MARSEILLE, ACRE and the Mediterranean, 1200-1291 », dans EDBURY Peter.W et METCALF David Michael (dir.), COINAGE in the latin East, Oxford, 1980, p. 75 []
  37. ZARB Mireille, Histoire d’une autonomie communale, les privilèges de la ville de Marseille du Xe siècle à la révolution, Paris, édition Picard, 1961, p. 96. []
  38. Ibidem, p. 108. []
  39. AMM, AA 9-7. []
  40. Paris, Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions latines, 1306 Copie d’acte concernant la ville inférieure de Marseille, 1231-1259. []
  41. AMM, AA 9-8 : Concession de privilèges, 1136-1212. []
  42. AMM, AA 11, 12, 13 : Traités de paix et d’alliance entre la ville de Marseille et des communautés ou souverains étrangers 1208-1267. []
  43. VALERIAN Dominique, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (XIIIe – XVe siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 5-26. []
  44. BEUGNOT Jacques Claude, Assises de Jérusalem, tome 2, chapitre CXLVII, Paris, Édition Beugnot, http://jeromedevard.fr/dossierpublique/ADJt.2Part.X.pdf . []
  45. Dans les actes de 1136 et de 1187 par exemple on note la présence de cette formule : « Preterea, si divina clementia alie civitates regni ad manus devenerint christianorum, do et concedo eis tales libertates et curiam in toto regno quales concessi in Tyro » En outre, si par la grâce divine, il advenait que des cités tombent entre des mains chrétiennes. Je donne et accorde des libertés dans tout le royaume de Tyr. AMM, AA 9. []
  46. VALERIAN Dominique, “Chapitre 2. Une évolution liée aux transformations au Maghreb et en Méditerranée”, dans Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, By Valérian,  Publications de l’École française de Rome, 2006, p. 595-672 : <https://books.openedition.org/efr/222>. []
  47. AMM, AA 9-2. Privilège concédé par Conrad de Montferrat, seigneur de Tyr, octobre 1187 : « concedo etiam et do eis stateram et pensas et modia et mensure vini et olei et omnium rerum que ponderari et mensurari possunt ut libere possint inter se ponderare et mensurare. » []
  48. AMM, AA 16-2, Concessions de droits 1223-1226. []
  49. AMM, AA 1. Texte des statuts municipaux sur la même question, chapitre 352. []
  50. AMM, AA 2, Statuts municipaux, livre 1, chapitre 18 et 19. []
  51. AMM,  AA 3, Statuts municipaux, livre 1, chapitre 18. []
  52. PERNOUD Régine, op. cit., p 350 à 352. []
  53. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p. 275 à 277. Voir les attributions consulaires. []
  54. Les Assises de Jérusalem sont des recueils de lois qui décrivent les institutions du royaume de Jérusalem et qui furent utilisées et adaptées pour le royaume de Chypre. Ces lois du royaume, d’abord sous formes écrites et dispersées, sont réunies en recueil au cours du XIIIe siècle : BEUGNOT Jacques Claude, Assises de Jérusalem, 2 volumes, tome 2, Paris, p 101. []
  55. PERNOUD Régine, op.cit., p. 70. []
  56. ZARB Mireille, op. cit., p. 101. []
  57. Le serment est exigé notamment dans la charte de Guy de Lusignan de 1190 et dans celle de Frédéric II de Sicile en 1200. « Le vicomte qu’il vous plaira de nommer nous prêtera serment de fidélité et jurera qu’il rendra la justice et tranchera (les plaids) suivant la coutume de la cour de votre pays. » AMM, AA 9-11 et 12. []
  58. BUSQUET Raoul et PERNOUD Régine, op. cit., p 162-163. []
  59. HEYD William, op. cit., p 156. []
  60. AMM, liasse AA 9-9. []
  61. BARATIER Edouard, op. cit., p. 77. []
  62. Labande Léon Honoré, « La commune de Marseille, ses origines, son développement jusqu’à l’acquisition de la seigneurie des vicomtes », Deuxième article [V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264) — Raoul Busquet et V.-L. Bourrilly, « La Provence au Moyen Âge » (extrait de Bouches-du- Rhône, Encyclopédie départementale)], dans Journal des savants, Janvier 1927, p. 22-33 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jds_0021-8103_1927_num_1_1_2763 []
  63. MURAT Josée-Valérie, « Une ville à la recherche d’elle même, un port, un pôle, une proie. » dans PECOUT Thierry (dir.) op. cit., p. 390. []
  64. MURAT Josée-Valérie, BOUIRON Marc « Une ville à la recherche d’elle même, un port, un pôle, une proie. » dans PECOUT Thierry (dir.), op. cit., p. 392. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *