Fabrice Micallef – Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598)

desordre_europeenÀ la fin du mois de février 2014 est paru un ouvrage à même de mieux éclairer la place de la Provence – et de Marseille – au sein de la compétition internationale qui se joue à l’époque moderne en Méditerranée.
Il est tiré de la thèse que vient de soutenir Fabrice Micallef à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, sous la direction du professeur Wolfgang Kaiser.

Voici un bref résumé de l’éditeur :

Aux XVIe et XVIIe siècles, l’ordre international européen était parfois menacé par des crises d’origine régionale. Ces désordres venaient des initiatives d’acteurs politiques ordinairement très faibles ou inexistants sur la scène internationale (municipalités, institutions provinciales, seigneurs locaux). Pour résoudre des conflits locaux ou nationaux, ces acteurs n’hésitaient pas à appeler des puissances étrangères à leur secours, dans une logique de solidarités politico-religieuses internationales. Quand l’espace concerné représentait un intérêt stratégique, les enjeux de ces appels scandaleux se collectivisaient, jusqu’à impliquer un grand nombre d’acteurs. Les « affaires de Provence » (1589-1598) permettent de comprendre le fonctionnement de ce type de crises. Au plus fort des guerres de Religion en France, les catholiques de Provence appelèrent à leur secours le duc de Savoie, le grand-duc de Toscane, les papes et le roi d’Espagne. Parce que la Provence avait une position stratégique entre Barcelone et Gênes, d’autres puissances intervinrent à leur tour: l’Angleterre, l’Empire ottoman, le duché de Lorraine et la République de Venise. À partir d’une étude minutieuse des événements, ce livre amène de nouveaux éclairages sur la dimension européenne des guerres de Religion. Cette approche permet surtout de mener une réflexion approfondie sur les défis stratégiques, intellectuels et rhétoriques d’une situation vécue à l’époque comme un désordre international, en raison de la marge de manoeuvre subversive acquise par des acteurs ordinairement insignifiants ou faibles. Les « affaires de Provence » contribuent ainsi à renouveler notre compréhension des relations internationales dans l’Europe moderne.

Pour voir le sommaire

Fabrice Micallef, Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, Publications de la Sorbonne, 54, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *